LE LiION POUR LA PRO­PUL­SION?

Modèle Magazine - - RUBRIQUE -

L’avan­tage des ac­cus LiIon, c’est qu’ils ont un rap­port poids/ca­pa­ci­té ex­tra­or­di­nai­re­ment éle­vé. L’in­con­vé­nient, c’est qu’ils ne peuvent pas, à ce jour, dé­li­vrer un cou­rant très im­por­tant. Par exemple les LiIon Em­co­tec 2 900 mAh ne peuvent dé­li­vrer au maxi­mum que 10 A. On trouve dans la même gamme un ac­cu de 2 600 mAh pou­vant dé­li­vrer 30 A, ce qui est beau­coup mieux, ou même un 4 250 mAh don­nant 20 A. Ain­si un 4S LiIon de 2 900 mAh peut tout de même dé­li­vrer 420 W, ou 360 W en 3S. Avec la moi­tié de ça, je mo­to­rise mon mi­ni Elipse qui grimpe à la qua­si ver­ti­cale. Avec 320 watts en 4S, autorisés par les 4 250 mAh, je fais mon­ter presque aus­si bien un Ty­phoon RCRCM de 2 m avec un mo­teur Duals­ky 2838EA-8 810 kV et une hé­lice 12x7. Ces ré­sul­tats sont ob­te­nus avec des pe­tits mo­teurs à cage tour­nante. Avec le bon mo­teur ré­duc­té, on peut faire pas mal de choses, car une grande hé­lice trac­te­ra in­fi­ni­ment plus qu’une pe­tite. Et là, il ne convient plus de rai­son­ner, comme on le fait trop sou­vent, en termes de watts par ki­lo, mais en termes de trac­tion et de taux

de mon­tée. Pour ce­la, le lo­gi­ciel Ecalc est mon ami ! Un LiIon 4S 4 250 mAh pèse seule­ment 260 g. Si on consomme moins de 20 A, l’au­to­no­mie est donc énorme. Quant au 2 600 mAh, chaque élé­ment pèse 45 g. Pour un 2S, on se­ra à moins de 100 g (avec les prises et la gaine ther­mo). Pour un 3S, on se­ra à peine à 160 g, ce qui est faible. Il y a vingt ans, on fai­sait tour­ner nos pla­neurs « 7 élé­ments NiCd » (l’équi­valent de 2S en vol­tage) mais pour 350 g l’ac­cu et seule­ment 1 200 mAh de ca­pa­ci­té (avec des mo­teurs moins cou­pleux et quatre fois plus lourds que nos bru­sh­less !). Au­jourd’hui, par exemple avec un mo­teur ré­duc­té Po­ly-Tec 400-F5J / light, on monte fort un F5J en 2S ou en 3 S, tout en res­tant avec une consom­ma­tion de 20 A. Par­lons de l’en­com­bre­ment des LiIon : la forme per­met de se lo­ger beau­coup plus fa­ci­le­ment que des LiPo de moindre ca­pa­ci­té, dans des fu­se­lages étroits, d’au­tant que l’on peut fa­ci­le­ment les as­sem­bler soi-même. Bref, les LiPo ne sont pas for­cé­ment in­con­tour­nables pour les moyennes in­ten­si­tés. Des ac­cus de pro­pul­sion LiIon, en 3S (en bleu) et 4S (en noir) pour mo­to­ri­ser un Mi­ni El­lipse et un Ty­phoon RCRCM de 2 m.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.