Mieux Vivre Votre Argent

Les finances d’une famille Simplifier son patrimoine pour faciliter l’avenir du conjoint

-

Retraités, Gérard et Josiane ont besoin de faire le tri dans leur portefeuil­le d’actifs. En particulie­r pour sécuriser la situation de Josiane si elle devait se retrouver seule. Reportage: Olivier Decarre et Léo Monégier

L’âge de la retraite étant venu pour eux deux, Josiane et Gérard ont décidé de sepenchers­urleursfin­ances.Cecouple de Dunkerquoi­s entend faire le ménage dans le patrimoine – relativeme­nt diversifié – qu’il souhaite transmettr­e à ses deux enfants, âgés de 35 et 40 ans. Un pécule gagné après une vie profession­nelle bien remplie. Son CAP en poche, Gérard a débuté dans la réparation navale en 1968, à l’âge de 18 ans. Il a repris ses études en 1972, pour acquérir plusieurs diplômes en chaudronne­rie avant de se réorienter pour obtenir, en 1986, un DUT en informatiq­ue. Après un passage en raffinerie chez BP, où il est resté une dizaine d’années, notre lecteur a profité d’un plan social, en 2001, pour arrêter de travailler à 51 ans. De son côté, Josiane, née en 1951, s’est également lancée dans la vie active tôt. Après avoir terminé ses études à 18 ans, elle a intégré la fonction publique en 1979, où elle est restée une quarantain­e d’années. Avant de prendre sa retraite plus tardivemen­t que son mari, en 2019.

Une période que nos deux lecteurs mettent à profit en voyageant. Ils apprécient les escapades, principale­ment en Europe : l’Allemagne, la Hollande, l’Espagne ou l’Italie comptent parmi leurs destinatio­ns privilégié­es. Mais trois fois dans l’année, c’est avec leur camping-car qu’ils larguent les amarres à la découverte de nouveaux horizons. Lorsqu’ils ne sont pas en périple dans l’Hexagone ou sur le Vieux Continent, le jardin et la cuisine occupent leur temps. Quant à Gérard, il affectionn­e particuliè­rement la généalogie et est coutumier de Geneanet, un outil bien connu des spécialist­es du secteur.

Sur le plan financier, Gérard et Josiane nous ont contactés avec trois objectifs en tête. En premier lieu, remettre de l’ordre dans leur patrimoine, en déterminan­t quels placements sont judicieux et lesquels le sont moins, voire pas du tout. Ils souhaitent également organiser la transmissi­on de leur patrimoine à leurs enfants, en choisissan­t les solutions les plus adaptées à leur situation sur le plan fiscal. Enfin, ils envisagent l’acquisitio­n d’une résidence secondaire, en partie via la revente de leur camping-car, et voudraient savoir quelles sont leurs options au vu de leur trésorerie.

Pour nous contacter, adressez votre courrier à Mieux Vivre Votre Argent, 24, rue Georges-Bizet, 75116 Paris, ou par courriel à financesfa­mille@ mieuxvivre.fr.

et souscrite en commun en 1992, a pour spécificit­é d’avoir été conclue à taux garanti, à hauteur de 4,20 %. Il faut donc à tout prix la garder. Les deux autres contrats de plus de huit ans (Fortuneo et Boursorama, plus de 107 000 euros) peuvent être conservés. Quant au plus récent, un contrat de 3 300 euros ouvert en 2020 auprès de la GMF, le couple n’envisage pas de le céder. Enfin, son épargne de précaution se situant à un bas niveau, il ne s’agit pas d’y toucher non plus.

Si la complexité de ses placements le préoccupe, Gérard s’inquiète aussi pour Josiane s’il décède en premier. D’abord, parce que les revenus de celle-ci sont plus faibles. Ensuite, parce qu’elle ne serait pas en mesure de gérer le portefeuil­le de titres. Certes, elle pourra le cas échéant prétendre à une réversion (du moins sur la partie complément­aire, celle-ci étant très proche du plafond imposé pour la réversion du régime de base). Reste que Gérard souhaitera­it sécuriser plus nettement l’avenir de son épouse. Des dispositio­ns ont d’ores et déjà été prises avec une donation au dernier vivant. Ainsi, sur la succession de son mari, Josiane aura la possibilit­é de prendre soit le tiers en pleine propriété, soit le quart en pleine propriété et les trois quarts en usufruit, soit la totalité en usufruit.

Compte tenu des contrainte­s et objectifs du couple (laisser des revenus à Josiane tout en anticipant la transmissi­on), la dernière solution nous paraît la plus adaptée. Outre son droit d’usage sur la résidence principale, Josiane bénéficier­a des revenus des actifs successora­ux, les enfants recueillan­t la nue-propriété. Selon nos calculs et au vu du patrimoine actuel, ces derniers ne paieront pas de droits de transmissi­on, les valeurs reçues étant couvertes par l’abattement de 100 000 euros. Seul un décès de Gérard à un âge avancé (abaissant mécaniquem­ent la valeur de l’usufruit de Josiane) induirait le paiement de droits mais symbolique­s (moins de 400 euros).

Josiane aura intérêt à choisir la totalité de la succession de Gérard en usufruit

Organiser la gestion des actifs financiers

Dans ce schéma, le principal obstacle est plutôt à rechercher du côté des comptes-titres. Pour mémoire, un compte-titres peut se transmettr­e mais en cas de démembreme­nt, le régime dit d’universali­té qui en découle (voir Focus, p. 46) n’en facilite pas la gestion. Il est à noter que cela concernera aussi le PEA de Gérard, ce support perdant sa singularit­é fiscale au décès de son titulaire pour devenir un simple compte-titres.

Pour contourner ces difficulté­s, il suffira à Josiane et à ses enfants de passer par une convention de quasi-usufruit. Concrèteme­nt, cela reviendra à mettre fin

19068€ 4060€

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France