PAS CENT POUR CENT

L’ÉQUIPE DE L’AIN A OB­TE­NU LE RÉ­SUL­TAT AT­TEN­DU, MAIS RESTE N’EST PAS PLEI­NE­MENT SA­TIS­FAITE DU CONTE­NU DE SON MATCH

Midi Olympique - - Pro D2 17e Journée - Par Jean-Pierre DUNAND

Il y a bien sur les cinq points pris face à Co­lo­miers et la sa­tis­fac­tion d’avoir fran­chi une pre­mière étape dans le plan de marche tra­cé pour le mois de jan­vier. Mais au-de­là des as­pects comp­tables, le bi­lan ti­ré de la vic­toire ac­quise face à Co­lo­miers s’ap­proche du taux de réus­site du bu­teur mai­son, Ben­ja­min Bo­ti­ca, qui lais­sa fi­ler deux pé­na­li­tés et une trans­for­ma­tion. « Nous n’étions pas à cent pour cent », ré­sume Adrien Buo­no­na­to en

pour­sui­vant, « nous avons été dans l’avan­cée, pas dans la conti­nui­té. En ayant ins­crit trois es­sais dans la pre­mière de­mi-heure nous au­rions du mieux maî­tri­ser ce match. Nous avions axé notre pré­pa­ra­tion sur la fraî­cheur, sur la vi­tesse, en pen­sant qu’il n’était pas né­ces­saire de mettre l’ac­cent sur l’en­ga­ge­ment, par­tant du prin­cipe qu’il s’agit d’une chose ac­quise et dans ce do­maine nous n’avons pas mis ce qu’il fal­lait. Sur ce point nous nous sommes trom­pés. Nous avons aus­si ra­té des pla­quages. »

ÉLAN COU­PÉ

Ces ca­rences du mo­ment ont eu pour consé­quence de cou­per net l’élan pro­cu­ré par les trois es­sais ins­crits dans un dé­but de match à l’avan­tage d’Oyon­nax. Etienne Her­jean, pro­mu ca­pi­taine, en tire un constat : « Nous nous sommes mis le doute nous-mêmes, alors que nous avions en mains les atouts pour maî­tri­ser notre match. Nous sa­vons pour­tant que pour beau­coup d’équipes la stra­té­gie est de cher­cher à pour­rir les bal­lons, à ra­len­tir notre jeu. Co­lo­miers a su le faire. Le conte­nu n’est pas ce­lui que nous vou­lions pro­po­ser, mais au fi­nal nous avons mal­gré tout dé­cro­ché le bo­nus of­fen­sif, parce que l’équipe a su mon­trer son ca­rac­tère en jouant jus­qu’au bout. Ce match nous rap­porte cinq points, ce qui était es­sen­tiel. Il doit aus­si nous per­mettre d’ap­prendre de nos er­reurs en sa­chant que dès ven­dre­di face à Bé­ziers nous se­rons con­fron­tés au même type de si­tua­tion. »

Conscients des re­ca­drages qui de­vront être réa­li­sés dans la pers­pec­tive de la ré­cep­tion de Bé­ziers, les Oyon­naxiens veulent dé­ga­ger les as­pects po­si­tifs du match de re­prise face à Co­lo­miers, à com­men­cer par la co­pie ren­due par l’ai­lier Au­ré­lien Cal­lan­dret pour sa pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion à Ma­thon, avec à la clé la réa­li­sa­tion d’un es­sai « j’ai eu droit à quelques bons bal­lons et dans ces mo­ments-là, il n’y a pas de ques­tion à se po­ser ». C’est peut-être le pre­mier en­sei­gne­ment à re­te­nir d’un match conclu sur un bo­nus of­fen­sif ar­ra­ché à la si­rène et qui a dé­mon­tré que dans le mou­ve­ment et la vi­tesse Oyon­nax a les moyens d’at­teindre ses ob­jec­tifs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.