Ol­dies : Se­cret wea­pons of the Luft­waffe (1991)

Guerre stra­té­gique

Micro Simulateur - - SOMMAIRE -

Réunir sous un seul lo­gi­ciel la si­mu­la­tion de pi­lo­tage et la stra­té­gie à long terme est un exer­cice dif­fi­cile. Pour­tant cer­tains y sont par ve­nus, et avec brio qui plus est!

Ce n’est pas la pre­mière fois que Se­cret Wea­pons of the Luft­waffe, ou SWOTL pour les in­times, est ci­té dans nos pages. Le lo­gi­ciel avait dé­jà fait l’ob­jet d’un test dans le nu­mé­ro 3 de Mi­cro Si­mu­la­teur (et oui, dé­jà !) en août 1992, puis nous lui avions consa­cré une pe­tite ru­brique « Ol­dies » en oc­tobre 2006 (MS 153). Mais à l’oc­ca­sion des congés es­ti­vaux, une pe­tite ses­sion de l’ému­la­teur DosBox nous a per­mis de re­prendre ce clas­sique, et le constat est édi­fiant : il est tou­jours aus­si pas­sion­nant ! Alors pour nos lec­teurs qui au­raient ra­té les épi­sodes pré­cé­dents, nous pro­po­sons un pas­sage en re­vue des qua­li­tés de cet an­cêtre des Il-2, DCS et autres lo­gi­ciels mi­li­taires his­to­riques…

En cam­pagne

Si­gné Lu­casArts, SWOTL était dé­jà l’hé­ri­tier d’une li­gnée de lo­gi­ciels de com­bat aé­rien : 1942 (guerre du Pa­ci­fique), Their

Fi­nest Hour (ba­taille d’An­gle­terre), mais plus qu’une trans­po­si­tion du concept, les au­teurs avaient réus­si à le faire évo­luer, ne se­rait-ce que pour pro­fi­ter des nou­velles puis­sances de cal­cul des PC de l’époque (pro­ces­seurs 386 et 486). La boîte de SWOTL était bien rem­plie : quatre dis­quettes (et les moins de vingt ans de s’éton­ner : « c’est quoi une dis­quette ? »), un im­po­sant ma­nuel avec une pas­sion­nante ana­lyse his­to­rique et une roue de co­dage, seul moyen pour l’époque de lut­ter contre le pi­ra­tage.

SWOTL était d’abord un si­mu­la­teur de vol : par dé­faut, la flotte se com­po­sait de P-47, P-51 et B-17 du cô­té U.S. Air Force ; pour la Luft­waffe, on pre­nait les com­mandes des Bf 109G, Fw 190, Me 262, Me 163 et l’aile vo­lante Go 229 (qui ne connut pas le com­bat). Des ex­ten­sions per­mirent d’ajou­ter en­suite les P-38, P-80, Do 335 et He 162. Chaque avion avait son ar­me­ment propre, ses qua­li­tés de vol, ses forces et fai­blesses. Le B-17 re­pro­dui­sait tous ses postes de tir et même le vi­seur du bom­bar­dier. Tout ce pe­tit monde s’af­fron­tait en mis­sions his­to­riques au-des­sus de l’Eu­rope oc­ci­den­tale entre 1943 et l’au­tomne 1945. Un édi­teur de mis­sions per­met­tait en outre de ra­pi­de­ment créer ses propres aven­tures.

On peut sou­rire au­jourd’hui de ces cock­pits en deux di­men­sions à la norme VGA (320x200 pixels) et de la fausse 3D à l’écran, les ap­pa­reils étant re­pro­duits à l’aide de sprites (images 2D qui se suc­cé­daient et don­naient une illu­sion de vo­lume). Mais c’était ce qu’on fai­sait de mieux, et que les plus jeunes nous croient sur pa­role, on n’ima­gi­nait pas alors qu’on puisse faire mieux sur un PC !

Outre le pi­lo­tage, SWOTL pro­po­sait sur­tout un mode cam­pagne : les mis­sions s’y suc­cé­daient et les ré­sul­tats de cha­cune in­fluaient sur le déroulement de la guerre. Du cô­té amé­ri­cain, on choi­sis­sait les cibles sur le ter­ri­toire al­le­mand : aé­ro­dromes, usines d’avia­tion ou d’ar­me­ment, raf­fi­ne­ries, gares, l’ob­jec­tif étant de per­tur­ber la ma­chine de pro­duc­tion du Reich. Et du cô­té al­le­mand, il fal­lait jus­te­ment gé­rer cette pro­duc­tion, ré­par­tir ses res­sources. Et tout ça entre deux mis­sions aux ré­sul­tats in­cer­tains. Dans SWOTL, le pi­lote était aus­si chef d’état-ma­jor, et la stra­té­gie de­ve­nait par­tie in­té­grante du conflit.

Et au­jourd’hui ?

Près de vingt-cinq ans après, nous n’avons pas trou­vé de si­mu­la­teur qui re­pro­duise si bien ces contextes et ces pro­blé­ma­tiques, même sim­pli­fiées. Il y avait un plai­sir réel à mettre au point des mis­sions de com­bat dont la réus­site pou­vait in­fluer sur le cours de la guerre, puis prendre les com­mandes des ap­pa­reils im­pli­qués pour jus­te­ment me­ner la mis­sion à bien. C’était aus­si une fa­çon de dé­cou­vrir que les armes se­crètes de la Luft­waffe, si ré­vo­lu­tion­naires sur le pa­pier, n’étaient pas for­cé­ment d’une grande ef­fi­ca­ci­té au com­bat ! Le fris­son était au ren­dez-vous, que l’on pé­nètre dans la zone de Flak au­tour des usines de Sch­wein­furt, que l’on cherche à ren­trer à la base en pla­nant dans son Me 163 pri­vé de car­bu­rant, ou que l’on es­père que le B-17 par­vien­dra à re­joindre l’An­gle­terre sur trois mo­teurs seule­ment…

Mal­heu­reu­se­ment SWOTL n’est pas tom­bé dans le gi­ron des aban­don­wares, il faut donc écu­mer le mar­ché de l’oc­ca­sion pour se pro­cu­rer cette pé­pite qui tourne très bien sous DosBox. Sur la fin, SWOTL fut même ven­du en boîte CD avec toutes ses ex­ten­sions. Si vous par­ve­nez à mettre la main des­sus, c’est une pièce de col­lec­tion, le ma­nuel à lui seul vaut le coup !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.