TOU­JOURS DE­BOUT

APRÈS AVOIR RE­TROU­VÉ LE PLUS HAUT NI­VEAU FÉ­DÉ­RAL EN 2016, LE CLUB DE LA LÈZE POS­TULE POUR UNE PLACE QUA­LI­FI­CA­TIVE EN DU-MA­NOIR. UNE BELLE PER­FOR­MANCE POUR LE PLUS PE­TIT BUD­GET DE LA POULE.

Midi Olympique - - Ovalie Centre Sud - Par Di­dier NA­VARRE

En Oc­ci­ta­nie, Mar­ciac a le jazz, Viel­la ses ven­danges tar­dives et à Saint-Sulpice-sur-Lèze, on peut se flat­ter de pos­sé­der l’USSS, la plus an­cienne as­so­cia­tion spor­tive du vil­lage, qui a ap­por­té à ce pa­te­lin ru­ral de deux mille ha­bi­tants une no­to­rié­té cer­taine. En 2012, toute la France ovale a en­core en mé­moire ce par­cours ex­tra­or­di­naire de l’équipe fa­nion qui avait réa­li­sé l’ex­ploit de se his­ser en fi­nale de Fé­dé­rale 2, après avoir suc­ces­si­ve­ment éli­mi­né des gros bras tels que Ba­gnères-de-Bi­gorre et Ro­dez. Lors de l’exa­men fi­nal à Bé­ziers face à Vienne, le Pe­tit Pou­cet a me­né son ri­val aux pro­lon­ga­tions pour fi­na­le­ment échouer à sept lon­gueurs de re­tard (22-29). Plus près de nous, l’équipe fa­nion a re­trou­vé en 2016 le plus haut ni­veau fé­dé­ral. Ac­tuel­le­ment dans la très re­le­vée poule 3, les SaintSul­pi­ciens réa­lisent un par­cours plus qu’ac­cep­table en flir­tant avec la pre­mière moi­tié de ta­bleau. Ven­dre­di soir à Va­lence face à l’am­bi­tieux Ro­val-Drôme, qui re­ven­dique un bud­get dix fois su­pé­rieur à ce­lui des ri­ve­rains de la Lèze. Ces der­niers sont tom­bés les armes à la main face à l’im­mense ar­ma­da de la Drôme (37-6). Une dé­faite qui n’a pas en­ta­mé le mo­ral des di­ri­geants, ni ce­lui de l’en­ca­dre­ment et en­core moins ce­lui du co­pré­sident JeanPierre Ol­sews­ki. « Nous ne jouons pas dans la même cour. Ro­mans-Va­lence am­bi­tionne l’ac­ces­sion en Pro D2. De notre cô­té, une qua­li­fi­ca­tion en Yves-du-Ma­noir suf­fi­rait am­ple­ment à notre bon­heur. Sur la ren­contre, le score est sé­vère. Mais, nous avons quelques cir­cons­tances at­té­nuantes. Le match étant té­lé­vi­sé, il a fal­lu se plier aux exi­gences d’une ren­contre se jouant le ven­dre­di soir. Des joueurs n’ont pu se li­bé­rer à l’image de notre ar­rière, Ju­lien Gar­dey. Il a été rem­pla­cé au pied le­vé par un ou­vreur, Maxime Boyer. Le dé­pla­ce­ment a été long, mais les joueurs et les sup­por­ters en gardent un bon sou­ve­nir. »

OB­JEC­TIF : SIXIÈME PLACE

Après avoir af­fron­té l’ogre de la poule, les hommes de Da­mien De­ne­chaud et de Vic­tor La­bat vont se me­su­rer à des for­ma­tions moins co­riaces lais­sant la pers­pec­tive d’ob­te­nir une sixième place, celle qui au­to­rise à dis­pu­ter le chal­lenge Yves-du-Ma­noir. « Une qua­li­fi­ca­tion se­rait une belle ré­com­pense pour l’en­semble du club. Pour cette fin de sai­son, il y a des ren­contres qui s’an­noncent vrai­ment cap­ti­vantes tant à Gas­tonSau­ret qu’à l’ex­té­rieur », ajoute Jean-Pierre Ol­sews­ki.

À che­val entre la sixième et sep­tième place, l’USSS est en par­tie maître de son des­tin pour ob­te­nir cette sixième place. Elle va s’ex­por­ter à Graul­het, Cé­ret, Fleu­rance, des clubs de la deuxième par­tie de ta­bleau. À do­mi­cile, elle va se me­su­rer à des concur­rents di­rects tels que Ro­dez, Cas­ta­net. Le 3 mars, Gas­ton-Sau­ret va ac­cueillir Nar­bonne, une ré­fé­rence d’Ova­lie dé­chue. Qui au­rait ima­gi­né, il y a en­core trois ans en ar­rière, une telle op­po­si­tion ? C’est en quelque sorte la ma­gie du cham­pion­nat fé­dé­ral. Avec un bud­get de 400 000 eu­ros, un club de vil­lage de 2 000 ha­bi­tants, fait des prouesses et des en­torses à la lo­gique spor­tive. Saint-Sulpice-sur-Lèze est tou­jours de­bout dans ce plus haut ni­veau fé­dé­ral. Pour l’heure, il n’a pas en­vie de mettre un ge­nou à terre.

Pho­to J.-D. Des­planches

À Va­lence, Saint-Sulpice-sur-Lèze et Ben­ja­min Ro­que­bert ont été do­mi­nés par le lea­der de la poule. Ils comptent tou­te­fois ac­cro­cher la sixième place.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.