Re­paire so­laire

La mai­son s’ap­pelle Can Al­ma. Ce n’est écrit nulle part. Mais les vrais savent. Ici, au nord d’Ibi­za, dans une par­tie pré­ser­vée, res­tée très ru­rale et agri­cole, au mi­lieu d’une vé­gé­ta­tion dense et plu­rielle, se dresse le re­paire es­ti­val de Sté­pha­nie et Ju

Milk Decoration - - SOMMAIRE. - TEXTE : LAURINE ABRIEU – PHO­TOS : KAREL BALAS

Au nord d’Ibi­za, la mai­son bo­hème de Ju­lien et Sté­pha­nie Co­hen, co­fon­da­trice de la marque Dé­mo­dé.

“Al­ma”, c’est l’âme. Celle de Chi­co et Linde Bia­las, dé­jà. Les amis à qui Sté­pha­nie et Ju­lien Co­hen ont ache­té la bâ­tisse il y a une di­zaine d’an­nées. “Avec Ju­lien, nous al­lons dans cette mai­son de­puis que nous sommes en­semble, confie Sté­pha­nie. Nous l’avons d’abord louée pen­dant long­temps, avant de l’ache­ter lorsque nos amis ont dé­ci­dé de la vendre. Il y a beau­coup de leur es­prit dans cette de­meure et je tiens à leur rendre. C’est pour ce­la que, dès le pre­mier jour, nous l’avons ado­ré, parce qu’ils l’ont faite avec beau­coup d’amour.” Lui est pho­to­graphe, elle, peintre. Les ta­bleaux que l’on peut voir aux murs sont de sa créa­tion. L’âme de Ju­lien et Sté­pha­nie, en­suite, qui ont ap­por­té un cer­tain nombre de trans­for­ma­tions après avoir pris pos­ses­sion des lieux. Le couple a ajou­té des chambres, pro­lon­gé la pis­cine, et même créé sous le bas­sin un dor­toir pour leurs ados. La cui­sine, point d’orgue de la mai­son, a sus­ci­té toutes les at­ten­tions. “Quelle que que soit la mai­son, c’est tou­jours la pièce où nous nous re­grou­pons.” Ils ont donc agran­di l’es­pace pour l’adap­ter à leur fa­çon de le vivre, en s’at­ta­chant à conser­ver son charme ori­gi­nel. Meubles en plus, plan de tra­vail pro­lon­gé, éta­gères sup­plé­men­taires où s’ex­pose une col­lec­tion éclec­tique de vais­selle : des pièces trou­vées chez Los Ena­mo­ra­dos, chez Jars et, bien sûr, d’autres pio­chées chez Dé­mo­dé, la ra­vis­sante marque de dé­co et d’ob­jets du quo­ti­dien que Sté­pha­nie a co­créée l’an der­nier avec Ma­rie-France Co­hen et leur amie Ely­sa Mas­liah. Leur nou­velle gamme, au­tour du lin épais ita­lien est d’ailleurs à tom­ber. À l’ex­té­rieur, ils ont ima­gi­né les coins chill out et ajou­té un grand nombre de plantes, des oli­viers, mais aus­si beau­coup de cac­tus. Et comme la fa­mille aime cui­si­ner, un po­ta­ger a été créé. Il y pousse le par­fait né­ces­saire à un dé­jeu­ner es­ti­val idéal : to­mates, cour­gettes, ra­dis, au­ber­gines, pe­tits pi­mien­tos de pa­drón, et beau­coup de fèves. À l’in­té­rieur, ils ont conser­vé un peu de l’es­prit de Chi­co et Linde qui leur plaît tant, tout en ap­por­tant leur propre touche. La si­gna­ture de Sté­pha­nie et Ju­lien Co­hen ? Un éclec­tisme bien­heu­reux, har­mo­nieux. “Les meubles, c’est beau­coup de choses trou­vées sur l’île, ou de la dé­brouille, ex­plique cette der­nière. On a ré­cu­pé­ré un vé­lo, de vieilles chaises de l’île, des fourches... Nous al­lons sou­vent chi­ner chez Ibi­za Troc, où on trouve plein de choses, des dames- jeannes aux ou­tils an­ciens. J’ai aus­si ache­té beau­coup de tis­sus à mon ami Da­rio, un Ita­lien qui chine de­puis qua­rante ans en Inde de su­blimes tex­tiles, sou­vent des pièces uniques. Et puis, Ju­lien et moi rap­por­tons beau­coup de choses de nos voyages…” Des tis­sus du Mexique, des pe­tits ba­lais, des mates, des pa­niers ou en­core des cha­peaux de Ma­da­gas­car, des ta­pis de l’At­las, des pièces de l’époque où Sté­pha­nie tra­vaillait chez Mer­ci, des créa­tions conçues sur l’île d’Ibi­za à par­tir de ma­tières pre­mières trou­vées chez un vieux hip­pie du coin qui vit dans un bus à cô­té de San­ta Eu­la­lia… Au­tant de choses, ve­nues de dif­fé­rents lieux, sou­ve­nirs d’autres époques, qui com­posent un in­té­rieur sin­gu­lier riche des âmes qui passent dans cette de­meure, y res­tent, plus ou moins long­temps, mais n’en re­partent ja­mais vrai­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.