BAY­LI­NER Ele­ment CC6

Is­su de la ca­rène de l’Ele­ment XL, ce CC6 per­met à la marque amé­ri­caine de re­nouer avec le genre open. Une re­nais­sance réus­sie à tous les points de vue.

Moteur Boat Magazine - - ESSAI LES COQUES OPEN - T E X T E : F R A N Ç O I S PA R I S . P H O T O S : B O R I S R E J O U .

Ori­gi­naire des États-Unis, l’Ele­ment CC6 a su­bi quelques trans­for­ma­tions en fran­chis­sant l’At­lan­tique. Dans son pays d’ori­gine, c’est un fi­shing pur jus, pro­po­sé avec un équi­pe­ment de pêche de sé­rie. Le F18 (c’est son nom là-bas, pour fi­shing de 18 pieds) en pos­sède tous les at­tri­buts, à com­men­cer par un mo­teur élec­trique à l’avant, as­so­cié à un siège de pêche, un vi­vier, des porte-cannes et de nom­breux ran­ge­ments pour ces der­nières.

Une place par­mi les opens eu­ro­péens

Ces équi­pe­ments de­viennent op­tion­nels en Eu­rope. Ici, l’Ele­ment CC6 vise à se faire une place au mi­lieu du sec­teur concur­ren­tiel des opens, en se pla­çant à un prix très com­pé­ti­tif. Le plan de pont est sans conteste ce­lui d’un open, avec une console cen­trale qui peut en­glou­tir les cous­sins du bain de so­leil, y com­pris les ral­longes. Sous la flot­tai­son, les plus ob­ser­va­teurs au­ront re­con­nu la coque de l’Ele­ment XL. Il s’agit d’une ca­rène en qua­si-aile de mouette (ou W). En ima­gi­nant ce CC6 pla­cé sur une sur­face plane, il re­po­se­ra sur ses deux épais redans et non sur la quille cen­trale comme le fe­rait un ba­teau au V pro­non­cé. En mer, une telle confi­gu­ra­tion n’est pas sans consé­quence, sur­tout en vi­rage où le ba­teau vire à plat, presque sans gîte, af­fi­chant même une belle ac­croche qui, au dé­but, peut sur­prendre le pi­lote. Mais l’ha­bi­tude se prend vite, après les pre­miers tours d’hé­lice. Une autre ca­rac­té­ris­tique de ce mo­dèle est qu’il né­ces­site d’être tri­mé au neutre, voire lé­gè­re­ment en po­si­tif – même par mer de face – pour évi­ter au nez, re­la­ti­ve­ment bas, de plon­ger dans chaque vague et de mouiller l’équi­page. L’Ele­ment CC6 dis­pose d’un vo­lant ré­glable et d’une di­rec­tion hy­drau­lique de sé­rie. Les coffres sont pré­sents en nombre suf­fi­sant ; il ne leur manque que des vé­rins ou un sys­tème à res­sort pour main­te­nir les ca­pots ou­verts. Deux bains de so­leil sont dé­nom­brés, le plus grand étant si­tué à l’avant. À l’ar­rière, les dos­siers des as­sises se ra­battent et forment une sur­face sur­éle­vée, idéale pour les lan­cers. Ce sys­tème rap­pelle d’ailleurs ce­lui pré­sent à bord de cer­tains mo­dèles de la gamme Daunt­less de Bos­ton Whaler.

Une fois les ral­longes ajou­tées, la sur­face du bain de so­leil est tout à fait ho­no­rable pour une uni­té de 6 m.

Les dos­siers des deux ban­quet­te­suettes ar­rière sont ra­bat­tables.

Les vo­lumes de ran­ge­ment sont bien di­men­sion­nés. Mais il manque un vé­rin pour la plu­part des ca­pots de coffre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.