FlyTam­pa Cor­fu pour X-Plane 11

La Grèce est beau­coup trop chaude en été ! Mais à par­tir du mois de sep­tembre, la por­tance des avions s’amé­liore avec le ra­fraî­chis­se­ment de la tem­pé­ra­ture et il de­vient plus in­té­res­sant de sur­vo­ler ce pays. Nous choi­si­rons plus pré­ci­sé­ment Cor­fou, une îl

Micro Simulateur - - SOMMAIRE - ParAn­ni­ckPey­re­morte

Dé­jà connu par les uti­li­sa­teurs de FS X et de P3D, le groupe amé­ri­cain FlyTam­pa com­mence à pu­blier des add-ons pour X-Plane et c’est l’île de Cor­fou qui a eu sa pré­fé­rence pour dé­bu­ter et mon­trer son sa­voir-faire. Cette scène se ré­cu­père di­rec­te­ment sur son site en té­lé­char­ge­ment en échange de 26 dol­lars amé­ri­cains. Comme elle est dé­cli­née pour les trois OS ( Win­dows, MacOS et Li­nux), il faut bien choi­sir la ver­sion cor­res­pon­dante sur la page de ré­cu­pé­ra­tion. En ce qui concerne Win­dows, il s’agit d’un exé­cu­table FlyTam­pa_Cor­fu_11_XP.exe sur le­quel il faut double-cli­quer pour que l’ins­tal­la­tion se fasse au­to­ma­ti­que­ment dans la ver­sion de XP­lane que l’on sou­haite. La ver­sion 11.25 est celle que nous avons uti­li­sée, la plus ré­cente au mo­ment des tests. Le dé­cor est en­suite ac­ti­vé grâce à une clé per­son­nelle re­çue par mes­sa­ge­rie après achat. Dans le dos­sier « Cus­tom Sce­ne­ry » ap­pa­raît alors un sous-dos­sier « Cor­fu Fly Tam­pa » de 3,22 Go, lui­même com­po­sé en­core de trois sous-dos­siers (de haut en bas, dans l’ordre) : FlyTam­pa_Cor­fu_ Air­port, FlyTam­pa_Cor­fu_Ob­jects et FlyTam­pa_Cor­fu_zMesh. Il est en­suite pos­sible de dé­pla­cer le sous-dos­sier en­tier dans la bi­blio­thèque d’un ges­tion­naire de scènes qui uti­lise les liens sym­bo­liques comme l’uti­li­taire Sce­neMa­na­ger par exemple.

Un ma­nuel en an­glais est dis­po­nible dans le dos­sier Air­port. Il dé­crit l’île, son aé­ro­port et conseille les ré­glages les plus per­for­mants. Ils sont in­fé­rieurs à ceux que nous uti­li­sons ha­bi­tuel­le­ment, donc nous n’au­rons pas de sou­ci en ce qui concerne le fra­me­rate ! Pro­fi­ton­sen pour ajou­ter des mont­gol­fières dans le ciel puisque la tem­pé­ra­ture le per­met. C’est dom­mage, il manque des cartes que l’on peut trou­ver sur In­ter­net, comme sur http://sky­vec­tor.com ain­si que des cartes Jep­pe­sen très com­plètes à ac­qué­rir à part. Ima­gi­nons un point de dé­part en Eu­rope, mais loin de l’île pour com­men­cer par un vol longue dis­tance. Ce peut être l’aé­ro­port d’un autre pays (par exemple une ca­pi­tale) ou plus proche Athènes, les scènes mo­dé­li­sées à ajou­ter dans le dos­sier Cus­tom Sce­ne­ry ne manquent pas ! Il faut sa­voir qu’au­cune au­to­ri­sa­tion préa­lable n’est de­man­dée pour le voyage vers Cor­fou, seul un plan de vol doit être dé­po­sé 30 mi­nutes avant le dé­part de l’aé­ro­port étran­ger. Ce­la a un in­té­rêt, ce­lui de faire connais­sance avec l’île par une ap­proche, par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant concer­nant l’aé­ro­port de des­ti­na­tion.

L’ar­ri­vée qui se fait vers la piste 35 vaut le dé­tour. Elle est d’ailleurs très pré­sente sur les chaînes de vi­déo en ligne. L’avion su­bit sou­vent des vents forts sud à sud-est ou des tur­bu­lences en courte fi­nale dans la réa­li­té, mais la mé­téo n’est pas as­sez pré­cise dans X-Plane pour un ré­glage aus­si fin. Quoi qu’il en soit, il faut pas­ser au-des­sus des mon­tagnes du sud. Si les pi­lotes sont trop oc­cu­pés à cette phase du vol, les pas­sa­gers peuvent ad­mi­rer par les hu­blots le mo­nas­tère de Vla­cher­na et la pres­qu’île de Ka­no­ni, qui sont des points de re­père connus dans la ré­gion. Le VOR/DME 108.8 GAR per­met un bon gui­dage. Mais si les vents sont contraires, c’est l’at­ter­ris­sage sur la piste 17 qui est sé­lec­tion­né. Il per­met de sur­vo­ler le port et ses ins­tal­la­tions, la vieille ville de Cor­fou et ses deux for­te­resses. Il faut

LGKR Κατικός Αερολιμένας Κέρκυρας

ef­fec­tuer une branche vent ar­rière la plus courte pos­sible en rai­son du re­lief. La fi­nale se fait entre deux éten­dues d’eau, restes de la la­gune d’ori­gine où, dans le si­mu­la­teur, des cygnes sont ani­més et nagent au mi­lieu des plantes aqua­tiques en 3D. La piste de Cor­fou est l’une des plus courtes d’Eu­rope. Elle me­sure 2 373 m et se ter­mine par une aire de re­tour­ne­ment. Elle passe entre l’au­to­route et la mer, ce qui aug­mente la dif­fi­cul­té même en si­mu­la­tion. Un feu ar­rête même la cir­cu­la­tion lors des opé­ra­tions aé­riennes réelles.

L’Aé­ro­port In­ter­na­tio­nal de Cor­fou, le seul de l’île, a pour nom Ioán­nis-Ka­podís­trias, de ce­lui du pre­mier gou­ver­neur de l’île au XVIIe siècle lors de son in­dé­pen­dance. Il est plus com­mu­né­ment ap­pe­lé Aé­ro­port Ker­ky­ra. C’est un an­cien port na­tu­rel qui oc­cupe la la­gune de Cha­li­kio­pou­los. Cel­le­ci a été par­tiel­le­ment as­sé­chée pour l’oc­ca­sion. Construit en 1937, il a ser­vi de base stra­té­gique aux Al­le­mands et aux Ita­liens pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale sur une piste de 600 m. Le pre­mier vol com­mer­cial de­puis Athènes a eu lieu en 1959 et la piste a été pro­gres­si­ve­ment al­lon­gée. Le pre­mier ter­mi­nal a été construit en 1962, puis une nou­velle gare 10 ans plus tard. Il est ou­vert 24h/24. Il ac­cueille 2,5 mil­lions de pas­sa­gers par an qui at­tendent de­hors pour la plu­part suite au manque de place, et les re­lie à la plu­part des aé­ro­ports eu­ro­péens. Il est ac­tuel­le­ment gé­ré par Fra­port, un ex­ploi­tant al­le­mand de Franc­fort et un opé­ra­teur grec, Co­le­zo­pou­los.

Neuf dé­parts sont mo­dé­li­sés dans le si­mu­la­teur, tous si­tués à l’est, au­tour du ter­mi­nal prin­ci­pal et de la tour de contrôle. Il au­rait été in­té­res­sant d’en avoir d’autres un peu plus éloi­gnés, en par­ti­cu­lier un hé­li­port au nord où est dé­jà po­sé un hé­li­co­ptère sta­tique. Le tar­mac a une tex­ture très réa­liste, avec des rac­cords de gou­dron, des taches d’huile et d’usure des pneus. La si­gna­li­sa­tion bien li­sible et de plu­sieurs cou­leurs cor­res­pond à la réa­li­té, aus­si bien au ni­veau de la piste, des par­kings que des aires de rou­lage. La vue Tour, dont le rac­cour­ci par dé­faut est MAJ + 5, ne fonc­tionne mal­heu­reu­se­ment pas ici. Les bâ­ti­ments sont bien re­pré­sen­tés, très dé­taillés et la trans­pa­rence des vitres réa­li­sée avec ef­fi­ca­ci­té. Quelques plaques an­ti­bruit rouges et blanches sont po­sées le long du bord en al­ter­nance. Cer­tains vé­hi­cules sont ani­més comme des bus, des ca­mions ou des cha­riots à ba­gages et d’autres ont un gy­ro­phare opé­ra­tion­nel. Les vé­hi­cules « Fol­low-me » sont po­si­tion­nés sur les places oc­cu­pées par les avions de ligne et sur cer­tains dé­parts ( Ramp Start). Beau­coup d’ob­jets sont po­sés çà et là, comme des pas­se­relles, de pe­tits plots rayés ou des voi­tures. À l’in­té­rieur du han­gar des pom­piers sont ali­gnés de gros ca­mions rouges et jaunes. Les éten­dues d’herbe entre les taxi­ways sont par­se­mées de pe­tites touffes en 3D. Le dé­col­lage sur la piste 35 passe entre les deux la­gunes et un train de ba­gages tra-

verse la piste ! La jonc­tion avec le reste de l’île est in­vi­sible, le code cou­leur est uni­forme.

La nuit, l’aé­ro­port est très sombre et peu éclai­ré dans X-Plane, ce qui est aus­si le cas dans la réa­li­té. Seuls quelques lam­pa­daires, les deux in­té­rieurs des ter­mi­naux et d’un han­gar se dis­tinguent dans le noir, ain­si que les aires de rou­lage et la piste. Au-des­sus de la tour al­ternent des feux blancs, verts et rouges. Le stade de sport semble un peu dé­sert et n’est pas éclai­ré non plus.

Une île en forme d’hip­po­campe

Nous choi­si­rons pour notre ex­plo­ra­tion le tout nou­veau DR401 qu’Ae­ro­bask ( http://ae­ro­bask.com) nous a of­fert pour l’été. Fron­tière entre l’orient et l’oc­ci­dent, Cor­fou a l’avan­tage d’être pe­tite, donc fa­cile à mo­dé­li­ser en dé­tail et à sur­vo­ler puis­qu’elle ne fait que 593 km². La pre­mière ville que l’on ren­contre après le dé­col­lage est Cor­fou, si­tuée à 3 km au nord de l’aé­ro­port. Nous la dé­cou­vrons avec sa vieille for­te­resse ou Pa­laio Frou­rio cons­truite sur un îlot ar­ti­fi­ciel, la vieille ville, le mo­nas­tère Vla­cher­na, ses clo­chers d’églises or­tho­doxes dont celle de Saint Spy­ri­don et ses nom­breuses mai­sons col­lées les unes aux autres. On aper­çoit aus­si des hô­tels avec pis­cines et le port dé­taillé où des pa­que­bots et un fer­ry at­tendent leurs pas­sa­gers. Quelques grues, bouées et contai­ners com­plètent le pay­sage. Au sud de la piste, une chaus­sée pour pié­tons, le Pe­ra­ma Over­pass donne aux spot­ters un point d’ob­ser­va­tion idéal.

Il est pos­sible de pra­ti­quer le VFR de nuit. Les lu­mières de la piste, puis de la ville sont nom­breuses et les fe­nêtres des immeubles sont éclai­rées. On re­père les routes grâce aux phares des voi­tures. Quelques ré­ver­bères longent les rues et le bord de mer. Dans le port, les pa­que­bots brillent de mille feux. Les éclai­rages se ra­ré­fient au fur et à me­sure que l’on s’éloigne de la ville, mais res­tent suf­fi­sam­ment pré­sents pour vo­ler par­tout.

Sur 217 km, les côtes sont bien des­si­nées, avec de belles plages de sable blanc et des fa­laises, ce qui re­pré­sente un vé­ri­table tra­vail de four­mi. Les ha­bi­ta­tions de style mé­di­ter­ra­néen aux fa­çades en haute ré­so­lu­tion couvrent une grande par­tie de l’île, très sou­vent re­grou­pées en pe­tits vil­lages.

Une route fait le tour de l’île, voi­tures et cars ani­més y cir­culent. En al­lant vers le nord, les ha­bi­ta­tions de­viennent plus dis­per­sées. La vé­gé­ta­tion est en 3D et bien re­pré­sen­tée. De nom­breuses fo­rêts, très denses couvrent la sur­face des mon­tagnes dans l’ar­rière-pays et le mesh a été tra­vaillé de fa­çon mé­ti­cu­leuse, ren­dant bien les dif­fé­rentes al­ti­tudes. Çà et là, quelques pe­tits ports de plai­sance ap­pa­raissent, où quelques ba­teaux sont amar­rés. Au loin, se des­sinent la Grèce conti­nen­tale et l’Al­ba­nie. Au sud de Ma­ra­thias est po­sé un ali­gne­ment de serres agri­coles qui semble en fait être plu­tôt une ferme so­laire dans la réa­li­té.

Du­rant tous les vols, le fra­me­rate est res­té entre 30 et 40, même en uti­li­sant un avion de ligne : en­cou­ra­geant ! Cette scène est d’une grande qua­li­té de réa­li­sa­tion et il est agréable de dé­cou­vrir l’île et son aé­ro­port de­puis le ciel. Il est juste dom­mage qu’elle soit si com­pli­quée à ins­tal­ler et à gé­rer ! Elle s’adresse aus­si bien aux pi­lotes d’avia­tion gé­né­rale qu’à ceux de li­ners et donne en­vie de la dé­cou­vrir dans la réa­li­té. Elle per­met aus­si de faire connais­sance avec le tra­vail de FlyTam­pa pour X-Plane. Quelle va être la sui­vante ?

Le ter­mi­nal et la tour de contrôle.

Un Boeing sur le tar­mac.

En haut : Les bâ­ti­ments du port, le fer­ry et les ca­mions. Ci-des­sus : La ville de Cor­fou est dense en bâ­ti­ments. Ci-contre : L’ex­tré­mi­té de la piste 35 et les construc­tions alen­tour.

Ci-des­sus : La scène est très riche en ob­jets. Ci-des­sous : Le stade de Cor­fou.

Ci-des­sus : Sur l’île, les mai­sons sont sou­vent ras­sem­blées en pe­tits vil­lages. Ci-des­sous : Les tex­tures sont en haute ré­so­lu­tion sur les ob­jets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.