LA PARTICULE ÉLÉ­MEN­TAIRE

CHAR­LIE TER­NI­SIEN - TROI­SIÈME LIGNE DE DAX. LE « COU­TEAU SUISSE » DU PACK EN­TAME SA CIN­QUIÈME SAI­SON DANS LES LANDES. TOUT COMME SON FRÈRE SI­MON, IL EST PRÉ­CIEUX DANS L’EF­FEC­TIF DE L’USD.

Midi Olympique - - Pro D2 Magazine - Par Laurent TRAVINI

Le rugby est un sport col­lec­tif. Il est fait d’une somme d’in­di­vi­dua­li­tés qui ap­portent leurs qua­li­tés au bé­né­fice du col­lec­tif. Si cette dé­fi­ni­tion est juste, alors Char­lieTer­ni­sien est un joueur de rugby ! Né à Saint-Pa­lais (Py­ré­néesAt­lan­tiques), « mais ayant gran­di à Mou­guerre » , il opte, comme ses trois frères, pour le rugby. Ses pa­rents ori­gi­naires de ré­gion pa­ri­sienne, il va se for­mer aux va­leurs du rugby et du Pays basque à Mou­guerre.Il passe deux an­nées en es­poirs à l’Avi­ron bayon­nais, avant de re­mon­ter la côte pour ac­cos­ter à Bor­deaux. Le jeune troi­sième ligne en­chaîne cinq sai­sons avec l’UBB et connaît même la mon­tée enTop 14, en 2011. La concur­rence en troi­sième ligne ne lui donne pas suf­fi­sam­ment de temps de jeu. Il lui reste un an de contrat mais, en ac­cord avec son pré­sident, il choi­sit Dax pour re­joindre son frère Si­mon, pas­sé lui par le Stade mon­tois.

L’IN­TÉ­RÊT GÉ­NÉ­RAL

De sa for­ma­tion d’ori­gine, il garde un sens de l’en­ga­ge­ment et une mo­des­tie ca­rac­té­ris­tique des hommes de de­voir.De son pas­sage à Bor­deaux,il garde des ap­ti­tudes tech­niques de com­bat­tant et de dé­fen­seur. Le choix de l’USD est concluant. Il en­chaîne les matchs en flan­ker ou en nu­mé­ro 8, sans faire de pré­fé­rence : « L’im­por­tant pour moi est avant tout d’être sur le ter­rain… » Ef­fec­ti­ve­ment, ce sport col­lec­tif est exal­tant,quand on fait par­tie du col­lec­tif ! Char­lie y est très at­ta­ché à ce col­lec­tif. Peu ba­vard, il s’ex­prime sur le ter­rain. Il ex­prime éga­le­ment une qua­li­té re­cher­chée par tous les en­traî­neurs : l’al­truisme. C’est un joueur qui joue pour l’équipe.Quel que soit le poste ou les cir­cons­tances.

À l’heure où cer­tains sont ta­tillons sur leur po­si­tion­ne­ment ou même sur le nu­mé­ro, Char­lie se contente de pro­fi­ter des op­por­tu­ni­tés de « jouer au rugby » … Quand, au cours de la sai­son der­nière, l’ef­fec­tif dacquois est am­pu­té d’une grande par­tie de sa deuxième ligne, le « pas-pas » du pack se sa­cri­fie. Oui le « pas-pas » ! Pas as­sez ra­pide pour être un vrai flan­ker, pas as­sez ex­plo­sif pour être un vrai 8 et, bien sûr, pas as­sez grand pour être un vrai deuxième ligne. Mais peu im­porte, « si ce­la peut ser­vir l’équipe, je vais m’y fi­ler » .Char­lie va ain­si cu­mu­ler les matchs en deuxième ligne. Pour cer­tains matchs, il re­des­cen­dra d’un cran. Sans bron­cher,mais en y met­tant à chaque fois le coeur et les tripes, il va faire ce qu’il aime le plus… jouer ! Comme s’il y avait un ata­visme « Ter­ni­sien », son frère Si­mon fait de même dans les lignes ar­rière. Par­fois centre, par­fois ai­lier, à gauche comme à droite, Si­mon bouche lui aus­si les trous… La na­ture a hor­reur du vide, les frères Ter­ni­sien aus­si !

On ne me­sure pas as­sez l’im­por­tance,dans un sport comme le rugby, de joueurs ca­pable de faire pas­ser l’in­té­rêt de l’équipe avant le leur. Les sup­por­ters sont sou­vent at­ti­rés vers les joueurs phares, les bu­teurs, les fi­nis­seurs… Il faut par­fois s’at­tar­der sur ceux qui, sans bruits, vont faire le geste juste, le pla­quage ef­fi­cace ou le coup de casque qui im­pose le res­pect… Ce sont sou­vent ceux qui dis­til­lent les mots rares et pré­cieux. Alors, comme toute construc­tion phy­sique, le col­lec­tif de rugby a be­soin de par­ti­cules élé­men­taires. La science dé­crit qu’elles « com­posent la ma­tière, jouent un rôle de mé­dia­teur dans les in­ter­ac­tions élé­men­taires et sont des vec­teurs de forces ».

Photo Loïc De­quier

Po­ly­va­lant, Char­lie Ter­ni­sien a dé­jà joué neuf matchs cette sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.