Nord­kapp En­du­ro 705 et Avant 705 ..................................

De nou­veau im­por­tée, la marque nor­vé­gienne haut de gamme re­vient en France avec des uni­tés in­no­vantes et bien conçues. Par­mi les mo­dèles pré­sents au ca­ta­logue, le 705 est dé­cli­né sur la base d’une même ca­rène avec deux plans de pont dif­fé­rents.

Moteur Boat Magazine - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TOS: FRAN­ÇOIS PA­RIS.

Comme tous l es Scan­di­naves, les Nor­vé­giens sont un peuple de ma­rins. Par rap­port au nombre d’ha­bi­tants, ils sont, avec les Amé­ri­cains, les plus nom­breux à pos­sé­der des ba­teaux. Et ce­la se res­sent j us­qu’à l a concep­tion de l eurs uni­tés, une constante qui se vé­ri­fie de nou­veau avec l a marque Nord­kapp. Nous avons eu la pos­si­bi­li­té d’es­sayer cer­tains mo­dèles en Nor­vège, au sein de la base d’es­sais du chan­tier si­tuée à quelques en­ca­blures au sud d’Os­lo, à proxi­mi­té de la fron­tière suédoise. Par­mi les uni­tés des quatre gammes (No­blesse, Ran­ger En­du­ro et Avant), le Nord­kapp 705 est un des best-sel­lers de l a marque. La ca­rène est dé­cli­née en deux versions : En­du­ro ou Avant. Les dif­fé­rences sont si­tuées au ni­veau du plan de pont.

Un mé­lange entre open et bow-ri­der

Si l’En­du­ro adopte toutes les ca­rac­té­ris­tiques de l’open, l’Avant se joue des codes, hé­si­tant entre l’open et le bow-ri­der. Ce mé­lange au­da­cieux lui sied à mer­veille et donne à cette uni­té un style in­imi­table. Ces En­du­ro et Avant sont éga­le­ment dé­cli­nés en ver­sion « alu­mi­nium » ; mais, en fait, seule la coque l’est, le pont de­meu­rant en po­ly­es­ter. Ce type de mé­lange est in­té­res­sant à plus d’un titre. D’abord, le po­ly­es­ter per­met d’ap­por­ter un peu de « cha­leur », là où un ba­teau in­té­gra­le­ment en alu­mi­nium au­ra une conno­ta­tion plus pro­fes­sion­nelle, moins confor­table. En­suite, il per­met d’at­té­nuer le phé­no­mène de ré­so­nance as­sez désa­gréable lorsque la ca­rène re­tombe dans les vagues, l’alu­mi­nium étant as­sez bruyant. En­fin, il existe une autre rai­son pour la­quelle ce chan­tier pro­pose des ca­rènes en alu­mi­nium : en hi­ver, les eaux nor­vé­giennes sont par­fois prises en glace, d’où l’in­té­rêt d’un tel ma­té­riau, da­van­tage « tout ter­rain » que le po­ly­es­ter. Pour un plai­san­cier fran­çais très ra­re­ment confron­té à des na­vi­ga­tions de ce type, le choix de l’alu­mi­nium se­ra avant tout es­thé­tique ou phi­lo­so­phique, cer­tains ne ju­rant que par lui, d’autres n’y voyant au­cun atout. Dans la pra­tique, les deux types de ca­rène ont leurs avan­tages et leurs in­con­vé­nients. De plus, le poids de ces deux Nor­kapp étant iden­tique, ce cri­tère n’est pas dé­ter­mi­nant. Quelle que soit la ver­sion, la ca­rène est af­fû­tée, avec une étrave au pro­fil d’abord droit, puis as­sez ar­ron- die, qui « dé­coupe » la mer, avec en prime un V pro­non­cé. La par­tie avant est plu­tôt fine, à l’en­contre des modes ac­tuelles. Mais le design et la ligne gé­né­rale sont loin de sem­bler vieillots. Au contraire, l’en­semble res­pire la mo­der­ni­té, avec un style dif­fé­rent – comme peuvent l’être les uni­tés italiennes, par exemple –, mais as­su­mé. La qua­li­té et la so­li­di­té sont éga­le­ment pré­sentes, avec un ac­cas­tillage et une sel­le­rie d’ex­cel­lente fac­ture. Un autre point com­mun aux deux uni­tés est leur fonc­tion­na­li­té, ain­si que le nombre d’as­tuces des­ti­nées à fa­ci­li­ter la vie du plai­san­cier. Par exemple, le taud de la ban­quette ar­rière se dis­si­mule dans un coffre at­te­nant et se dé­ploie en un tour­ne­main, car il est dé­jà fixé sur la lon­gueur de la ban­quette. Le sys­tème est d’ailleurs re­pris à l’avant de la console, où il s’ac­croche ra­pi­de­ment à l’aide de pres­sions et de ten­deurs. Des lo­ge­ments sont éga- le­ment pré­vus pour les dé­fenses, qui laissent de la place dans les coffres. Ces der­niers sont nom­breux et les deux consoles sont re­la­ti­ve­ment vo­lu­mi­neuses pour des ba­teaux de jour. Le seul point ca­pable de les dé­par­ta­ger est leur plan de pont.

Un sa­lon avant en U pour les deux uni­tés

Même si l’En­du­ro 705 est un open, il dif­fère lui aus­si des stan­dards du genre. Sa console est lé­gè­re­ment dé­por­tée à tri­bord, lais­sant un pas­sage à bâ­bord plus large et plus sé­cu­ri­sant. Idem pour le car­ré avant, qui pré­sente l’ori­gi­na­li­té d’être en U, presque fer­mé. Quant à l’Avant 705, il est plus dif­fi­cile à clas­ser… Bien qu’il s’ap­pa­rente à un bow-ri­der, il se joue lui aus­si des codes propres à sa ca­té­go­rie, en of­frant par exemple un pas­sage non plus cen­tral, mais dé­por­té à bâ­bord. La par­tie avant est éga­le­ment dif­fé­rente, avec un car­ré en C et non sy­mé­trique. En­fin, dans le car­ré à bâ­bord, l’as­sise est to­ta­le­ment mo­du­lable et peut même se trans­for­mer en mé­ri­dienne. Es­sayés par des condi­tions de mer clé­mentes, ces deux Nord­kapp n’ont pu mon­trer tout le po­ten­tiel de leur ca­rène, mais il y a fort à pa­rier que, par mer for­mée, ils fe­ront preuve d’un ex­cellent pas­sage dans les vagues, en par­ti­cu­lier la houle courte ou ha­chée. Cô­té per­for­mances, ils dé­passent tous les deux 50 noeuds avec 250 che­vaux Evin­rude. Leur spectre de puis­sance court de 150 che­vaux à 250 che­vaux. Preuve de la ro­bus­tesse et de la qua­li­té de la construc­tion, la sen­sa­tion de vi­tesse est amoin­drie, si bien que les ba­teaux filent à près de 50 noeuds en don­nant l’im­pres­sion de na­vi­guer seule­ment à 30 noeuds… Rares sont les uni­tés ca­pables d’une telle prouesse ! ■

Deux plans de pont, deux phi­lo­so­phies... L’Avant (à droite) se joue des codes et mé­lange les styles d’un bow-ri­der et d’un open.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.