Plan de vol : surf ha­waïen en Air­bus

Micro Simulateur - - SOMMAIRE - parEm­ma­nuelB­lan­chard

La ré­cente mois­son d’Air­bus pour nos si­mu­la­teurs fa­vo­ris pro­voque for­cé­ment l’en­vie de les mettre au tra­vail. Pour ce faire, di­rec­tion l’océan Pa­ci­fique et une des­ti­na­tion pro­pice à l’éva­sion.

L’ ar­chi­pel d’Ha­waï évoque im­man­qua­ble­ment le surf, les vol­cans, les plan­ta­tions d’ana­nas (et pour les plus fé­rus de té­lé­vi­sion, un dé­tec­tive à mous­taches se dé­pla­çant en Fer­ra­ri). Per­du au centre du Pa­ci­fique, le cha­pe­let d’îles n’est ac­ces­sible aux tou­ristes que par la voie des airs. Les dé­pla­ce­ments au sein même du cin­quan­tième État se font éga­le­ment par trans­port aé­rien : un avion de ligne, même mo­deste, évo­lue­ra dix fois plus vite qu’un ba­teau (au moins !). La porte d’en­trée vers Ha­waï est l’aé­ro­port de Ho­no­lu­lu (PHNL), d’où part une no­ria de pe­tits trans­por­teurs régionaux vers les autres îles. Le nombre de pas­sa­gers trans­por­tés est faible, mais les na­vettes sont nom­breuses et fré­quentes. C’est donc un bal­let in­ces­sant de B737, A320, Q400 et autres ERJ/CRJ qui s’in­sèrent dans le tra­fic des l ongs cour­riers en pro­ve­nance d’Amé­rique du nord ou d’Asie. Voi­là donc un cadre idéal pour mettre en scène les « pe­tits » Air­bus ré­cem­ment pu­bliés par dif­fé­rents édi­teurs : on pense prin­ci­pa­le­ment à l’A320 Ul­ti­mate de FlightFac­tor pour X-Plane 11 et à la paire A318/A319 Pro d’Ae­ro­soft pour P3D v4.

Ce sont ty­pi­que­ment les ap­pa­reils mis en oeuvre pour re­lier l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Ho­no­lu­lu avec les grandes villes de l’ar­chi­pel sur les autres îles, prin­ci­pa­le­ment Hi­lo. La dis­tance est courte (350 km), les be­soins n’im­posent pas de grandes ca­pa­ci­tés en ac­cueil de pas­sa­gers, mais les ro­ta­tions sont fré­quentes. Et lorsque la mé­téo s’en mêle, les com­pé­tences des équi­pages sont mises à l’épreuve. No­tez que cet ar­ticle s’adresse avant tout aux pi­lotes dé­jà fa­mi­lia­ri­sés avec les avions de ligne, en par­ti­cu­lier les Air­bus (mais pas obli­ga­toi­re­ment), nous pas­sons donc vo­lon­tai­re­ment sur cer­taines opé­ra­tions

cen­sées être cor­rec­te­ment as­si­mi­lées par les sim­mers. Néan­moins les grands dé­bu­tants peuvent se ser­vir des pages qui suivent comme d’une ligne di­rec­trice et pour chaque phase se ré­fé­rer au ma­nuel de leur ex­ten­sion fa­vo­rite.

Forces en pré­sence

Ce plan de vol ex­press évoque donc une liai­son ima­gi­naire (mais ins­pi­rée de faits réels, se­lon la for­mule consa­crée) entre Ho­no­lu­lu In­ter­na­tio­nal sur l’île d’Oa­hu et Hi­lo In­ter­na­tio­nal sur Ha­waï (la prin­ci­pale île de l’ar­chi­pel qui a don­né son nom à l’en­semble). Nous l’avons concoc­té pour qu’il soit avant tout ex­ploi­té avec l’A320 Ul­ti­mate sous X-Plane 11 ou les A318/A319 Pro sous P3D v4, mais il se prête par­ti­cu­liè­re­ment bien à toutes sortes d’adap­ta­tion : autre ap­pa­reil de même ca­té­go­rie (MD-80, Q400, B737…) ou bien évi­dem­ment à FS X pour le­quel les Air­bus sont nom­breux (on pense aus­si à FS 2004, il existe en­core une im­por­tante com­mu­nau­té d’uti­li­sa­teurs !). Au­cune scène par­ti­cu­lière n’est uti­li­sée. À l’ex­cep­tion des aé­ro­nefs, toutes les res­sources sont celles des lo­gi­ciels par dé­faut, sans ex­ten­sion de mé­téo ni de tra­fic IA.

Le tra­jet pré­vu est très simple : au dé­part de Ho­no­lu­lu, cap au sud-est vers le point LNY qui ca­rac­té­rise une des tra­jec­toires de dé­part de­puis PHNL. Puis croi­sière qua­si­ment rec­ti­ligne jus­qu’à Ha­waï, en s’ai­dant juste de deux ba­lises VOR. En­fin le point AR­BOR mo­dé­lise le dé­but des tra­jec­toires d’ar­ri­vée pour Hi­lo In­ter­na­tio­nal. No­tons une par­ti­cu­la­ri­té de cet aé­ro­port : il est bor­dé par l’océan à l’est, et par les re­liefs vol­ca­niques à l’ouest ( fig. 1). Ses deux pistes sont la 08/26 (longue) et la 03/21 (courte), que l’on aborde par l’est (donc les axes 21 et 26) quelle que soit la mé­téo afin de ne pas dé­bou­ler au-des­sus du Mau­na Kea. Le tra­jet, aus­si bien dans FS X/P3D que dans X-Plane, de­vrait donc res­sem­bler à ce­lui de la fi­gure 2, et en­chaî­nant les points sui­vants : PHNL – VOR LNY (117.70) – VOR UPP (112.30) – AR­BOR – PHTO. Dans notre exemple de la fi­gure 2, le tra­jet fait pas­ser par le point PA­LAY qui ca­rac­té­rise cer­taines tra­jec­toires SID au dé­part de PHNL ; mais dans les faits, on pas­se­ra par un autre point plus au nord pour fi­na­le­ment re­joindre LNY.

Idéa­le­ment l’ap­pa­reil pour son pre­mier vol du jour (9 h 00 à Ho­no­lu­lu) est en si­tua­tion cold and dark, à l’une des portes d’em­bar­que­ment du ter­mi­nal nord de PHNL. L’oc­cu­pa­tion de la ca­bine en pas­sa­gers est es­ti­mée aux deux tiers (que ce soit pour l’A320 ou les A318/319), l’em­port de car­bu­rant est fixé à 6 200 kg (13 600 lbs). Et en­core le cal­cu­la­teur pour les A318/A319 compte très large, no­tam­ment avec un dé­rou­te­ment par dé­faut dont la lon­gueur dé­passe celle de notre tra­jet ( fig. 3) La moi­tié de la quan­ti­té de car­bu­rant suf­fi­rait pour faire le tra­jet, mais il n’est pas sûr que l’on puisse ra­vi­tailler à Hi­lo, dont les in­fra­struc­tures sont som­maires. On gagne aus­si du temps sur notre ro­ta­tion en n’ayant pas à faire in­ter­ve­nir un ca­mion­ci­terne. La perte en­gen­drée par la sur­charge se­ra com­pen­sée par la moindre at­tente ! De sur­croît, il y a plu­sieurs pistes le long du tra­jet em­prun­tées, ja­mais à plus de 30 nau­tiques : même si on sur­vole l’océan, pas de sou­cis pour trou­ver une so­lu­tion de se­cours en cas de pro­blème. Dans P3D, nous avons op­té pour la mé­téo par dé­faut ca­lée sur « fair wea­ther » (beau temps), ca­rac­té­ri­sée par un vent nul et quelques cu­mu­lus à 7 000 ft ; dans X-Plane 11 en re­vanche, la mé­téo réelle nous a joué un mau­vais tour, il fai­sait par­ti­cu­liè­re­ment mau­vais au-des­sus de l’ar­chi­pel ha­waïen au dé­but de sep­tembre… Le ciel était char­gé sur plu­sieurs couches, de 2 000 à 10 000 ft, avec pré­ci­pi­ta­tions

Fig. 1 : Les ins­tal­la­tions de Hi­lo In­ter­na­tio­nal PHTO, coin­cées entre l’océan à l’est (en bas à gauche de l’image) et le vol­can à l’ouest.

Fig. 3 : Les es­ti­ma­tions de car­bu­rant sont très larges chez Ae­ro­soft : en fait, la moi­tié suf­fi­rait pour le tra­jet pré­vu !

Fig. 4 : L’aé­ro­port de Ho­no­lu­lu vu dans P3D de­puis le sud-ouest : les re­liefs s’élèvent ra­pi­de­ment au bout des deux pistes 04.

Fig. 2 : Le plan de vol tel que mo­dé­li­sé dans P3D : le point PA­LAY n’est pas in­dis­pen­sable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.