Mike CON­LEY

3 QUES­TIONS A…

Mondial Basket - - Memphis Grizzlies -

MON­DIAL

BAS­KET : Mem­phis est-il ca­pable de re­trou­ver son sta­tut de poil à grat­ter dans la Wes­tern Con­fe­rence ? Mike CON­LEY : C’est dif­fé­rent, pour moi. De­puis huit ans, j’ai dé­bu­té chaque sai­son en pen­sant qu’on avait une chance de ga­gner au plus haut ni­veau. Cette an­née, il s’agit tou­jours d’es­sayer de faire les playoffs, de com­pli­quer la vie de tout le monde. Mais c’est un cham­pion­nat bi­zarre avec toutes ces for­ma­tions qui se sont sa­cré­ment ren­for­cées pen­dant l’in­ter­sai­son… MB : On te sent un peu frus­tré… Vous avez per­du le « Grit and grind » ?

M.C. : C’est un peu com­pli­qué… Ce qui a ren­du ce « Grit and grind » si par­ti­cu­lier, c’est que les gars qu’on avait à cette époque - les Zach Ran­dolph, les To­ny Al­len - in­car­naient to­ta­le­ment ça. Ce sont eux qui ont fait naître cette ré­pu­ta­tion. On peut jouer plus dur mais je ne sais pas si on peut re­trou­ver ce style. Je ne sais pas si on veut vrai­ment être le même genre d’équipe. Après, on doit don­ner le maxi­mum pour ti­rer le meilleur de nos ca­pa­ci­tés. MB : Où en es-tu phy­si­que­ment, toi qui sors d’une sai­son qua­si­ment blanche ?

M.C. : J’ai joué 12 matches l’an pas­sé. Je me suis fait opé­rer du ta­lon gauche. Pour la pre­mière fois de­puis deux ans, je ne res­sens plus de dou­leur. Cet été, j’ai été in­vi­té au camp du Team USA. Ça m’a fait du bien. J’ai bien bos­sé. Je vais at­ta­quer la sai­son en pleine pos­ses­sion de mes moyens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.