DUEL CA­PI­TAL

Photo DR SEYSSINS - AIX-LES-BAINS DANS UNE POULE OÙ LE PE­LO­TON NE LAISSE QUE DES MIETTES AUX MAL CLAS­SÉS, LA REN­CONTRE ENTRE SEYSSINS ET AIX-LES-BAINS AP­PA­RAÎT DÉ­JÀ CA­PI­TAL DANS LA COURSE AU MAIN­TIEN.

Midi Olympique - - Ovalie - Le centre Ju­lien Bioud et les Seys­si­nois, re­çoivent Aix-les-Bains pour un match ca­pi­tal pour le main­tien. Par Sé­bas­tien FIATTE

Di­manche soir, rien ne se­ra fait, ni pour l’un, ni pour l’autre, mais l’un des deux clubs res­pi­re­ra un peu mieux. Car l’air est rare dans la poule 5 de Fé­dé­rale 3. La lan­terne rouge, Rhône XV est qua­si­ment as­phyxiée, avec cinq points en neuf jour­nées de cham­pion­nat, et seule­ment 99 points ins­crits sur le ter­rain. Seyssins et Aix-les-Bains, qui s’af­frontent chez le pre­mier nom­mé ce di­manche sont à peine mieux lo­tis. En dix matchs, les deux équipes n’ont ga­gné cha­cune qu’une seule ren­contre : contre Rhône XV (30-3), le 7 oc­tobre, pour Seyssins ; contre Pont-de-Claix (30-22), le 16 sep­tembre, pour Aixles-Bains. Dans une poule où les ca­dors im­posent une ca­dence in­fer­nale, les op­po­si­tions di­rectes en bas de clas­se­ment re­vêtent une im­por­tance en­core plus ac­crue. « Le main­tien se joue­ra moins haut que les autres an­nées. » juge Da­vid Ni­caise, l’un des en­traî­neur s de Seyssins, ar­ri­vé de Gré si vaud an Belle donne à l’ in­ter sai­son.

UN MANQUE D’EX­PÉ­RIENCE

Pour le reste, ce n’est pas une surprise de re­trou­ver les deux clubs dans cette po­si­tion. Seyssins lutte pour le main­tien de­puis main­te­nant plu­sieurs sai­sons, et Aix-les-Bains est pro­mu en Fé­dé­rale 3. Au fi­nal, les deux équipes se res­semblent, avec un es­prit joueur et une re­la­tive in­ex­pé­rience. À Aix-les-Bains, peu ou pas de joueurs connaissent le ni­veau fé­dé­ral. À Seyssins, dé­jà en Fé­dé­rale les sai­sons pré­cé­dentes, la moyenne d’âge est de 21 ans. « Le groupe est très en­thou­siaste mais manque for­cé­ment d’ex­pé­rience, juge Da­vid Ni­caise. Le point po­si­tif est que nous sommes en avance sur la sai­son der­nière, en réus­sis­sant à prendre des points de bo­nus, tou­jours pré­cieux au clas­se­ment. »

À Aix-les-Bains, la dé­cou­verte du pre­mier ni­veau na­tio­nal est dif­fi­cile. « Nous avons lou­pé des oc­ca­sions en dé­but de cham­pion­nat, juge l’en­traî­neur, Gé­rald Pe­ry. Le prin­ci­pal re­gret concerne le match contre Pri­vas. On perd après avoir me­né 14-7 à la 82e… Lors du der­nier bloc, contre Saint-Mar­cel­lin, Mon­té­li­mar et An­ne­cy, c’était dur… » L’un des pro­blèmes concerne éga­le­ment l’état phy­sique des joueurs. Si Seyssins est re­la­ti­ve­ment épar­gné, Aixles-Bains paie un lourd tri­but aux bles­sures.

« Les joueurs viennent d’Hon­neur et n’ont peut-être pas pris la me­sure du com­por­te­ment à avoir en Fé­dé­rale », pour­suit le coach.

Sur un match, ça doit pou­voir pas­ser. Ce genre de confron­ta­tion di­recte se joue aus­si, et sou­vent avant tout, au men­tal. Et là, for­cé­ment, le coach aixois ne se prive pas de mettre lo­gi­que­ment la pres­sion sur son ad­ver­saire. « Nous de­vons soi­gner notre conquête, ar­ri­ver à te­nir le bal­lon et être dis­ci­pli­né lors de nos temps faibles. Pour le reste, notre ad­ver­saire est à do­mi­cile et doit ga­gner contre un mal clas­sé… » ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.