Il vole… comme un Bea­ver !

Modèle Magazine - - TECHNIQUE -

At­ten­tion au dé­col­lage sur piste bi­tu­mée : un Bea­ver est comme un Pi­per, il se pi­lote. Une mise en puis­sance pro­gres­sive, de la di­rec­tion pour contrer le couple mo­teur et que l’on re­lâche peu à peu, et voi­là l’oi­seau dans son élé­ment. Ce pre­mier vol va confir­mer les choix faits pour ce mo­dèle : le cen­trage re­te­nu est le bon, et le Vé lon­gi­tu­di­nal (1°) per­met à l’avion de vo­ler sans un cran de trim.

Ce Bea­ver vole re­la­ti­ve­ment vite mais il pos­sède une bonne plage de vi­tesse. Pro­fon­deur ca­brée à fond et gaz cou­pés, le décrochage est qua­si in­exis­tant, l’avion se conten­tant de pa­ra­chu­ter. Le la­cet in­verse est peu pré­sent grâce au dif­fé­ren­tiel ap­pli­qué aux ai­le­rons. J’avais pro­gram­mé au cas où un mixage ai­le­ron/ di­rec­tion, qui s’est fi­na­le­ment avé­ré inu­tile. La sor­tie des vo­lets freine consi­dé­ra­ble­ment l’avion, le taux de chute est alors don­né par le mixage à pi­quer pro­gram­mé à la pro­fon­deur.

Confiant dans la so­li­di­té de l’ap­pa­reil, et grâce à la bonne marge de puis­sance, j’ai en­ta­mé quelques fi­gures acro­ba­tiques que notre Bea­ver ac­cepte sans bron­cher. Boucles, ton­neaux bar­ri­qués, ren­ver­se­ments et vol dos sont au pro­gramme.

L’at­ter­ris­sage est un peu spor­tif, le Bea­ver ayant ten­dance à re­bon­dir et à par­tir d’une aile sur l’autre, un com­por­te­ment com­mun à beau­coup d’ailes hautes. Il faut donc soi­gner son ap­proche et ne pas at­ter­rir trop vite, bien ai­dé en ce­la par les vo­lets. Une fois bra­qués à fond, ils per­mettent d’ar­ri­ver qua­si­ment à l’ar­rêt s’il y a un peu de vent.

Les vols sui­vants ont eu pour but de tes­ter les deux op­tions du Bea­ver, l’em­port de charge et le re­mor­quage. Bien que la soute soit si­tuée un peu en ar­rière du centre de gra­vi­té, l’em­port de charges ne mo­di­fie pas le com­por­te­ment de l’avion, qui sup­porte sans pro­blème un cen­trage lé­gè­re­ment re­cu­lé. J’em­mène ré­gu­liè­re­ment deux pa­ra­chutes de 60 cm de dia­mètre pour un poids to­tal de 130 g, sans con­sé­quence sur les qua­li­tés de vol. Lar­guer ces deux pa­ra­chutes à 50 m d’al­ti­tude pour qu’ils at­ter­rissent dans une cible est as­sez jouis­sif.

Pour­sui­vons par le re­mor­quage du Spatz de mon ami, un pla­neur de 2,50 m qui pèse en­vi­ron 1,3 kg. La puis­sance du Bea­ver est lar­ge­ment suf­fi­sante pour trac­ter ce pe­tit voi­lier, et le com­por­te­ment reste très sain même en mode re­mor­queur. C’est un vrai bon­heur de voir évo­luer tout en dou­ceur cet at­te­lage. L’ac­cu per­met de réa­li­ser 4 à 5 re­mor­quages avant de chu­ter aux alen­tours de 30 % de ca­pa­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.