L’EN­TOU­RAGE DE KAWHI LEO­NARD FAIT CAU­SER…

Mondial Basket - - Big Deal -

Les choses ont dé­ra­pé en août 2017. Les Spurs avaient ac­cep­té de dé­lé­guer le contrôle de la ré­édu­ca­tion du qua­dri­ceps de Kawhi Leo­nard à son en­tou­rage. Suite à cet ac­cord, l’ai­lier était par­ti en Chine pour ani­mer un camp NBA. Et là, plus de nou­velles… Se­lon Mi­chael C. Wright, jour­na­liste qui couvre l’équipe texane, « les Spurs n’ont ja­mais pu le joindre au té­lé­phone. C’est à par­tir de là que les re­la­tions entre Leo­nard et la di­rec­tion ont chan­gé. » Sa bles­sure est alors ré­vé­lée au pu­blic. Il manque la pré­sai­son puis ré­ap­pa­rait briè­ve­ment lors de quelques matches avant de ss’exi­le­rexi­ler à New York pour pour­suivre sa ré­édu­ca­tion. Les re­pre­pré­sen­tants des Spurs au­raient dé­bou­lé à « Big Apple » pour vé­ri­fier l’ ’état de san­té du joueur. Et tou­jours se­lon Mi­chael C. Wright, « à peine p sont-ils ar­ri­vés dans le bâ­ti­ment que les proches de Kaw whi l’ont em­me­né avec eux et « sé­ques­tré » dans une autre piè èce. Les Spurs n’ont même pas pu le voir. » Ils ont exa­mi­né Leo­nard plus tard dans la sai­son et l’ont au­to­ri­sé à re­jouer mais m son en­tou­rage en au­rait dé­ci­dé au­tre­ment, af­fir­mant qu u’il souf­frait en­core et qu’il avait be­soin de se re­mettre en ntiè­re­ment de sa bles­sure. Dé­pi­té et ne sa­chant quoi q dire aux jour­na­listes, « Pop » avait dé­cla­ré : « Si vous vou­lez des ré­ponses, in­ter­ro­gez so on en­tou­rage. » On a alors com­pris que le coa ch des Spurs n’avait pas di­rec­te­ment ac­cès à son joueur. De­puis 2016, c’est son oncle, Denn nis Ro­bert­son, et son nou­vel agent, Mitch Fra an­kel, qui gèrent sa com­mu­ni­ca­tion et ses re­la­tions r avec la fran­chise. Et elles ont tout de e suite été moins saines… Plu­sieurs ob­ser­vat teurs dé­crivent Ro­bert­son comme un per­sonn nage « dif­fi­cile ». Un am­bi­tieux memb re de la fa­mille qui tente d’ex­ploi­ter r le suc­cès de son ne­veu via sa propre e en­tre­prise de mar­ke­ting. A l’in­ters sai­son, les Spurs vou­laient gar­der KKaw­hi mais sa fa­mille a dé­ci­dé d’a al­ler au clash pour ob­te­nir son transf fert. Cette si­tua­tion a créé un autre sé éisme : le camp du joueur a re­fu­sé la pro­lon­ga­tion de contrat pro­po­sée par Jor­dan Brand (22 mil­lions de dol­lars sur r 4 ans, alors que Kawhi tou­chait jusque-là 500 000 dol­lars par an), l’es­ti­mant in­suf­fis sante. Se­lon ESPN, la firme pré­voi­rait de lais­ser r le joueur libre à l’ex­pi­ra­tion de son contrat, à l’au­tomne pro­chain. La ré­pu­ta­tion de l’ex-Spu r est clai­re­ment en­ta­chée. Comme « Pop » l’a d it, « il est temps de pas­ser à autre chose ». La fran­chise f est sou­la­gée : les ma­ni­gances ap­part tiennent au pas­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.