AVAN­TI S FREE­WING/SE­BART DE L’Avan­ti en ver­sion mi­ni

L’Avan­ti S est l’un des der­niers-nés de la marque Free­wing, bien connue pour ses réa­li­sa­tions en mousse. Cette fois, il s’agit de la ré­duc­tion sous li­cence de l’Avan­ti S du cé­lèbre pi­lote Se­bas­tia­no Sil­ves­tri, créa­teur de la marque Se­bart. DÉ­COU­VERTE DU K

Modèle Magazine - - SOMMAIRE - Texte : Jean-Ch­ris­tophe Andres Pho­tos : Axel Andres

Vou­lant à mon tour en­trer dans l e monde pas­sion­nant du j et, j e me suis lais­sé sé­duire par cette ré­duc­tion en mousse EPO pour abor­der cette dis­ci­pline. Après quinze j ours d’im­pa­tience, l e car­ton ar­rive en­fin ! L’avion est soi­gneu­se­ment em­bal­lé dans une grande boîte en po­ly­sty­rène, avec tous les ca­lages né­ces­saires au bon main­tien des pièces pen­dant le trans­port. Toutes les pièces en mousse EPO sont peintes d’ori­gine, dans une li­vrée as­sez sé­dui­sante. Le kit se com­pose des deux ailes qui com­portent les ser­vos d’ai­le­rons et de vo­lets, ain­si que le train ren­trant élec­trique dé­jà ins­tal­lé. Le sta­bi­li­sa­teur est en une par­tie, lui aus­si avec un ser­vo opé­rant sur chaque vo­let de pro­fon­deur. Le di­èdre in­verse est don­né par

une pièce en ABS, fai­sant en même temps of­fice de fixa­tion sur le fu­se­lage. Sur la dé­rive, tout est à nou­veau dé­jà po­sé, avec l e ser­vo en prise di­recte.

Le fu­se­lage semble as­sez im­po­sant, avec une tur­bine de 80 mm à 12 pales en place et an­non­cée pour 3,3 kg de pous­sée. Elle est rac­cor­dée à un contrô­leur bru­sh­less sup­por­tant 100A avec un UBEC in­té­gré de 5A, suf­fi­sant pour ali­men­ter l e mo­dule de ges­tion des leds et du train ren­trant, ain­si que toute l’ins­tal­la­tion ra­dio. Puis nous trou­vons une belle ver­rière trans­pa­rente, une clef en car­bone de 8 mm de dia­mètre, et l’ac­cas­tillage.

Les gou­vernes sont ac­tion­nées par 8 ser­vos di­gi­taux au for­mat 9 g, do­tés de pi­gnons mé­tal­liques. Le train ren­trant est mon­té avec de grandes roues as­sez fines et très lé­gères, ce qui est de bon au­gure pour dé­col­ler de­puis des pistes en herbe. Les trois jambes sont sus­pen­dues se­lon le prin­cipe des bras ti­rés, pro­cu­rant un bon amor­ti et sou­la­geant les contraintes sur les fixa­tions. S’agis­sant d’un kit dit PNP, il suf­fi­ra d’ajou­ter un ré­cep­teur et un ac­cu adap­té pour pré­pa­rer l’avion au vol.

AS­SEM­BLAGE

Après exa­men de toutes les par­ties du kit, je me lance dans l’as­sem­blage de ce pe­tit jet. Je vais dé­tailler le mon­tage pas à pas, ce­la pour­ra ai­der ceux que la no­tice en an­glais ou en chi­nois dérange. Ce­pen­dant, au risque de frus­trer les amou­reux de la construc­tion, le mon­tage de ce Je mets tout d’abord en place le sta­bi­li­sa­teur mu­ni de ses deux ser­vos, im­mo­bi­li­sé par quatre vis sur le fu­se­lage. Les câbles des ser­vos sont cor­rec­te­ment re­pé­rés et passent par le des­sus du fu­se­lage, dans le lo­ge­ment pré­vu à cet ef­fet. Pour fa­ci­li­ter le pas­sage, j’ai en­fi­lé un mor­ceau de gaine ri­gide dans le lo­ge­ment, puis j’y ai attaché les câbles avant de les ti­rer. La dé­rive est main­te­nue sur le fu­se­lage par deux ai­mants et une vis dans le sup­port de sta­bi­li­sa­teur. Le câble du ser­vo passe éga­le­ment dans le tun­nel, au­des­sus de la tur­bine. L’articulation des gou­vernes de dé­rive et de pro­fon­deur est as­su­rée par des char­nières bâ­ton po­sées en plus genre de ma­chine est vrai­ment ré­duit à sa plus simple ex­pres­sion.

de l’amin­cis­se­ment de l’ EPO, c’est une bonne so­lu­tion et un gage de lon­gé­vi­té.

Pas­sons à l’avant, où le nez de l’avion est main­te­nu par deux ai­mants, en plus d’un car­ré de cen­trage. En­suite, pour rac­cor­der les dif­fé­rentes prises sur la pla­tine élec­tro­nique, il faut dé­mon­ter le sup­port en bois de l’ac­cu, sim­ple­ment main­te­nu par quatre vis. Pour ma part, j’ai po­sé un pe­tit mor­ceau de mousse pour iso­ler les câbles par rap­port à la pla­tine sup­port de l’ac­cu, afin d’évi­ter une po­ten­tielle usure par frot­te­ment. Avant de re­mettre la pla­tine en place, pro­fi­tez-en pour ajou­ter une deuxième bande de vel­cro, car une seule me semble un peu faible pour im­mo­bi­li­ser un ac­cu 6S de grande ca­pa­ci­té. Main­te­nant, vous pou­vez mettre en place les ailes au­tour de la clé prin­ci­pale. L’ajus­te­ment est un peu dé­li­cat, et il ne faut pas ou­blier de rac­cor­der les prises pré­vues pour ali­men­ter les ser­vos et le train ren­trant. À no­ter qu’un pe­tit cache en plas­tique trans­parent se trouve en face de chaque prise, pour per­mettre de vé­ri­fier vi­suel­le­ment la bonne connexion dans le temps. Le mo­dèle semble être conçu pour être dé­mon­té à chaque séance de vol, mais le mien res­te­ra as­sem­blé. En ef­fet, le dé­mon­tage à chaque séance risque d’en­gen­drer à la longue des jeux pré­ju­di­ciables, et vu la taille de l’Avan­ti, ce­la passe tout mon­té dans mon vé­hi­cule.

J’ai en­suite peint en rouge l e sup­port de ver­rière, avec de l a pein­ture sty­ro. La belle ver­rière est col­lée par-des­sus avec de l’époxy 15 mi­nutes. Le ca­no­py est ain­si plus cha­toyant et as­sure une vi­sua­li­sa­tion plus évi­dente en vol grâce à cette tache rouge. Je vous dé­con­seille de col­ler l’au­to­col­lant fai­sant of­fice de ta­bleau de bord fac­tice, car l’adhé­sif n’est pas fort et ris­que­rait de se dé­col­ler dans la ver­rière. Je ne l’ai donc pas po­sé, tout comme les jo­lis au­to­col­lants Free­wing orange fluo, qui ne se­ront plus sur l’avion après le pre­mier vol, ris­quant d’em­por­ter avec eux la pein­ture… Autre point dis­cu­table, les re­dres­seurs de flux à po­ser sur les ailes pa­raissent de faible qua­li­té, le plas­tique est très ru­gueux et mal éba­vu­ré. De plus, il faut faire une sai­gnée de 2 mm de pro­fon­deur dans l’aile avant de les col­ler, j’ai donc pris la dé­ci­sion de m’en pas­ser.

BRAN­CHE­MENTS ET RÉ­GLAGES

Un ré­cep­teur 6 voies est suf­fi­sant sur cet ap­pa­reil. Tous les ser­vos sont di­rec­te­ment rac­cor­dés sur une pla­tine, jouant le rôle d’une mi­ni-box. En­suite, toutes les fiches en re­partent vers le ré­cep­teur pour ac­tion­ner : la pro­fon­deur, la di­rec­tion, les gaz, les ai­le­rons, les vo­lets, et le train ren­trant. À la pre­mière mise sous ten­sion, le contrô­leur fait un ap­pren­tis­sage des courses de votre émet­teur mais, une fois ce­lui-ci ter­mi­né, il fonc­tionne sans ré­glage par­ti­cu­lier.

Le rac­cor­de­ment de chaque trin­gle­rie aux ser­vos se fait avec une chape ra­pide en plas­tique, que j’ai sé­cu­ri­sée avec un pe­tit mor­ceau de gaine ther­mo­ré­trac­table. J’ai été obli­gé de dé­ca­ler un peu (via l’émet­teur) la plu­part des neutres pour évi­ter de trop dé­vis­ser les trin­gle­ries, si­non il ne res­tait plus as­sez de fi­lets en­ga­gés dans les chapes à ro­tule. Sur l’émet­teur, j’ai af­fec­té l es vo­lets sur un in­ter­rup­teur à trois po­si­tions. Pour le train ren­trant, un in­ter­rup­teur à deux po­si­tions suf­fit, sans ré­glages des fins de course, car ils sont in­té­grés aux trains élec­triques. Sur l a com­mande de gaz, je mets tou­jours en place un i nter­rup­teur pour dé­ver­rouiller l e contrô­leur, l e mo­teur ne dé­mar­rant pas tant que la cou­pure n’est pas bas­cu­lée. J’en pro­fite pour dé­clen­cher en même temps le chro­no­mètre, je suis ain­si cer­tain de ne pas l’ou­blier. Pour ali­men­ter et pro­pul­ser ce jet, le fa­bri­cant re­com­mande un LiPo 6S avec 4 000 à 5 000 mAh de ca­pa­ci­té. J’uti­lise pour ma part des ac­cus 6S 4 500 mAh de marque Zip­py, en ver­sion Com­pact, et un taux de dé­charge de 40C.

SÉ­DUI­SANT !

Si comme moi, vous vou­lez vous fa­mi­lia­ri­ser avec le pi­lo­tage d’un jet, l’Avan­ti S est par­fai­te­ment adap­té et très sym­pa­thique à ap­pré­hen­der. Il dé­colle très bien de­puis une piste en herbe, ce qui n’est pas tou­jours le cas de cer­tains ho­mo­logues, et c’est le jet passe-par­tout par ex­cel­lence.

Évi­dem­ment, il ne vaut pas un jet fonc­tion­nant avec une tur­bine ké­ro­sène, mais il est dy­na­mique et le bruit, tout comme les sen­sa­tions, s’en rap­prochent beau­coup. Un mo­dèle à consom­mer sans mo­dé­ra­tion ! Bons vols à toutes et à tous.

Pro­po­sé par Free­wing, l’Avan­ti S est un jet en mousse EPO de 1,3 m d’en­ver­gure li­vré tout équi­pé. Les qua­li­tés de vols sont ex­cel­lentes et ce mo­dèle est une réus­site.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.