PLUS QU’UN CLUB

FOYER LAÏQUE DU HAUT-VER­NET LE CLUB DU QUAR­TIER NORD DE PER­PI­GNAN EST L’UNIQUE RE­PRÉ­SEN­TANT CA­TA­LAN EN HON­NEUR. UN NI­VEAU OÙ IL ES­PÈRE SE MAIN­TE­NIR. MAIS PLUS EN­CORE, LA STRUC­TURE RE­CHERCHE L’IN­TÉ­GRA­TION SO­CIALE.

Midi Olympique - - Ovalie - Le co­mi­té di­rec­teur du Foyer laïque est plu­tôt fier de la bonne vi­ta­li­té du club per­pi­gna­nais mal­gré un dé­but de sai­son mi­ti­gé (trois vic­toires pour quatre dé­faites) et une avant-der­nière place de poule. Par Di­dier NA­VARRE

L’exer­cice 2017-2018 res­te­ra un mo­ment in­ou­bliable dans l’his­toire du Foyer laïque du HautVer­net. Cette an­née­là, le club du quar­tier Nord per­pi­gna­nais a fê­té ses 60 ans. Quant à l’équipe fanion, elle s’est his­sée aux portes de la Fé­dé­rale 3. Lors de l’exa­men fi­nal, ce­lui de l’at­tri­bu­tion du titre ré­gio­nal, Elne a fi­na­le­ment été cou­ron­né et ad­mis à l’éche­lon fé­dé­ral. Les re­pré­sen­tants du Foyer sont re­par­tis en Hon­neur et dé­couvrent le tout nou­veau cham­pion­nat d’Oc­ci­ta­nie au sein d’une poule par­ti­cu­liè­re­ment re­le­vée avec trois an­ciens re­pré­sen­tants de Fé­dé­rale 3. « Nos ad­ver­saires sont de qua­li­té, une équipe comme Sor-Agout est du ni­veau de la Fé­dé­rale 3, sou­tient le co­pré­sident Be­noit Cas­ta­ne­do. Des clubs comme Si­gean-Port-laNou­velle, l’Ave­nir Bleu et Blanc et La­roque-d’Olmes-Bé­les­ta évo­luaient l’an der­nier à ce ni­veau de com­pé­ti­tion. Ta­ras­con est éga­le­ment une équipe co­riace. Je re­con­nais que nous sommes dans une poule dif­fi­cile mais nous ne re­gret­tons rien. Au contraire, on dé­couvre de nou­velles équipes, une autre culture de jeu. Ce­la per­met de nous oxy­gé­ner. Spor­ti­ve­ment c’est dif­fi­cile mais nous al­lons mettre tout en oeuvre pour nous main­te­nir. À l’in­ter­sai­son, il y a eu des chan­ge­ments au sein du club. Ce­la dit, les nou­veaux com­mencent à trou­ver leurs re­pères, nous sommes se­reins pour la suite. »

« PAS DE CHÔ­MEURS »

Si l’équipe se­nior es­père se main­te­nir au plus haut ni­veau de la com­pé­ti­tion de la Ligue, le club reste pro­fon­dé­ment at­ta­ché à ses va­leurs édu­ca­tives au sein d’un quar­tier stig­ma­ti­sé par la dé­lin­quance, les in­ci­vi­li­tés et le chô­mage. « Le club a été créé par des ins­ti­tu­teurs à la fin des an­nées 50, ajoute Be­noît Cas­ta­ne­do. Ils avaient mis en Photo Pas­cal Ro­dri­guez place une école de rugby qui est vite de­ve­nue flo­ris­sante. L’édu­ca­tion et le res­pect étaient éga­le­ment mis en avant. Soixante ans après, nous sommes dans le même état d’es­prit. à l’école de rugby, les édu­ca­teurs n’ap­prennent pas que la passe et le pla­quage. Lors des va­cances, nous or­ga­ni­sons des stages à thèmes et pro­po­sons des ac­ti­vi­tés à do­mi­nante cultu­relle. Nous pou­vons mettre tout ce­ci en place car nous avons un sa­la­rié qui fait un tra­vail consi­dé­rable. Nous sommes aus­si fiers de l’équipe de sport adap­té que nous avons ré­cem­ment créée. Le club a une vo­ca­tion so­ciale, c’est l’hé­ri­tage des an­ciens. Ces ac­tions se concré­tisent par des suc­cès puisque nous n’avons pas de chô­meurs chez les se­niors. Pour l’en­semble du club, c’est une belle vic­toire. »

Plus qu’un club, le Foyer laïque est une fa­mille. Une fa­mille fière du nu­mé­ro 8 co­lu­mé­rin Ro­main Bé­zian, is­su de l’école de rugby et qui à chaque ren­contre fait hon­neur à son club for­ma­teur. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.