Très abor­dable

Modèle Magazine - - ESSAI -

L’as­sem­blage des ailes au fu­se­lage se fait par le biais d’une clé d’aile en alu­mi­nium et de deux vis à l’in­té­rieur du fu­se­lage. Ce­pen­dant, sur le mo­dèle tes­té, une des deux ailes de­man­dait un peu plus de force pour être ren­trée. Si l’aile rentre mal, il s’agit sans doute d’un dé­faut, il faut aug­men­ter le dia­mètre du trou qui re­çoit le té­ton de po­si­tion­ne­ment pour ré­gler le pro­blème. L’ac­cu LiPo 5S est lo­gé dans le pre­mier tiers avant de l’ap­pa­reil et main­te­nu par deux sangles vel­cro. À no­ter que la grande bulle amo­vible offre un ac­cès ex­cellent à l’in­té­rieur et qu’il est pos­sible d’ins­tal­ler le pack de pro­pul­sion sans avoir à dé­mon­ter les ailes ni re­tour­ner le mo­dèle.

L’avion roule bien au sol, en bra­quant la gou­verne de pro­fon­deur à ca­brer. Avec un pe­tit fi­let de gaz, l’Eagle roule et se di­rige par­fai­te­ment bien. Il s’aligne sur l’axe, manche des gaz vers le haut, et l’avion s’élance. Sans au­cun contre à la dé­rive au préa­lable, l’avion s’em­barque lé­gè­re­ment vers la droite. Un peu de dé­rive à gauche, l’avion re­trouve son axe et s’en­vole. Tout de suite en vol, quelques ré­glages aux trims s’im­posent. Une fois l’en­semble des ré­glages ef­fec­tués, l’avion de­vient stable et se pi­lote « tout seul ».

La mo­to­ri­sa­tion est lar­ge­ment suf­fi­sante pour per­mettre d’ef­fec­tuer l’en­semble des fi­gures de voltige de base, à part le vol dos : l’Eagle y est un peu in­stable et a tendance à vou­loir re­ve­nir sur le ventre. Le taux de rou­lis reste as­sez lent, ce qui confère à l’ap­pa­reil un style de vol des plus réa­listes. Si on le ra­len­tit, l’avion dé­croche gen­ti­ment. Il part fran­che­ment sur l’aile droite pour re­prendre très vite sa vi­tesse. Si la pro­fon­deur est tou­jours main­te­nue à ca­brer, il dé­croche à nou­veau sans tou­te­fois par­tir en vrille. À ce su­jet, la vrille passe bien et, après avoir fait quelques tours, l’ap­pa­reil sort de la fi­gure dès qu’on lâche les com­mandes, après un quart de tour. Il re­prend un vol en pa­lier moyen­nant une marge d’en­vi­ron 30 m d’al­ti­tude. L’Eagle est très plai­sant à faire vo­ler et on s’amuse bien à faire des pas­sages bas, glis­sades et oreilles avec un cou­cher de so­leil au-des­sus des blés. Le cen­trage avant ne se fait pas trop res­sen­tir, l’avion n’est pas « lourd » aux com­mandes et ne s’en­fonce pas trop en vi­rage.

Après avoir vo­lé pen­dant 7 à 8 mi­nutes, il est temps de se po­ser. Pour l’at­ter­ris­sage, veillez à sor­tir les vo­lets si­non vous pou­vez être sûr que l’Eagle al­lon­ge­ra beau­coup. Leur sor­tie n’au­ra au­cun ef­fet sur l’ap­proche de l’avion sur la piste. Avec un lé­ger ar­ron­di, l’Eagle se po­se­ra tran­quille­ment. Si l’ar­ron­di est suf­fi­sam­ment bien fait, alors au­cun sou­ci de re­bond. Après 8 mi­nutes de vol, il reste en­core de 30 à 40 % d’éner­gie dans le pack de pro­pul­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.