Chic bal­néaire

C’est à Biar­ritz que Do­ro­thée Bois­sier et Patrick Gilles, ont dé­ci­dé d’éta­blir leurs quar­tiers d’été. Ha­bi­tués aux réa­li­sa­tions d’ex­cep­tion, pro­jets flam­boyants et vo­lumes XXL, les ar­chi­tectes d’in­té­rieur pa­ri­siens ont ima­gi­né, pour leur pre­mière mai­son d

Milk Decoration - - SOMMAIRE. - TEXTE : LAURINE ABRIEU – PHO­TOS : KAREL BALAS

À Biar­ritz, le re­fuge d’été de Gilles & Bois­sier, ar­chi­tectes d’in­té­rieur pa­ri­siens.

C’est une pe­tite mai­son si­tuée dans le quar­tier Saint-Charles, très fa­mi­lial, à 5 mi­nutes à pied de la mer et au-des­sus du my­thique hô­tel du Pa­lais. Ils le disent eux-mêmes, c’est un pro­jet aux an­ti­podes de ceux qu’ils ont l’ha­bi­tude de créer avec leur agence. Loin de l’hô­tel du groupe Six Senses à New York, du Four Sea­sons à Mont­réal, du Ritz de Ma­drid, des mai­sons à Hong Kong ou du pro­chain flag­ship Mon­cler, sur les­quels ils tra­vaillent ac­tuel­le­ment, entres autres. Et c’est ce qui leur a plu. “Nous avons ache­té cette mai­son sur un coup de tête, alors que nous étions chez des amis à Biar­ritz, ex­plique Patrick Gilles. Sa si­tua­tion géo­gra­phique, son ca­rac­tère mo­deste nous ont sé­duits. À l’in­té­rieur, il n’y avait rien. L’an­cienne pro­prié­taire était une vieille dame qui avait ha­bi­té là pen­dant soixante ans, la mai­son était dans son jus et ça nous a em­bal­lé aus­si de pou­voir faire un pro­jet tous les deux, qui puisse cor­res­pondre à nos en­vies par rap­port à cet en­droit, un es­pace concen­tré, à vivre avec nos deux en­fants.” S’il au­rait été plus simple de tout cas­ser pour re­cons­truire, Do­ro­thée et Patrick ont pré­fé­ré re­struc­tu­rer l’es­pace, en créant des ou­ver­tures et en pous­sant les murs. Au rez- de- chaus­sée, ils ont ima­gi­né une vaste pièce à vivre. “Quand nous avons amé­na­gé cet es­pace, ex­plique Do­ro­thée, nous avons eu en­vie d’une es­pèce de fu­sion des fonctions.” Exit le coin sa­lon d’un cô­té et l’es­pace salle à man­ger de l’autre, le duo re­lie les deux pour créer un es­pace où l’on peut s’at­ta­bler pour dé­jeu­ner, s’ins­tal­ler pour dis­cu­ter, s’as­seoir pour lire, se ras­sem­bler pour jouer… “C’est une pièce qui se vit presque dans chaque re­coin, com­plète la maî­tresse des lieux, il n’y a pas de cloi­son­ne­ment, c’est très ou­vert.”

Ici, la dé­co­ra­tion et le mo­bi­lier se com­posent es­sen­tiel­le­ment de créa­tions des­si­nées par Do­ro­thée et Patrick pour le lieu, com­plé­tées de quelques pièces ache­tées, chi­nées ou ré­cu­pé­rés de réa­li­sa­tions. Des fau­teuils en corde trou­vés aux puces, des bou­geoirs mexi­cains en cé­ra­mique, un pouf pro­to­type créé pour le Man­da­rin Orien­tal de Mar­ra­kech concourent à fa­çon­ner un dé­cor soi­gné et struc­tu­ré, que vient bous­cu­ler un ta­bleau XXL de l’ar­tiste Ch­ris­tian As­tu­gue­vieille, ami du couple. Cô­té ma­tière, la corde, la pierre et le marbre sin­gu­la­risent l’es­pace, ain­si que beau­coup de bois pour dé­ve­lop­per l’es­prit ca­bane vou­lu par les ar­chi­tectes.

Au pre­mier étage, l’es­pace des en­fants est un pe­tit pa­ra­dis pour leur fille de 9 ans et leur fils de 11 ans. Dans une pièce au vo­lume dé­ga­gé, les ar­chi­tectes ont conçu une al­côve en forme de ca­bane. Un es­ca­lier dé­ro­bé mène en­suite à leur chambre sous les combles, une pièce qui s’étend sur toute la su­per­fi­cie au sol de la bâ­tisse, avec des fe­nêtres de toit, amé­na­gée pour qu’ils aient l’im­pres­sion d’être dans une ca­bane... On y re­vient.

La corde, la pierre et le marbre sin­gu­la­risent l’es­pace, ain­si que beau­coup de bois pour dé­ve­lop­per un es­prit ca­bane.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.