Moteur Boat Magazine

Dé­cons­truc­tion : ça avance !

- Sté­pha­nie de Lous­tal Business · France

Si je vous dis BPHU, ça vous dit quelque chose ? Il n’y a rien d’Hos­pi­ta­lier ou d’Uni­ver­si­taire là-de­dans, un BPHU est tout sim­ple­ment un ba­teau de plai­sance hors d’usage. Une épave en quelque sorte ! Sur le mil­lion de ba­teaux que re­pré­sente la flotte fran­çaise (voile et mo­teur confon­dus), 50 000 uni­tés sont consi­dé­rées comme étant des BPHU. Le pro­blème des ba­teaux en fin de vie ne date pas d’hier et ce­la fait près de quinze ans que la ques­tion de leur « dé­cons­truc­tion » est sur la table. De­puis 2009, l’As­so­cia­tion pour la plai­sance éco­res­pon­sable (Aper), fon­dée par la Fé­dé­ra­tion des in­dus­tries nau­tiques, tra­vaille sur le su­jet et a créé la pre­mière fi­lière de dé­cons­truc­tion de ba­teaux de plai­sance au monde. L’an­née 2019 de­vrait mar­quer un tour­nant dans ce do­maine puisque, de­puis le 1er jan­vier, les fa­bri­cants et les im­por­ta­teurs de ba­teaux de plai­sance en France doivent of­fi­ciel­le­ment par­ti­ci­per au fi­nan­ce­ment de la dé­cons­truc­tion. Outre le fait que cette éco­taxe est une pre­mière, une no­tion im­por­tante vient d’ap­pa­raître en ma­tière de res­pon­sa­bi­li­té : celle de « met­teur sur le mar­ché ». Ain­si, cette taxe ne s’adresse pas seule­ment aux fa­bri­cants, mais à tous ceux qui mettent un ba­teau de plai­sance sur le mar­ché, et no­tam­ment les im­por­ta­teurs. L’idée est de pro­té­ger le client fi­nal afin d’évi­ter que le pro­fes­sion­nel ne se dé­fausse sur le construc­teur étran­ger. Par ailleurs, pour ré­gler le pro­blème des ba­teaux en fin de vie fa­bri­qués par des chan­tiers qui au­raient au­jourd’hui dis­pa­ru, l’État a dé­ci­dé de ver­ser à l’éco-or­ga­nisme char­gé de la dé­cons­truc­tion une do­ta­tion qui re­pré­sen­te­rait, d’ici 2022, 5 % de la part qu’il touche sur le droit an­nuel de fran­ci­sa­tion et de na­vi­ga­tion (DAFN). Reste une in­con­nue : com­ment les pro­fes­sion­nels vont-ils ab­sor­ber cette nou­velle taxe ? Vont-ils ac­cep­ter de di­mi­nuer leur marge ou aug­men­ter leurs prix ? Compte te­nu de la baisse im­pres­sion­nante du mar­ché du ba­teau neuf en dix ans, les pro­fes­sion­nels se ti­re­raient une balle dans le pied s’ils op­taient pour l’aug­men­ta­tion des prix ! L’ave­nir proche nous le di­ra… Mais avant de de­ve­nir un ba­teau en fin de vie, toute uni­té est po­ten­tiel­le­ment une oc­ca­sion... À ce su­jet, vous re­trou­ve­rez dé­sor­mais dans chaque Mo­teur Boat, en fin de nu­mé­ro, la cote de l’Ar­gus du Ba­teau. Ce mois­ci, ce sont les co­ta­tions des ba­teaux de moins de 10 ans.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France