UN MATCH ABOU­TI

LE RCV A DIS­PO­SÉ AVEC LA MA­NIÈRE D’UNE BELLE ÉQUIPE DE PRO­VENCE RUG­BY MAIS AU­RA MAN­QUÉ LE BO­NUS OF­FEN­SIF.

Midi Olympique - - Pro D2 17e Journée - Par Di­dier LE PALLEC

Dans ces mêmes co­lonnes, nous avions, il y a peu en­core, mis en exergue le fait que le RC Vannes, mal­gré une his­toire pro­fes­sion­nelle qui s’ins­crit tou­jours en poin­tillé, construi­sait sa cré­di­bi­li­té et son ave­nir à plus long terme. Da­vid Au­cagne le tau­lier de Bé­ziers, s’était même fen­du d’un sa­cré com­pli­ment, di­sant que « Vannes était un nou­veau bas­tion du rug­by. » L’équipe de Jean-Noël Spit­zer ne l’a pas fait men­tir ce ven­dre­di soir. La ma­nière dont cette équipe a construit sa vic­toire est si­gni­fi­ca­tive de ses pro­grès. En guise de ce­rise sur le gâ­teau, six es­sais, dé­mons­tra­tion de sa su­pé­rio­ri­té dans le jeu or­don­né, en mê­lées ou­vertes et fer­mées, dans les zones de ruck, en touche, dans le jeu au large et chose nou­velle, au­cun bal­lon per­du sur les re­grou­pe­ments.

LA FÊTE DU JEU OF­FEN­SIF

Oui ! Ce RC Vannes-là a pas­sé un cap dans sa ma­tu­ri­té. « Ce­ci n’est pas étran­ger au fait que nous avons des joueurs d’ex­pé­rience qui nous ras­surent sur le ter­rain. Nous maî­tri­sons mieux au­jourd’hui nos temps faibles et l’al­ter­nance avec nos grosses sé­quences de do­mi­na­tion » confiait Jules Le Bail, sé­millant de­mi de mê­lée ven­dre­di soir. Avec 6 es­sais, le RCV a ré­ga­lé la ga­le­rie sur le plan of­fen­sif, mais a aus­si par­fois pê­ché dé­fen­si­ve­ment. « Nous avons man­qué de tête pour au moins conser­ver ce bo­nus. Nous n’avions pas be­soin de prendre des risques. C’est d’ailleurs ce qui nous fait perdre ce bo­nus of­fen­sif. Glo­ba­le­ment, nous avons man­qué beau­coup de pla­quages, no­tam­ment 4 sur le deuxième es­sai de Pro­vence. Mais nous avons aus­si souf­fert de la puis­sance de leurs avan­cées. Pro­vence joue du reste beau­coup sur Bu­ro­tu, Na­ru­ma­sa et Ed­wards sur les per­cus­sions et créer des brèches » com­men­tait Jean-Noël Spit­zer.

VA­RIÉ­TÉ D’ES­SAIS

Au-de­là de cette pointe de re­grets, émer­geait aus­si la qua­li­té du jeu of­fen­sif. « Il y a eu une grosse va­rié­té sur nos es­sais, sur toutes les formes de jeu pos­sible. Nous avons do­mi­né le rap­port de force, le com­bat et nous avons su trou­ver des breaks dans la conti­nui­té sur des duels ga­gnés. Nous avons eu aus­si des pos­ses­sions en zone de marque pa­tientes, plu­tôt justes. Of­fen­si­ve­ment nous avons li­vré un match ac­com­pli, abou­ti, même si, au fi­nal nous avons glo­ba­le­ment per­du nos duels dé­fen­sifs », ajou­tait Spit­zer. Dans un mois de jan­vier cru­cial, aux yeux de l’en­traî­neur van­ne­tais qui reste tou­jours fo­ca­li­sé sur le main­tien, et dans l’at­tente d’at­teindre les 55 points, ces 4 pre­miers points de 2019 au­gurent un ave­nir plus se­rein.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.