La stra­ti­fi­ca­tion (au contact et par in­fu­sion)

Moteur Boat Magazine - - REPORTAGE -

Oc­que­teau uti­lise plu­sieurs tech­niques de stra­ti­fi­ca­tion. Cer­taines pièces sont réa­li­sées par pro­jec­tion, c’est-à-dire qu’un pis­to­let pro­jette si­mul­ta­né­ment des par­ti­cules de fibres et de la ré­sine. D’autres sont ef­fec­tuées par contact, en ap­pli­quant au pin­ceau la ré­sine sur les tis­sus de verre, puis en en­le­vant toutes les bulles d’air à l’aide d’un pe­tit rou­leau ri­gide ap­pe­lé un dé­bu­leur, une étape très im­por­tante. En­fin, les coques sont faites en in­fu­sion, un pro­cé­dé qui offre beau­coup d’avan­tages, car la quan­ti­té exacte de ré­sine né­ces­saire est uti­li­sée et elle est ré­par­tie uni­for­mé­ment. Cette technique amé­liore éga­le­ment la ré­sis­tance du com­po­site et per­met de ga­gner du poids. La pre­mière étape de l’in­fu­sion est le dra­page. Il consiste à em­pi­ler les dif­fé­rentes couches de fibre de verre avec les noyaux (mousse, bal­sa ou en­core liège). Une bâche mu­nie de joints étanches est po­sée sur la pièce ou la coque. Elle va ser­vir à faire le vide. Une fois ce der­nier ob­te­nu, la ré­sine est as­pi­rée na­tu­rel­le­ment sous la bâche et se ré­pand toute seule sur la fibre. Cette opé­ra­tion de­mande en­vi­ron quatre heures pour une coque de 6 à 7 mètres de long. En­fin, il faut lais­ser sé­cher la ré­sine entre quatre heures et une nuit se­lon la taille des pièces et re­ti­rer la bâche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.