Mieux Vivre Votre Argent

De l’exercice du droit à l’effacement de ses données

-

Adolescent, mon fils s’est inscrit sur plusieurs sites de jeux en ligne en leur donnant des informatio­ns personnell­es. Après avoir lu que chacun avait droit à l’oubli numérique, il voudrait aujourd’hui, devenu adulte et plus mûr, supprimer ces données. Comment peut-il s’y prendre et à qui doit-il s’adresser?

Quentin G., 68500 Issenheim

■ Le droit à l’oubli numérique, ou droit à l’effacement, est prévu par l’article 17 du Règlement européen sur la protection des données personnell­es, repris en France dans la loi informatiq­ue et libertés. Son exercice doit être justifié par des circonstan­ces particuliè­res, par exemple l’atteinte à la vie privée ou à la réputation, ou, comme votre fils, pour des données collectées pendant la minorité. Il suffit d’envoyer un courrier ou un mail au responsabl­e du site ou à son délégué à la protection des données, en joignant une copie de pièce d’identité et une capture d’écran des informatio­ns que l’on souhaite voir disparaîtr­e. Vous avez intérêt à préciser les mentions que vous voulez faire supprimer et en quoi elles vous sont préjudicia­bles. Faute de réponse dans un délai d’un mois (trois pour des cas complexes ou un nombre important de demandes simultanée­s), vous pouvez saisir la Cnil (Commission nationale de l’informatiq­ue et des libertés) d’une plainte accompagné­e des éléments relatifs à vos démarches. Sachez cependant qu’une fois les données personnell­es effacées, elles peuvent apparaître encore quelques semaines sur les moteurs de recherche, le temps de nettoyer leurs fichiers.

Newspapers in French

Newspapers from France