Notre sui­vi des ordres de no­vembre 2018

Mieux Vivre Votre Argent - - Vos Actions -

IN­GE­NI­CO, ren­for­cé à 65,38 eu­ros

Notre « Va­leur du mois » de jan­vier 2016 a été ren­for­cée, pour la se­conde fois, au cours de la séance du 25 oc­tobre 2018 à la li­mite d’achat fixée de 65,38 eu­ros. L’opé­ra­tion per­met de ré­duire de nou­veau le prix de re­vient à un cours plus abor­dable de 85,22 eu­ros. Ce­lui-ci de­meure at­tei­gnable à court terme, sur­tout si In­ge­ni­co fait l’ob­jet d’une OPA. Eden­red, le lea­der mon­dial des pres­ta­tions de ser­vices pré­payés (titres-res­tau­rants), a re­fer­mé le dos­sier et la banque Na­tixis n’a pas l’in­ten­tion de lan­cer une OPA mais s’in­té­resse à la branche des so­lu­tions de paie­ment en ligne et des ser­vices aux com­mer­çants. En re­vanche, la so­cié­té de sé­cu­ri­té in­for­ma­tique Ide­mia (née de la fu­sion de Sa­fran Mor­pho et d’Ober­thur Tech­no­lo­gies) et des fonds d’in­ves­tis­se­ment consti­tuent des ac­qué­reurs po­ten­tiels, sus­cep­tibles de lan­cer une OPA sur le titre. Un co­mi­té stra­té­gique com­po­sé d’ad­mi­nis­tra­teurs in­dé­pen­dants vient d’être consti­tué au sein du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du lea­der mon­dial des so­lu­tions de paie­ment et son em­blé­ma­tique pa­tron, Phi­lippe La­zare, a été re­mer­cié, après un nou­vel

aver­tis­se­ment sur le ré­sul­tat brut d’ex­ploi­ta­tion an­ti­ci­pé pour l’exer­cice en cours.

LVMH, ren­for­cé à 257,50 eu­ros

Nous avons pu ren­for­cer notre po­si­tion sur le nu­mé­ro un mon­dial du luxe à un prix de 257,50 eu­ros lors de la séance du 25 oc­tobre. Notre prix de re­vient moyen, de­ve­nu mar­gi­nal après plu­sieurs al­lers-re­tours ga­gnants, re­monte à 144,64 eu­ros par ac­tion. Dans une conjonc­ture in­cer­taine, l’in­dus­trie du luxe reste sou­te­nue par d’im­por­tants ca­ta­ly­seurs comme l’es­sor des classes moyennes dans les pays émer­gents, l’in­té­rêt crois­sant de la gé­né­ra­tion des « mil­len­nials » (nés entre 1980 et 2000) pour les pro­duits de luxe ou en­core le dé­ve­lop­pe­ment de leurs ventes par l’e-com­merce. Les chiffres pu­bliés par les grands ac­teurs du sec­teur au troi­sième tri­mestre confirment que la dy­na­mique reste in­tacte. Le seul risque ré­side dans une éven­tuelle baisse de ré­gime de l’éco­no­mie chi­noise et dans la vo­lon­té de Pé­kin de taxer les pro­duits de luxe ra­me­nés par ses res­sor­tis­sants à l’oc­ca­sion de leurs sé­jours tou­ris­tiques à l’étran­ger afin de fa­vo­ri­ser les achats lo­caux. Il est dif­fi­cile d’ap­pré­hen­der les consé­quences de telles me­sures mais un groupe comme LVMH a les moyens de les com­pen­ser par sa forte pré­sence en Chine. Le groupe reste l’un des mieux di­ver­si­fiés sur le plan géo­gra­phique et au ni­veau de son por­te­feuille de pro­duits pour cap­ter les meilleurs gi­se­ments de crois­sance.

RE­NAULT, ren­for­cé à 62,40 eu­ros

La po­si­tion sur Re­nault a été ren­for­cée à 62,40 eu­ros le 25 oc­tobre, ce qui nous a per­mis d’abais­ser notre prix de re­vient moyen à 72,87 eu­ros. Mal­gré une ac­ti­vi­té tou­jours forte en Eu­rope, le chiffre d’af­faires du troi­sième tri­mestre (- 6%, à 11,4 mil­liards d’eu­ros) a été frei­né par des ef­fets de change dé­fa­vo­rables et par le ra­len­tis­se­ment de cer­tains mar­chés comme la Tur­quie, l’Inde ou l’Iran. Le chan­ge­ment du mode d’ho­mo­lo­ga­tion des vé­hi­cules en Eu­rope ne de­vrait pas re­mettre en cause les ob­jec­tifs an­nuels de la di­rec­tion vi­sant une hausse du chiffre d’af­faires à don­nées com­pa­rables, une marge opé­ra­tion­nelle su­pé­rieure à 6% et une gé­né­ra­tion de cash po­si­tive pour les ac­ti­vi­tés au­to­mo­biles.

SA­NO­FI, ache­té à 75,10 eu­ros

Le la­bo­ra­toire phar­ma­ceu­tique a fait son en­trée dans notre por­te­feuille à 75,10 eu­ros à l’ou­ver­ture de la séance du 25 oc­tobre. De­puis, Sa­no­fi a pu­blié un chiffre d’af­faires so­lide au titre du troi­sième tri­mestre, qui marque le re­tour à la crois­sance (+ 3,7%) après plu­sieurs an­nées de sta­gna­tion ou de dé­clin cau­sées par la chute de l’ac­ti­vi­té dia­bète. La fi­liale Gen­zyme, spé­cia­li­sée dans les ma­la­dies rares, et la di­vi­sion vac­cins ont été par­ti­cu­liè­re­ment dy­na­miques, et la di­rec­tion en a pro­fi­té pour re­le­ver lé­gè­re­ment ses pré­vi­sions pour l’en­semble de l’exer­cice en ta­blant sur une pro­gres­sion du bé­né­fice par ac­tion com­prise entre 4 et 5% à taux de change constants. Les lan­ce­ments de nou­veaux pro­duits dans l’on­co­lo­gie et les der­nières ac­qui­si­tions (Bio­ve­ra­tiv et Ablynx) de­vraient confir­mer l’en­trée du la­bo­ra­toire dans un nou­veau cycle de crois­sance. La re­va­lo­ri­sa­tion du cours de Bourse n’est pas ter­mi­née et le ren­de­ment ser­vi par le titre reste at­trac­tif.

SO­CIÉ­TÉ GÉ­NÉ­RALE, ren­for­cé à 32,62 eu­ros

Nous avons ren­for­cé la po­si­tion sur l’éta­blis­se­ment fi­nan­cier à 32,62 eu­ros à l’ou­ver­ture de la séance du 25 oc­tobre, ce qui nous per­met de ra­me­ner notre prix de re­vient moyen à 38,16 eu­ros. Ce ni­veau n’est plus hors de por­tée, d’au­tant que la So­cié­té Gé­né­rale a agréa­ble­ment sur­pris en pu­bliant de bons ré­sul­tats au troi­sième tri­mestre. Mal­gré un en­vi­ron­ne­ment de taux peu fa­vo­rable, le pro­duit net ban­caire, por­té par les ac­ti­vi­tés de banque de dé­tail et les ser­vices fi­nan­ciers in­ter­na­tio­naux, a pro­gres­sé de 9%, soit plus que les charges. Le bé­né­fice, lui, a bon­di de 35,9%, à 1,23 mil­liard d’eu­ros. La banque a amé­lio­ré son ra­tio de sol­va­bi­li­té des fonds propres (CET1) à 11,2%, contre 11,1% au 30 juin, et re­trouve un pro­fil plus dé­fen­sif après avoir ré­glé presque tous ses li­tiges. Par consé­quent, la dé­cote bour­sière de plus de 35% par rap­port à l’ac­tif net tan­gible par ac­tion pa­raît très ex­ces­sive et la re­va­lo­ri­sa­tion du dos­sier de­vrait se pour­suivre alors que le titre

pro­cure un ren­de­ment su­pé­rieur à 6%.

THALES, al­lé­gé à 115 eu­ros

Ren­for­cée le 1er fé­vrier der­nier à 90,10 eu­ros, la po­si­tion sur le titre de cet ac­teur mon­dial des équi­pe­ments et sys­tèmes élec­tro­niques des­ti­nés aux sec­teurs sen­sibles (dé­fense, tran­sport, aé­ro­nau­tique) a été al­lé­gée à l’ou­ver­ture de la séance du 25 oc­tobre au prix conve­nu de 115 eu­ros. Avant la prise en compte des di­vi­dendes, la plus-va­lue res­sort à 27,6% sur neuf mois et se montre très su­pé­rieure à la per­for­mance du CAC 40 (- 9,5%). Elle est même en­core plus im­por­tante (+ 86,3%) par rap­port au der­nier prix de re­vient de 61,74 eu­ros. Ce nou­vel al­lè­ge­ment nous per­met de sé­cu­ri­ser dé­fi­ni­ti­ve­ment notre po­si­tion ré­si­duelle, ra­me­née à un ni­veau sym­bo­lique de 8,48 eu­ros. Nous conser­ve­rons le solde de notre « Va­leur du mois » de dé­cembre 2015 pour mi­ser sur son pro­fil dé­fen­sif et l’ex­cel­lente vi­si­bi­li­té de ses pers­pec­tives. Elles ont été re­le­vées dans le haut de la four­chette ci­blée à l’is­sue d’un troi­sième tri­mestre de qua­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.