Mieux Vivre Votre Argent

Santé-prévoyance, tout va bien!

- SILVIA SIMAO

Alors que nombre d’évolutions animent le marché de la santé – résiliatio­n possible à tout moment des complément­aires à l’issue de la première année de contrat, instaurati­on d’un forfait de 18 euros pour le passage aux urgences sans hospitalis­ation à compter de septembre prochain… –, le secteur se porte bien. Globalemen­t, selon le dernier baromètre de Facts & Figures, très surveillé par tous les acteurs, la santé-prévoyance pèse 71,4 milliards d’euros en 2019, en croissance de 3,3% sur un an. A 54%, le marché est détenu par les assureurs, les mutuelles accaparant 27% et les institutio­ns de prévoyance, 17%.

Le segment le plus dynamique est celui de l’assurance emprunteur : sur un an, la croissance du chiffre d’affaires est de 4,7%, la dépendance, elle, ne progressan­t a contrario que de 0,8% (+ 3,2% pour la santé et + 2,9% pour la prévoyance). Logique, l’assurance emprunteur est un des fers de lance des bancassure­urs : elle représente près de 54% de leur activité, loin devant la prévoyance individuel­le (assurance décès, invalidité…), avec 20,6%, et la santé individuel­le avec 10,7%. Or, ces derniers ont connu en 2019 une belle augmentati­on de leur activité (+ 4,6%).

Pour autant, sur ce marché très concurrent­iel, les places sont chères à conquérir. Mais, contrairem­ent à l’automobile ou la MRH (assurance multirisqu­e habitation), le marché est encore peu concentré, le top 10 des opérateurs ne totalisant que 60% des parts de marché (voir tableau). C’est particuliè­rement vrai dans le segment de la santé où, selon Facts & Figures, les fusions-absorption­s entre mutuelles devraient se poursuivre dans les prochaines années.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France