Convain­cant !

Modèle Magazine - - ESSAI -

Le rou­lage sur piste en herbe doit se faire sur une piste bien ton­due, pe­tites roues obligent. On pousse le manche de pro­fon­deur pour mettre le ro­tor à plat, on lance ma­nuel­le­ment le ro­tor et on met en route le mo­teur de pré­lan­ce­ment. Quand on en­tend que le ro­tor n’ac­cé­lère plus, il faut cou­per le mo­teur de pré­lan­ce­ment (c’est im­pé­ra­tif) et, avec le mo­dèle par­fai­te­ment face au vent, on ac­cé­lère le mo­teur prin­ci­pal et on re­lâche la pro­fon­deur. Le dé­col­lage in­ter­vient ra­pi­de­ment : de 5 mètres s’il y a un vent de 10 km/h à une dou­zaine de mètres sans vent. Dès que le Smart Gy­ro est en vol, et après ré­glage des trims, on sent que la ma­chine est stable sur ses tra­jec­toires et ré­pond par­fai­te­ment aux com­mandes.

La puis­sance du mo­teur est bien adap­tée et le vol à plat re­quiert mi-gaz. Je n’ai pas fait de me­sures pré­cises mais, en met­tant le mo­teur à fond, la vi­tesse de pointe est as­sez éle­vée pour la ca­té­go­rie (sans doute en­vi­ron 80 km/h). On a donc de bons écarts de vi­tesse car, en ré­dui­sant les gaz et en ca­brant un peu, la vi­tesse est as­sez faible. Si on coupe les gaz, le mo­dèle des­cend en au­to­ro­ta­tion et reste par­fai­te­ment contrô­lable, avec un taux de des­cente as­sez faible et en avan­çant un peu. Il se­rait sans doute dif­fi­cile de se po­ser en l’état. La ma­nia­bi­li­té est bonne et les vi­rages ser­rés se font sur un pe­tit rayon. Mais ce n’est tou­te­fois pas un park­flyer, et il faut glo­ba­le­ment un peu de place pour évo­luer confor­ta­ble­ment. La dé­rive est as­sez vive. En tan­gage, la ré­ponse est as­sez douce et pré­cise. En rou­lis, ce n’est pas hy­per vif et on dis­pose de plus dé­bat­te­ment à gauche qu’à droite (le neutre étant dé­ca­lé à droite). Ça se res­sent en vol, avec une plus grosse ma­nia­bi­li­té à gauche.

Un au­to­gyre sup­porte fa­ci­le­ment le vent. Le Smart Gy­ro se fait un peu cha­hu­ter si ça souffle fort mais il conserve ses tra­jec­toires et pé­nètre bien le vent. Quand il y a une brise de 15 km/h, il est fa­cile de faire du vol sta­tion­naire en res­tant face au vent, en ca­brant à la pro­fon­deur et en jouant avec les gaz.

À no­ter que le mo­dèle est pe­tit au sol mais pos­sède une belle pré­sence en vol, et il pa­raît plus gros qu’au sol…

Avec le ro­tor bi­pale, il faut se mé­fier un peu et ne pas sor­tir du do­maine de vol. Par exemple, si on fait des vi­rages très ser­rés, en ca­brant exa­gé­ré­ment et en ne gar­dant pas as­sez de de gaz, le ro­tor peut perdre ses tours et mettre du temps à les re­prendre. Si ça vous ar­rive, une seule chose à faire : mettre plein gaz et ca­brer un peu en main­te­nant le mo­dèle à plat. En re­pre­nant de la vi­tesse, le ro­tor de­vrait ré­ac­cé­lé­rer.

Le loo­ping est pos­sible mais la puis­sance de la mo­to­ri­sa­tion est juste suf­fi­sante. Il faut prendre de la vi­tesse avec un pi­qué plein gaz, ca­brer fran­che­ment mais pas bru­ta­le­ment et ça tourne sur un dia­mètre de 25 mètres en­vi­ron. At­ten­tion à ne pas lan­cer la fi­gure si vous n’avez pas as­sez de vi­tesse, car le ro­tor per­dra ses tours et le mo­dèle chu­te­ra sen­si­ble­ment… Je n’ai pas ten­té le ton­neau, le mo­dèle ne m’ayant pas sem­blé suf­fi­sam­ment vif en rou­lis. Mais avec un ac­cu LiPo 4S qui per­met­tra de prendre plus de vi­tesse, ça peut peut-être pas­ser. Inu­tile de pré­ci­ser que le vol dos n’est pas pos­sible…

Même avec un ac­cu de bonne ca­pa­ci­té comme ce­lui uti­li­sé ici, l’au­to­no­mie n’est que de 5 mi­nutes. Pas la peine de ve­nir de loin, le Smart Gy­ro se freine très vite. La vi­tesse de tou­cher de roue se fait à une vi­tesse faible et s’il y a 10 km/h de vent, on se pose qua­si­ment à l’ar­rêt. Le train amor­tit bien et, dès que le mo­dèle est au sol, on pousse le manche de pro­fon­deur à fond pour mettre le ro­tor à plat et ain­si sup­pri­mer la por­tance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.