SMART-GY­RO DE RC GY­RO MODELLE / LIN­DIN­GER In­ha­bi­tuel !

Les au­to­gyres sont des ap­pa­reils énig­ma­tiques qui at­tisent tou­jours la cu­rio­si­té des mo­dé­listes. Pour­tant, les kits sur le mar­ché sont très rares et le choix très li­mi­té. Le ma­ga­sin Lin­din­ger pro­pose ce Smart Gy­ro, un mo­dèle fa­bri­qué par un pe­tit ar­ti­san

Modèle Magazine - - SOMMAIRE - Texte : Yann Moin­drot Pho­tos : Cé­cile Moin­drot

Àl’ar­ri­vée du co­lis, on est sur­pris par sa pe­tite taille. On se dit im­mé­dia­te­ment que le mo­dèle mon­té ne se­ra pas bien gros… Le fu­se­lage « bai­gnoire » est en fibre de verre époxy. La qua­li­té de mou­lage est bonne, même si on peut voir quelques pe­tits dé­fauts pré­sents dans le moule. Le plan de joint est dis­cret mais de­vra idéa­le­ment être mas­ti­qué. Les ou­ver­tures (com­mandes, pas­sage de la poutre de queue) ne sont pas faites et sont re­pé­rées d’ori­gine par des tra­cés au mar­queur noir.

Un châs­sis, qui se mon­te­ra dans le fu­se­lage, est li­vré pré­as­sem­blé (mais non col­lé). Il est consti­tué de pièces en ctp dont la pré­ci­sion de dé­coupe est tout sim­ple­ment par­faite. On trouve éga­le­ment quelques pièces en ctp comme l a poutre de queue, l e sta­bi­li­sa­teur, l es dé­rives, l es sièges, etc.

Dans plu­sieurs sa­chets, il y a les nom­breuses pièces en car­bone et en alu qui com­posent la tête ro­tor, des roues de marque Ka­van, la vis­se­rie de qua­li­té, des chapes à boules, ain­si que la cou­ronne et l a roue libre pour l e mo­teur de pré­lan­ce­ment (ce sont des pièces d’hé­li­co­ptère T-Rex 450). Il y a éga­le­ment des gui­gnols en fibre de verre, des char­nières tu­bu­laires, les câbles pour la com­mande de dé­rive et le né­ces­saire pour les com­mandes du ro­tor.

Les pales sont en fibre de verre. Elles sont as­sez lourdes et pos­sèdent deux trous pour la fixa­tion (con­trai­re­ment à un hé­li­co où il n’y a qu’un seul point). Le train d’at­ter­ris­sage est consti­tué d’une lame en fibre de verre.

La no­tice est uni­que­ment en al­le­mand mais elle com­porte de nom­breuses pho­tos. On peut la trou­ver sur In­ter­net en for­mat PDF, ce qui per­met de co­pier les textes et d’uti­li­ser un tra­duc­teur au­to­ma­tique…

Vous de­vrez vous pro­cu­rer les équi­pe­ments né­ces­saires, et j’ai op­té pour ceux pré­co­ni­sés sur le site de Lin­din­ger : • un bru­sh­less Jo­ker 3548 (kV 1120) pour la pro­pul­sion prin­ci­pale, • un contrô­leur Hob­by­wing

Sky­wal­ker 80 A, • un ac­cu LiPo 3S 3 200 mAh Well­po­wer 25 C, • un pe­tit bru­sh­less Jo­ker 2822-24 (kV 1 450) pour le pré­lan­ce­ment du ro­tor • un contrô­leur Hob­by­wing Sky­wal­ker 20 A.

Pour les ser­vos, j’ai pui­sé dans mon stock : deux Fu­ta­ba stan­dard (S3003) pour le ro­tor, un pe­tit Mul­ti­plex Na­no S (for­mat 9 g) pour la dé­rive et un ser­vo ba­sique for­mat 15 g pour la rou­lette de nez.

Il est im­por­tant d’abor­der le prix de ce pe­tit au­to­gyre : il est éle­vé, mais il y a plu­sieurs rai­sons à ce­la. Pre­miè­re­ment, on est en pré­sence d’un vrai kit ar­ti­sa­nal. Et qui dit mi­cro-sé­rie dit coûts de pro­duc­tion éle­vés. Deuxiè­me­ment, le kit vient d’Au­triche ( et pas d’Asie ni même des pays de l’Est), avec donc des coûts de maind’oeuvre éle­vés. Troi­siè­me­ment, la concep­tion de cet au­to­gyre est as­sez com­plexe et per­fec­tion­née : la tête ro­tor est consti­tuée de nom­breuses pièces, qui plus est en car­bone pour l a plu­part. L’ac­cas­tillage four­ni est de qua­li­té, à l’image des roues de marque Ka­van (et non de simples roues bas de gamme en mousse). Voi­là comment en ar­rive à un prix éle­vé…

UN PEU DE TRA­VAIL

Le mon­tage vous de­man­de­ra un peu de temps, on est en pré­sence d’un kit et non d’un mo­dèle ARTF.

On com­mence par col­ler les pièces du châs­sis : j’ai sim­ple­ment in­fil­tré de la cya­no fluide en lais­sant les pièces as­sem­blées. Les écrous à griffes sont mis en place dans le châs­sis. La poutre de queue, le sta­bi­li­sa­teur et la dé­rive (en ctp brut) doivent être pré­pa­rés avant as­sem­blage. Je les ai pon­cés en sur­face et dans les angles, et mis un peu de mas­tic pour amé­lio­rer l’état de sur­face. Le gui­gnol de dé­rive et les char­nières sont col­lés, puis l’em­pen­nage est as­sem­blé à l’époxy en vé­ri­fiant bien l’équer­rage. La pein­ture a été faite à la bombe et les gaines des câbles de dé­rive sont fixées avec des col­liers.

On assemble en­suite les pièces en car­bone de la tête ro­tor, en

com­men­çant par la par­tie su­pé­rieure. Il faut d’abord les mon­ter à blanc, re­tou­cher lé­gè­re­ment à la lime si né­ces­saire, puis les col­ler à l’époxy 5 mi­nutes. N’ou­bliez pas de mettre un peu de frein fi­let sur les vis mon­tées dans les pièces en alu. Pour la par­tie in­fé­rieure de la tête (qui com­porte les bras de com­mandes), même to­po sauf que lors du col­lage, je vous conseille de mon­ter la pièce car­rée en alu qui sert de point de ro­ta­tion : ain­si, on est sûr d’avoir suf­fi­sam­ment de jeu. Il faut éga­le­ment pen­ser à col­ler l’écrou M3 nyl­stop qui est à l’in­té­rieur de la « struc­ture », sur la plaque su­pé­rieure. Les rou­le­ments ont été col­lés sur les plaques avec une pe­tite goutte de cya­no, épau­le­ment po­si­tion­né vers l’ex­té­rieur. Le sup­port in­fé­rieur, qui se­ra mon­té dans le fu­se­lage et qui sert d’axe de ro­ta­tion, est as­sem­blé (em­base en alu et deux mon­tants en car­bone), en ajou­tant au be­soin les pe­tites plaques four­nies pour ajus­ter le jeu.

Les ou­ver­tures dans le fu­se­lage sont réa­li­sées avec une pe­tite fraise et une mi­ni­per­çeuse (trous pour le mo­teur, la poutre de queue, les aé­ra­tions la­té­rales, etc.). J’ai en­suite peint l’in­té­rieur du fu­se­lage avec de la pein­ture en bombe gris gra­ni­té. Après mas­ti­quage et pon­çage du plan de joint, l’ex­té­rieur en blanc. Étape sui­vante, on ins­talle la pièce qui ar­ti­cule le ro­tor dans le haut du fu­se­lage. Il faut la mon­ter au maxi­mum,

prendre des re­pères pour bien la cen­trer, per­cer trans­ver­sa­le­ment pour ins­tal­ler la vis M3, et le tour est joué.

Le châs­sis bois a été peint en gris, puis il est mon­té dans le fu­se­lage et pous­sé au maxi­mum vers l’ar­rière. Après prise de re­pères (avec les écrous à griffes), on perce à 3 mm le fu­se­lage et le train prin­ci­pal. Les roues sont ins­tal­lées et j’ai chan­gé les vis M4 four­nies (trop grosses) pour des M3. On res­sort le châs­sis pour ins­tal­ler les ser­vos, puis les deux contrô­leurs : il faut les sou­der sur une unique prise, qui se­ra rac­cor­dée à l’ac­cu. Ils se­ront po­si­tion­nés (avec un vel­cro) sur un des flancs ex­té­rieurs du châs­sis. Im­por­tant, vous de­vez re­ti­rer le fil rouge (le +) du cor­don du pe­tit contrô­leur qui va au ré­cep­teur. Il faut en­suite ral­lon­ger les trois fils qui rac­cordent le pe­tit contrô­leur au mo­teur de pré­lan­ce­ment.

Pour le train avant, il y a des pièces en car­bone qui le com­posent. Sur le coup, je n’ai pas com­pris à quoi ser­vaient ces pièces car la no­tice montre un train en corde à pia­no. Cette der­nière n’est pas four­nie (et pour cause) et j’en ai pliée une (cap de 4 mm). C’est seule­ment une fois ter­mi­né et mon­té que j’ai com­pris à quoi ser­vaient ces pièces en car­bone… La com­mande est réa­li­sée avec une cap de 1,5 mm pliée en « Z » aux ex­tré­mi­tés.

On fait le né­ces­saire pour mon­ter le mo­teur (ajus­tage des trous

dans l e fu­se­lage), on i ns­talle l e châs­sis dans le fu­se­lage et seule­ment en­suite, on monte le mo­teur. At­ten­tion à soi­gner vos pas­sages de fils pour qu’ils ne touchent pas à la cage tour­nante du bru­sh­less. Le train est vis­sé sur le fu­se­lage et la poutre de queue est fixée (elle reste dé­mon­table grâce à une as­tu­cieuse cale en ctp).

La roue libre est ins­tal­lée sur le ro­tor (n’ou­bliez pas le frein fi­let sur les vis poin­teau). Pour mon­ter le mo­teur de pré­lan­ce­ment, j’ai dû agran­dir les lu­mières d’ori­gine (pour pou­voir mettre les vis).

Les sièges des pi­lotes ont été vis­sés (et non col­lés) pour fa­ci­li­ter un ac­cès ul­té­rieur. L’ac­cu LiPo 3S 3 200 mAh est ins­tal­lé avec du vel­cro, sur le flanc ex­té­rieur gauche du châs­sis. La place est comp­tée…

Les com­mandes sont ajus­tées en lon­gueur (je n’ai pas uti­li­sé les tubes car­bones four­nis qui re­couvrent les tiges fi­le­tée M3). Au neutre, vous de­vez ob­te­nir un angle de 7° vers l’ar­rière, fa­cile à ajus­ter avec la cale en ctp four­nie. Il fau­dra agran­dir (au be­soin) les trous de pas­sage dans le fu­se­lage.

La dé­co­ra­tion n’est pas four­nie, j’ai ici uti­li­sé des au­to­col­lants dont je dis­po­sais.

RÉ­GLAGES

Le mo­teur de pré­lan­ce­ment est com­man­dé par une voie pro­por­tion­nelle. Il de­vra être ac­cé­lé­ré très pro­gres­si­ve­ment car le ro­tor est lourd à en­traî­ner et il ne faut pas trop faire consom­mer le mo­teur.

La mo­to­ri­sa­tion pré­co­ni­sée, avec un ac­cu LiPo 3S, est suf­fi­sante mais, pour vol­ti­ger, il fau­drait du 4S. C’est une confi­gu­ra­tion que je n’ai pas tes­tée car le contrô­leur du mo­teur de pré­lan­ce­ment ne sup­porte que du 3S. D’autre part, il se­ra sans doute dif­fi­cile de lo­ger un ac­cu 4S, qui se­ra trop épais.

Le ro­tor se­ra com­man­dé grâce à un mixage de type aile vo­lante. Quand vous don­nez un ordre aux ai­le­rons à droite, l e ro­tor doit s’in­cli­ner à droite. Quand vous ca­brez à la pro­fon­deur, le ro­tor de­vra s’in­cli­ner en ar­rière.

Au neutre, le ro­tor de­vra être in­cli­né lé­gè­re­ment à droite (de 3° en­vi­ron). De plus, vous de­vez pro­gram­mer un mixage gaz => ro­tor à droite pour 16 % (ce qui donne une in­cli­nai­son de 3° sup­plé­men­taire lorsque l’on est à plein gaz).

À no­ter qu’il y a un peu de jeu dans la com­mande du ro­tor (au ni­veau des vis qui sont dans la pièce cen­trale en alu), mais ça ne pose pas de pro­blème.

J’ai uti­li­sé deux voies pour la dé­rive (une pour la gou­verne et une pour la roue avant), ce qui per­met de ré­gler sé­pa­ré­ment les neutres et les dé­bat­te­ments. Le neutre de la dé­rive doit être dé­ca­lé de 10 mm vers la gauche. En­fin il ne faut pas trop ser­rer les vis des pales. En les lais­sant un peu lâches, elles s’ali­gne­ront par­fai­te­ment en tour­nant (avec la force cen­tri­fuge) et ain­si on n’au­ra pas de vi­bra­tions.

SÉ­DUI­SANT

Il au­rait sans doute été pos­sible de ré­duire le prix de cet au­to­gyre en pen­sant, dès le dé­part, à un de­si­gn de pièces op­ti­mi­sé pour une fa­bri­ca­tion « in­dus­trielle ». Ce point mis à part, le Smart Gy­ro est un pe­tit au­to­gyre de très bonne qua­li­té, bien conçu et do­té de bonnes qua­li­tés de vol. Et c’est sur­tout l’un des seuls dis­po­nibles sur le mar­ché…

Le Smart Gy­ro est l’un des rares au­to­gyres dis­po­nibles sur le mar­ché. Avec son ro­tor réa­li­sé en fibre de car­bone, c’est une ma­chine haut de gamme, dis­tri­buée par Lin­din­ger. Vous n’au­rez as­su­ré­ment pas de pro­blème pour sto­cker et trans­por­ter cet au­to­gyre…

Il y a un peu de tra­vail pour as­sem­bler ce kit, mais les élé­ments four­nis sont de bonne fac­ture.

3

Le look de ce pe­tit Smart Gy­ro est as­sez réus­si. En re­vanche, vous de­vrez ef­fec­tuer vous-même la dé­co­ra­tion car rien n’est four­ni.

6

1

2

1 Une par­tie des pièces en car­bone qui com­posent la tête ro­tor : la qua­li­té est ex­cel­lente. 2 Les équi­pe­ments uti­li­sés ici sont ceux pré­co­ni­sés par le ma­ga­sin Lin­din­ger. 3 Le châs­sis en ctp a été peint en gris et l’in­té­rieur du fu­se­lage est peint en gris gra­ni­té. Le ro­tor est com­man­dé par deux ser­vos stan­dards, et un ser­vo au for­mat 15 g com­mande la roue avant. 4 À l’avant, juste sous le pare-brise, se trouve le ser­vo de 9 g qui ac­tionne la dé­rive. 5 La queue, le sta­bi­li­sa­teur et la dé­rive sont en ctp. Après mas­ti­quage et pon­çage, ils ont été peints à la bombe. 6 Les deux contrô­leurs (20 A pour le mo­teur de pré­lan­ce­ment et 80 A pour le mo­teur prin­ci­pal) sont ins­tal­lés entre le fu­se­lage et le châs­sis en ctp. L’ac­cu LiPo 3S 3 200 mAh vient de l’autre cô­té. 7 Bien adap­té pour ce pe­tit au­to­gyre, le mo­teur prin­ci­pal (Jo­ker 3548) est ins­tal­lé en pro­pul­sif. 8 Le ro­tor est in­té­gra­le­ment en car­bone et en alu. En haut, on voit le sup­port qui donne le di­èdre aux pales (afin d’avoir une bonne sta­bi­li­té). Le mo­teur de pré­lan­ce­ment ne de­vra ja­mais être uti­li­sé en vol.8

Ce n’est bien sûr pas une ma­quette, mais ce pe­tit mo­dèle re­prend la géo­mé­trie d’au­to­gyres exis­tants en réel.

5

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.