Quatre en­ve­loppes à ne pas perdre de vue

Mieux Vivre Votre Argent - - Votre Argent -

PEE: un pro­duit d’une grande sou­plesse

Ins­tau­ré obli­ga­toi­re­ment dans toutes les en­tre­prises d’au moins 50 sa­la­riés, le plan d’épargne en­tre­prise (PEE) per­met de pla­cer ses primes de par­ti­ci­pa­tion et d’in­té­res­se­ment. Vous pou­vez en plus ef­fec­tuer des ver­se­ments vo­lon­taires, ces der­niers pou­vant être abon­dés, c’est-à-dire com­plé­tés, par l’em­ployeur. Les gains sont dé­fis­ca­li­sés après cinq ans à comp­ter de la date de chaque ver­se­ment. Les pos­si­bi­li­tés de dé­blo­cage an­ti­ci­pé sont nom­breuses (ma­riage ou Pacs, achat ou construc­tion de la ré­si­dence prin­ci­pale, etc.), y com­pris au mo­ment de quit­ter l’en­tre­prise, et ce sans date bu­toir. Il n’est donc ja­mais trop tard pour ré­cu­pé­rer l’in­té­gra­li­té de ses fonds, en adres­sant un cour­rier à l’or­ga­nisme ges­tion­naire. D’au­tant qu’une fois que vous avez quit­té l’en­tre­prise, l’em­ployeur ne prend plus à sa charge les frais de te­nue de compte. Dans les faits, ceux-ci res­tent li­mi­tés à quelques di­zaines d’eu­ros par an.

Le fer­mer est-il la meilleure stra­té­gie ? Sans au­cun doute, si vous avez des pro­jets et que vous avez be­soin de cette épargne. En re­vanche, s’il s’agit de pla­cer cet ar­gent sur un pro­duit moins ren­table, c’est dom­mage. En­fi si vous comp­tez re­ver­ser ces sommes sur un nou­veau PEE afin de re­grou­per vos avoirs, mieux vaut de­man­der un trans­fert, gé­né­ra­le­ment payant (quelques di­zaines d’eu­ros), mais qui vous per­met de gar­der l’an­té­rio­ri­té fis­cale de vos ver­se­ments.

Perp: à gar­der si vous êtes for­te­ment im­po­sé

Le plan d’épargne re­traite po­pu­laire (Perp) per­met d’épar­gner en vue de la re­traite. Ac­ces­sible à tous, il fonc­tionne en deux temps: une phase d’épargne, sui­vie, lorsque vous au­rez li­qui­dé vos droits à la re­traite, du ver­se­ment d’une rente via­gère. Cer­tains contrats per­mettent de ré­cu­pé­rer 20% de cette épargne en ca­pi­tal. Prin­ci­pal atout du Perp: vous pou­vez dé­duire de votre re­ve­nu im­po­sable les co­ti­sa­tions ver­sées, dans cer­taines li­mites. Ce pro­duit n’est donc per­ti­nent que pour les gros contri­buables, dont le taux mar­gi­nal d’im­po­si­tion est au moins de 30%. Que faire si vous avez sous­crit un Perp et que vous n’êtes pas dans ce cas de fi­gure? Les pos­si­bi­li­tés de dé­blo­cage an­ti­ci­pé sont li­mi­tées (fin des droits au chô­mage, in­va­li­di­té, dé­cès du conjoint, sur­en­det­te­ment…).

Une sor­tie an­ti­ci­pée est tou­te­fois pré­vue pour les « mi­ni Perp ». Il faut combiner plu­sieurs cri­tères: le contrat vaut moins de 2000 eu­ros, au­cun ver­se­ment n’y a été réa­li­sé au cours des quatre der­nières an­nées (sauf ver­se­ments pro­gram­més) et le re­ve­nu fis­cal de ré­fé­rence du foyer ne dé­passe pas cer­tains pla­fonds. En re­vanche, si ce­la ne cor­res­pond pas à votre si­tua­tion et que vous avez mis ce pro­duit de cô­té à cause de sa mé­dio­cri­té, n’hé­si­tez pas à réa­li­ser un trans­fert vers un plan plus avan­ta­geux pour lui re­don­ner une se­conde jeu­nesse (voir Mieux Vivre Votre Ar­gent n° 436, p. 47).

Per­co: utile aus­si pour l’achat de sa ré­si­dence prin­ci­pale

Le plan d’épargne re­traite col­lec­tif (Per­co) per­met de vous consti­tuer un com­plé­ment de re­ve­nu pour vos vieux jours.

Il est mis en place par votre em­ployeur, à condi­tion que ce­lui-ci pro­pose dé­jà un PEE (voir ci-contre). Son fonc­tion­ne­ment se rap­proche de ce­lui du PEE, of­frant aus­si une exo­né­ra­tion d’im­pôt sur les gains. En re­vanche, la sor­tie s’ef­fec­tue obli­ga­toi­re­ment à la re­traite, sous forme de rente via­gère ou en ca­pi­tal. Ce der­nier point peut être han­di­ca­pant pour les sa­la­riés qui mul­ti­plient les ex­pé­riences pro­fes­sion­nelles. Con­trai­re­ment au PEE, le Per­co ne peut pas être dé­blo­qué lors du dé­part de l’en­tre­prise. Les cas pré­vus par la loi sont as­sez res­treints: sur­en­det­te­ment, in­va­li­di­té, ex­pi­ra­tion des droits au chô­mage, etc. Le re­trait pour l’ac­qui­si­tion de la ré­si­dence prin­ci­pale est éga­le­ment au­to­ri­sé, une bonne in­ci­ta­tion à épar­gner sur un Per­co pour les plus jeunes.

Le trans­fert des sommes est pos­sible seu­le­ment si votre nou­vel em­ployeur pro­pose éga­le­ment un Per­co, une op­tion à pri­vi­lé­gier pour évi­ter de mul­ti­plier les pro­duits. Si­non, la seule so­lu­tion consiste, pour le mo­ment, à conser­ver son Per­co, même s’il est fai­ble­ment gar­ni. Mais rien ne vous em­pêche de réa­li­ser des ver­se­ments sur cette en­ve­loppe dé­diée à la re­traite et qui pro­pose une ges­tion à ho­ri­zon dans cette pers­pec­tive, afin d’en faire un vé­ri­table atout.

Ma­de­lin: n’hé­si­tez pas à le trans­fé­rer

Comme le Perp, le contrat re­traite Ma­de­lin per­met de vous consti­tuer un re­ve­nu pour la re­traite, dis­tri­bué sous forme de rente. Mais ce dis­po­si­tif est ré­ser­vé aux tra­vailleurs non sa­la­riés (li­bé­raux, com­mer­çants et ar­ti­sans). Le Ma­de­lin est un pro­duit par­ti­cu­liè­re­ment avan­ta­geux puisque les co­ti­sa­tions ver­sées peuvent être dé­duites, dans des li­mites re­la­ti­ve­ment éle­vées, de leurs bé­né­fices pro­fes­sion­nels. En contre­par­tie, le pro­duit est contrai­gnant puisque les ver­se­ments sont obli­ga­toires et doivent être ré­gu­liers. Faute de quoi le ti­tu­laire risque une mise en ré­duc­tion de son contrat (les ver­se­ments ne sont alors plus pos­sibles et une re­mise en cause de ses avan­tages fis­caux.

Seuls cinq cas de dé­blo­cage an­ti­ci­pé existent dont la ces­sa­tion d’ac­ti­vi­té pour cause de li­qui­da­tion ju­di­ciaire. Mais le ti­tu­laire d’un Ma­de­lin peut tou­jours trans­fé­rer son épargne vers un Perp, par exemple s’il change de sta­tut et de­vient sa­la­rié. Et en cas de contrat de piètre qua­li­té, vous pou­vez aus­si le trans­fé­rer vers un Ma­de­lin plus per­for­mant et moins coû­teux. Mais avant toute opé­ra­tion, pen­sez à vé­ri­fier les tables de mor­ta­li­té du contrat que vous convoi­tez puisque, avec ce pro­duit, elles sont fi­gées à la sous­crip­tion. Elles servent à cal­cu­ler le fu­tur mon­tant de votre rente en fonc­tion de votre es­pé­rance de vie et peuvent être plus avan­ta­geuses sur les an­ciens Ma­de­lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.