Le surf ne connaît pas la crise

Moteur Boat Magazine - - SILLAGE REVUE DE PRESSE -

À l’image du ski, les écoles de surf connaissent un suc­cès qui va cres­cen­do et s’im­posent comme une éco­no­mie à part en­tière sur la côte basque. Au­jourd’hui, la tren­taine d’écoles qui s’étale d’An­glet à Hen­daye gé­nère un chiffre d’af­faires qui os­cille entre 5 et 6 mil­lions d’eu­ros par an, une vé­ri­table au­baine pour cette ac­ti­vi­té sai­son­nière. À Biar­ritz, dix écoles ont pi­gnon sur plage. « Comme la tha­las­so­thé­ra­pie ou le golf, le surf est de­ve­nu un pro­duit d’ap­pel pour les tou­ristes, com­mente Laurent Or­tiz, di­rec­teur de Bascs (Biar­ritz as­so­cia­tion surf clubs). Il connaît une évo­lu­tion ex­cep­tion­nelle. De­puis 2007, notre chiffre d’af­faires a dou­blé. » Cette pro­gres­sion s’ex­plique par deux phé­no­mènes, un ef­fet de mode et le tra­vail ef­fec­tué par les écoles pour mus­cler l’ar­rière- sai­son. Il faut comp­ter en moyenne 150 € pour cinq séances d’une heure et de­mie, ou 35 € la séance. « On se rend compte que de plus en plus de pa­rents font l’ef­fort de consa­crer de l’ar­gent à la for­ma­tion au surf de leurs en­fants, ajoute le di­rec­teur de Bascs. Alors que le contexte éco­no­mique est dif­fi­fi­cile, on se re­trouve à gé­rer le trop-plein. » Cette ac­ti­vi­té gé­nère aus­si des em­plois de mo­ni­teurs sur des pé­riodes de plus en plus longues dans l’an­née. Le surf n’a pas fi­fi­ni de faire école sur la côte basque.

De­puis 2007, le surf est une des ac­ti­vi­tés nau­tiques les plus en vogue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.