IM­POR­TANT POUR LA SUITE

Midi Olympique - - Ovalie - Par Jean-Pierre DUNAND Les Beau­nois joue un match ca­pi­tal dans l’op­tique du main­tien ce week-end contre La Seyne-sur-Mer.

En s’im­po­sant la se­maine pas­sée face à Villeur­banne (1714), Beaune a non seule­ment gla­né les points pré­cieux d’un troi­sième suc­cès, mais a éga­le­ment confé­ré un en­jeu très par­ti­cu­lier à la der­nière échéance de l’an­née 2018 qui pren­dra la forme d’une confron­ta­tion avec un ri­val di­rect du bas de ta­bleau, La Seyne-sur-Mer. « Nous sa­vions que ces deux matchs pou­vaient être très im­por­tants dans notre par­cours, re­tient Sé­bas­tien Ma­gnant, l’en­traî­neur bour­gui­gnon. Nous avons réa­li­sé un pre­mier pas face à Villeur­banne, il en reste un autre à ac­com­plir contre La Seyne. En en­chaî­nant deux vic­toires de suite à do­mi­cile, nous pou­vons nous re­pla­cer dans la course au main­tien. » Les don­nées du clas­se­ment va­lident cette ana­lyse, alors qu’elles laissent les Beau­nois à trois points de leur pro­chain ad­ver­saire mais aus­si de Vienne confron­té à Nice.

PRIO­RI­TÉ À LA PER­FOR­MANCE

Mais si cette évi­dence s’im­pose, le camp beau­nois n’est pas ré­so­lu à dé­ro­ger à une règle éta­blie de­puis le dé­but de sai­son. « Nous n’avons pas pour ha­bi­tude de nous ré­fé­rer au clas­se­ment. Nous avons fait le choix de nous concen­trer sur nos per­for­mances. Ce sont elles qui nous guident, pré­cise Sé­bas­tien Ma­gnat non sans ap­por­ter une pré­ci­sion. Le ca­len­drier ne

Photo nous a pas été fa­vo­rable dans la pre­mière par­tie de la com­pé­ti­tion en nous pro­po­sant plus de dé­pla­ce­ments que de ré­cep­tions. La ten­dance va s’in­ver­ser et c’est pour ce­la qu’il est im­por­tant de par­ve­nir à re­ve­nir dans la course avant d’abor­der la deuxième moi­tié de la com­pé­ti­tion. » Un dé­tail n’échap­pe­ra ce­pen­dant pas aux Beau­nois à la lec­ture de ce ca­len­drier qui leur im­po­se­ra une suite de quatre matchs face aux quatre ac­tuels pre­miers de la com­pé­ti­tion. « Jan­vier et fé­vrier se­ront des mois com­pli­qués » ad­met Sé­bas­tien Ma­gnat comme pour mieux sou­li­gner la né­ces­site d’en­gran­ger le maxi­mum de points avant ces échéances.

STOP­PER LA SÉ­RIE

La si­tua­tion à la­quelle sont confron­tés les Sey­nois peut être te­nue comme com­pa­rable. Sous un as­pect pu­re­ment comp­table et ce même s’ils comptent un match en re­tard, face à Nice, pro­gram­mé dans une se­maine. Une per­for­mance en Bour­gogne ap­por­te­rait aux Sey­nois une pré­cieuse bouf­fée d’oxy­gène, mais sur­tout elle leur per­met­trait de mettre un terme à une dé­jà trop longue sé­rie né­ga­tive. À la dif­fé­rence des Beau­nois, les Va­rois avaient réa­li­sé un bon dé­part en ali­gnant quatre vic­toires. Mais de­puis fin sep­tembre, ils ont en­chaî­né les re­vers, six au to­tal, en se conten­tant de deux points de bo­nus dé­fen­sifs lors de ces six der­nières jour­nées. Pour eux aus­si il est temps de pen­ser à la suite et de faire tour­ner le comp­teur. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.