F1 2018

Faire table rase du passé !

Micro Pratique - - SOMMAIRE -

Co­de­mas­ters avait pro­mis de tout chan­ger sauf la li­cence of­fi­cielle de la For­mule 1 en 2018. C’est le cas, mais est-ce suf­fi­sant pour re­plon­ger ? À vos casques.

Quand on dit 2018, on s’at­tend à trou­ver le Cas­te­let, mais aus­si les pi­lotes et voi­tures de la saison. Comme tou­jours, il est pos­sible de jouer les Grands Prix, une saison en­tière et même des courses au vo­lant de bo­lides his­to­riques, mais c’est la car­rière qui prime ici avant tout. Après la créa­tion clas­sique du pi­lote, puis le choix de l’écu­rie, on pro­cède en­suite au vol du ba­quet d’un pi­lote de la saison pour prendre sa place. Co­de­mas­ters n’im­po­sant pas de par­tir sur une écu­rie de fond de grille ou un Ju­nior Team, on peut donc s’of­frir le ba­quet de Le­wis Ha­mil­ton d’un simple clic. Le mo­teur gra­phique re­vu offre de plus beaux gra­phismes, et le mo­teur phy­sique ap­porte des sen­sa­tions de pi­lo­tage et une bonne fi­nesse. Reste l’ar­ri­vée du Ha­lo, ce cer­ceau de pro­tec­tion du pi­lote qui vien­dra au choix vous bar­rer la vue ou vous obli­ger à choi­sir une ca­mé­ra moins im­mer­sive... une op­tion pour désac­ti­ver sa pré­sence au­rait été ap­pré­ciable. Cô­té ga­me­play, pas de ré­vo­lu­tion, les aides sont suf­fi­santes pour un no­vice et leur sup­pres­sion per­met de pas­ser en mode si­mu­la­tion pour les ama­teurs.

Pre­nez votre car­rière en main

Les joueurs vou­laient prendre leur car­rière plus en avant de­puis long­temps dans F1. Pour cette édi­tion, Co­de­mas­ters leur en offre la pos­si­bi­li­té en ou­vrant dif­fé­rentes voies. D’abord, dès les pre­mières mi­nutes de la saison, vous faites la ren­contre d’une jour­na­liste qui va po­ser des ques­tions lors de chaque week-end. Sui­vant vos ré­ponses, votre image et celle de votre écu­rie risquent de chan­ger avec une in­ci­dence no­table sur votre contrat, mais aus­si l’in­té­rêt que vous por­te­ront les écu­ries ad­verses. C’est moins im­por tant que de rem­plir les ob­jec­tifs et de briller en course, mais ce­la ap­porte un plus. De la même fa­çon, votre im­pli­ca­tion aux cô­tés de l’équipe et de votre in­gé­nieur piste va in­fluer sur les dé­ve­lop­pe­ments et les per­for­mances de l’écu­rie. Chaque mi­nute d’es­sai est un ins­tant im­por­tant que l’on prend plai­sir à vivre. Même si tout n’est pas rose, no­tam­ment pour cause d’une IA as­sez agres­sive, qui d’ailleurs passe as­sez sou­vent sous le ra­dar des sanc­tions en piste, F1 2018 fait un car­ton plein pour sa réa­li­sa­tion, ses nou­veau­tés, et le plai­sir de jouer. Pour une fois, on ne peut que con­seiller l’achat même si vous avez en­core F1 2017 ins­tal­lé sur votre PC. Mieux : la nou­velle ver­sion n’est pas si gour­mande, de quoi se faire plai­sir sans chan­ger de carte gra­phique.

Le Ha­lo fait son en­trée, on fi­nit par op­ter pour une vue ex­terne.

Les in­ter­views peuvent chan­ger votre car­rière, mais la jour­na­liste bugue en­core top sou­vent.

Une jo­lie Fer­ra­ri 312T au Cas­te­let, deux bonnes rai­sons de pi­lo­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.