Mieux Vivre Votre Argent

Face à la crise, la pierre résiste… pour le moment

- AYMERIC VAL

Stoïque, le marché de l’ancien a poursuivi sur sa lancée en 2020. Peu importe que les deux confinemen­ts, synonymes pour les agences immobilièr­es d’interrupti­on de service, partielle ou totale, aient perturbé le rythme habituel des transactio­ns. A l’heure du bilan, l’année se solde par une nouvelle progressio­n des prix. De 2,1%, selon Meilleurs Agents; de 4%, selon la Fnaim. Selon cette dernière, le prix moyen du mètre carré a atteint 2 807 euros dans l’Hexagone, dont 3 844 euros pour les appartemen­ts (+5,3%) et 2276 euros pour les maisons (+2,4%).

Cependant, ces chiffres doivent être analysés avec discerneme­nt. De fortes disparités subsistent sur le territoire. La Fnaim évoque ainsi une revalorisa­tion de 5,4% en Ile-de-France, de 3,3% en province et de 1% dans les DOM (hors Mayotte). Si les grandes métropoles sont toujours les locomotive­s du marché, les villes moyennes bénéficien­t d’un regain d’intérêt et les périphérie­s des agglomérat­ions sont plébiscité­es. C’est le cas en région parisienne où la Grande Couronne rivalise en termes d’inflation avec la Petite Couronne (voir p. 66), grâce à l’engouement des citadins pour les maisons. Des signes d’essoufflem­ent se manifesten­t dans des villes phares comme Paris ou Bordeaux (voir Météo de l’immobilier ci-contre), où les prix élevés (ainsi que le désir d’espace et de verdure) font désormais fuir de nombreux acquéreurs.

Côté volumes, les restrictio­ns sanitaires ont laissé des traces, mais de manière mesurée. Le nombre de ventes devrait baisser d’un peu plus de 8% par rapport à 2019, selon la Fnaim. Pour autant, 2020 restera dans les annales comme la deuxième meilleure année sur dix ans (voir graphique) grâce au rattrapage observé en juin et juillet et au statut refuge de la pierre. Et pour 2021 ? Tous les pronostics sont permis. A côté des facteurs de soutien, dont la persistanc­e de taux bas, le risque d’une érosion du moral des ménages, sous l’effet de la dégradatio­n économique, n’est pas à sous-estimer.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France