Prê­tez at­ten­tion au chan­ge­ment de contexte

Mieux Vivre Votre Argent - - Votre Argent -

La fin d’an­née rime sou­vent avec bi­lan! En ma­tière de pla­ce­ments, cet exer­cice s’avère par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant. Car un pa­tri­moine se construit sou­vent par couches suc­ces­sives, au gré des be­soins, de la cons­ti­tu­tion d’une épargne… et des ren­dez-vous avec son ban­quier. A pre­mière vue, le bas de laine des Fran­çais s’est va­lo­ri­sé en 2017. D’après l’Ob­ser­va­toire de l’épargne ré­gle­men­tée (Banque de France), le pa­tri­moine fi­nan­cier des mé­nages a at­teint 5 014 mil­liards d’eu­ros à la fin de dé­cembre 2017, en pro­gres­sion de plus de 5% sur un an (+ 224,5 mil­liards d’eu­ros). Mais il s’agit d’une hausse en trompe-l’oeil, ali­men­tée no­tam­ment par plus de 105 mil­liards de nou­veaux ca­pi­taux épar­gnés l’an pas­sé. Les par­ti­cu­lier sont conser­vé cet ar­gent en grande par­tie­sur­des­comptes cou­rant sou sous leur ma­te­las, pour 43 mil­liards d’ eu­ros, soit 41% du flux d’ épargne de l’ an­née!

Et ce cas de fi­gure semble se re­pro­duire en 2018. D’après les pre­mières es­ti­ma­tions pu­bliées par la Banque de France, les épar­gnants ont en­core lais­sé dor­mir 23,3 mil­liards d’eu­ros au pre­mier se­mestre. Une mau­vaise stra­té­gie qui peut, à terme, vous faire perdre beau­coup d’ar­gent… Sur­tout si, à l’ins­tar de la plu­part des épar­gnants, vous dé­te­nez éga­le­ment d’im­por­tantes li­qui­di­tés sur des pro­duits d’épargne ré­gle­men­tée (livret A, livret de dé­ve­lop­pe­ment du­rable et so­li­daire…). Sans comp­ter que les der­nières évo­lu­tions du plan et du compte épargne lo­ge­ment ont lar­ge­ment mi­né l’at­trait de ces pro­duits.

L’in­fla­tion en­tame le ren­de­ment des pla­ce­ments sé­cu­ri­sés

Le risque de perte est d’au­tant plus réel si vous cu­mu­lez ces en­ve­loppes avec d’autres pla­ce­ments sé­cu­ri­sés mais peu ré­mu­né­ra­teurs, comme les li­vrets ban­caires fis­ca­li­sés, voire les fonds en eu­ros de l’as­su­rance vie. Ré­sul­tat : votre épargne vous rap­porte dé­sor­mais moins que l’in­fla­tion ! En cause : le re­tour de la hausse des prix en 2018. Dès le mois de mai, l’ In see rap­port ait un taux d’ in­fla­tion sur douze mois glis­sants à 2% en France. De­puis, l’ins­ti­tut a en­core re­le­vé ses pré­vi­sions qui se sont sta­bi­li­sées à 2,2% en oc­tobre. Face à l’éro­sion mo­né­taire, tous les pla­ce­ments sé­cu­ri­sés af­fichent une ren­ta­bi­li­té réelle né­ga­tive. Par exemple, les obli­ga­tions à dix ans de l’Etat fran­çais ré­mu­nèrent seu­le­ment à 0,79%. Deuxième fac­teur pé­na­li­sant : les taux d‘in­té­rêt, tou­jours très faibles en Eu­rope. L’an­née 2018 a par ailleurs été se­mée d’autres em­bûches pour votre épargne.

Tout d’abord, sur le plan fis­cal. Dès le dé­but de l’an­née, les épar­gnants ont vu les pré­lè­ve­ments so­ciaux sur leur pa­tri­moine at­teindre 17,2%, contre 15,5% en 2017. Cette mau­vaise nou­velle a été contre­ba­lan­cée, pour cer­tains, par le rem­pla­ce­ment de l’im­pôt de so­li­da­ri­té sur la for­tune (ISF) par l’im­pôt sur la for­tune im­mo­bi­lière (IFI). « Cette évo­lu­tion a mis en exergue la fis­ca­li­té de l’im­mo­bi­lier, rap­pelle Pa­trick Ga­nan­sia, as­so­cié-gé­rant du ca­bi­net en ges­tion de pa­tri­moine He­rez. Les per­sonnes concer­né es se posent da­van­tage de ques­tions sur le fait de conser­ver ou non un lo­ge­ment lo­ca­tif ou un pla­ce­ment fi­nan­cier en im­mo­bi­lier, au re­gard du gain net d’im­pôt. » Pour­tant l’im­mo­bi­lier af­fiche sur les dix der­nières an­nées une ren­ta­bi­li­té brute très at­trayante, se­lon l’Ins­ti­tut de l’épargne im­mo­bi­lière et fon­cière (IEIF) (voir in­fo­gra­phie, page sui­vante).

Autre cham­bou­le­ment de taille: l’ ins­tau­ra­tion du pré­lè­ve­ment for­fai­taire unique, ou« flat­tax» de 30% qui s’ ap­plique de­puis le 1er jan­vier à tous les re­ve­nus des pla­ce­ments mo­bi­liers (ac­tions, li­vrets, fonds…) et qui re­bat les cartes fis­cales pour cer­tains pro­duits.

Les Bourses sont sou­mises à une grande vo­la­ti­li­té

En­suite, les épar­gnants ont conti­nué de se po­ser la ques­tion qui pré­vaut de­puis plu­sieurs an­nées sur les mar­chés : où trou­ver du ren­de­ment ? Une pro­blé­ma­tique par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe en 2018. Les in­ves­tis­seurs ont en ef­fet connu quelques sueurs froides avec le re­tour de la vo­la­ti­li­té et des ré­sul­tats en berne sur les ac­tions. La plu­part des Bourses sont dans le rouge à la fin d’oc­tobre : en France, le CAC 40 a per­du près de 4 % tan­dis que les mar­chés de la zone eu­ro, re­pré­sen­tés par l’in­dice Eu­ro Stoxx 50 se sont re­pliés de 8,75%. L’in­dice bour­sier des pays émer­gents, le MSCI Emer­ging Mar­kets, a aus­si plon­gé de près de 8%. Seul le conti­nent nord-amé­ri­cain a conti­nué de se dé­mar­quer : le Nasdaq a pro­gres­sé, sur la même pé­riode, de plus de 5%. Si à court terme, cette contre-per­for­mance peut être coû­teuse dans un por­te­feuille, il faut gar­der à l’es­prit que ce type de d’in­ves­tis­se­ment doit être pen­sé sur une longue du­rée, et main­te­nir le cap.

Dans ce contexte, il est d’au­tant plus es­sen­tiel de se pen­cher sur son pa­tri­moine et de le scru­ter à l’aune de l’en­vi­ron­ne­ment ac­tuel. Est-il adap­té ? De­vez-vous cé­der quelques contrats d’as­su­rance vie, net­toyer votre por­te­feuille bour­sier, ré­équi­li­brer la part de vos li­qui­di­tés, faire le tri dans vos en­ve­loppes d’épargne re­traite et sa­la­riale, re­vendre vos in­ves­tis­se­ments lo­ca­tifs ? Dé­cou­vrez nos conseils pour prendre les bonnes dé­ci­sions et faire briller votre pa­tri­moine.

Ar­bi­trez en vous dé­bar­ras­sant des pro­duits in­adap­tés au contexte ac­tuel

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.