Bru­no Grand­jean, pré­sident de l’al­liance In­dus­trie du Fu­tur

Pré­sident de la Fé­dé­ra­tion des in­dus­tries mé­ca­niques (FIM) et d’une en­tre­prise de taille in­ter­mé­diaire (ETI) ba­sée dans le Loi­ret, M. Grand­jean suc­cède à Phi­lippe Dar­mayan à la tête l’al­liance pour l’in­dus­trie du fu­tur (AIF).

Mesures - - Sommaire - Pas­cal Coutance

Bru­no Grand­jean, ac­tuel pré­sident de la FIM (Fé­dé­ra­tion des in­dus­tries mé­ca­niques), a été élu à la pré­si­dence de l’al­liance pour l’in­dus­trie du fu­tur (AIF). Il suc­cède ain­si à cette fonc­tion à Phi­lippe Dar­mayan, pré­sident d’ar­ce­lor-mit­tal France et vice-pré- sident de France In­dus­trie. Avec ce chan­ge­ment, c’est un re­pré­sen­tant des ETI in­dus­trielles fran­çaises qui prend les rênes de L’AIF et suc­cède à la gou­ver­nance d’un di­ri­geant de grand groupe in­dus­triel. Âgé de 54 ans, M. Grand­jean est en ef­fet pré­sident d’une en­tre­prise de taille in­ter­mé­diaire, le groupe Redex, ba­sée à Fer­rières-en-gâ­ti­nais, dans le Loi­ret. So­cié­té d’in­gé­nie­rie eu­ro­péenne pré­sente dans les sec­teurs de la ma­chi­neou­til, de la si­dé­rur­gie et de la mé­tal­lur­gie, Redex em­ploie plus de 400 sa­la­riés, réa­lise un chiffre d’af­faires an­nuel de 70 mil­lions d’eu­ros (dont 80 % à l’ex­port), pos­sède deux usines en France et une en Al­le­magne, et dis­pose de 7 fi­liales à tra­vers le monde.

Re­nou­veau de l’in­dus­trie fran­çaise

Fervent dé­fen­seur d’une in­dus­trie fran­çaise fé­dé­rée, col­lec­tive et forte à l’in­ter­na­tio­nal, cet in­gé­nieur de formation, qui sou­tient de longue date l’ac­tion col­lec­tive de l’in­dus­trie, am­bi­tionne de faire de L’AIF un ac­cé­lé­ra­teur dé­dié au re­nou­veau de l’in­dus­trie fran­çaise grâce à la ré­vo­lu­tion des nou­velles tech­no­lo­gies de pro­duc­tion et du nu­mé­rique, ain­si qu’à de nou­velles pra­tiques de ma­na­ge­ment et d’or­ga­ni­sa­tion du tra­vail. « L’AIF est au coeur du re­nou­veau de l’in­dus­trie fran­çaise dont les pre­miers signes sont un très fort re­bond de l’in­ves­tis­se­ment pro­duc­tif et l’aug­men­ta­tion des em­plois in­dus­triels. Nous croyons à cette ap­proche ori­gi­nale du tra­vail de “pair à pair” entre en­tre­prises, no­tam­ment PMI et ETI, pour re­dy­na­mi­ser notre tis­su in­dus­triel au sein des ter­ri­toires. Com­bi­née à une ac­tion sur les coûts de pro­duc­tion et de re­va­lo­ri­sa­tion des mé­tiers de l’in­dus­trie grâce à la French Fab, L’AIF est la ré­ponse adap­tée aux dé­fis de la com­pé­ti­ti­vi­té de notre in­dus­trie et du re­dres­se­ment de la ba­lance du com­merce ex­té­rieur », ar­gu­mente M. Grand­jean, Créée en 2015 sous l’im­pul­sion d’em­ma­nuel Ma­cron, alors mi­nistre de l’éco­no­mie, de l’in­dus­tr ie et du Nu­mé­rique, au­tour de ses deux pré­si­dents d’hon­neur, Frédéric San­chez, Pdg du groupe Fives, et Ber­nard Char­lès, vice-pré­sident et DG de Das­sault Sys­tèmes, L’AIF a pour vo­ca­tion d’éclai­rer les choix des en­tre­prises en termes de tech­no­lo­gies et de les sen­si­bi­li­ser aux op­por­tu­ni­tés of­fertes par les ou­tils nu­mé­riques pour leur trans­for­ma­tion. L’AIF est la ré­ponse fran­çaise aux ini­tia­tives prises dans plus de 20 pays à tra­vers le monde pour mo­der­ni­ser leur in­dus­trie dans un contexte de ré­vo­lu­tion nu­mé­rique et de re­mise en cause des fi­lières tra­di­tion­nelles. De­puis sa créa­tion, elle a la­bel­li­sé «Vi­trine In­dus­trie du fu­tur» plus de 40 en­tre­prises qui mettent en oeuvre des pra­tiques et des tech­no­lo­gies in­no­vantes au sein de leurs usines. Par­mi ces so­cié­tés, ci­tons St­mi­croe­lec­tro­nics, Sew-uso­come, Ma­ga­for, Po­clain, Baud In­dus­tries, Da­her, Mi­che­lin, NTN-SNR, Bosch, etc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.