Moteur Boat Magazine

Trois ques­tions à Pas­cal Mar­ty, ex­pert ma­ri­time

- Business · Consumer Goods

Quels sont les avan­tages à ache­ter une oc­ca­sion très ré­cente ?

Les avan­tages sont tout d’abord d’ordre fi­nan­cier, car la dé­cote étant as­sez im­por­tante les pre­mières an­nées les prix de vente sont sou­vent net­te­ment plus bas que le prix du neuf (ca­ta­logue) et la dé­cote pour les an­nées sui­vantes se­ra moindre. L’ac­cès est im­mé­diat, sans at­tendre for­cé­ment une li­vrai­son ul­té­rieure fré­quente pour une com­mande du neuf. Le vieillis­se­ment est éga­le­ment moindre, vu l’âge, qu’une uni­té ayant na­vi­gué trois ou cinq ans ; at­ten­tion aux uni­tés mises à la lo­ca­tion la ou les pre­mières an­nées et re­ven­dues ra­pi­de­ment. Il est éga­le­ment pos­sible de gar­der la ga­ran­tie du construc­teur, mais il fau­dra se faire confir­mer ce point par le ven­deur. Il est conseillé de bien vé­ri­fier que le ba­teau n’était pas en uti­li­sa­tion, na­vire de dé­mons­tra­tion ou pa­villon étran­ger par exemple, avant son im­ma­tri­cu­la­tion. Il existe aus­si la pos­si­bi­li­té de re­prendre un lea­sing en cours. Néan­moins, il faut tem­pé­rer la si­tua­tion par rap­port à l’achat d’une uni­té neuve qui peut bé­né­fi­cier de grands ra­bais, de condi­tions par­ti­cu­lières, prix sa­lon, mo­dèles neufs mais dé­clas­sés, in­té­gra­li­té de la ga­ran­tie du construc­teur, éven­tuel­le­ment choix de la ver­sion et des op­tions pro­po­sées.

Pour­quoi la dé­cote d’un ba­teau est-elle plus im­por­tante les pre­mières an­nées ?

La dé­cote pour les pre­mières an­nées pro­vient d’une dé­pré­cia­tion sur­tout fi­nan­cière plu­tôt que d’un vieillis­se­ment tech­nique. Les ré­cu­pé­ra­tions pos­sibles de TVA, les ra­bais fré­quem­ment pro­po­sés et le fait que ce n’est plus du neuf, font que la dé­cote est im­por­tante les deux ou trois pre­mières an­nées, sur­tout la pre­mière. Il existe des ba­teaux d’oc­ca­sion « à l’état neuf », mais ce n’est pas du neuf ! Par ailleurs, la dé­cote est éga­le­ment va­riable se­lon les marques et les mo­dèles (mode, image de marque, fia­bi­li­té, lon­gé­vi­té...). Chaque uni­té au sein d’une même marque se­ra dé­co­tée dif­fé­rem­ment.

L’ex­per­tise es­telle re­com­man­dée, en sa­chant que ce se­mi-ri­gide d’oc­ca­sion est de 2018 et tou­jours sous le coup de la ga­ran­tie du construc­teur ?

D’une ma­nière gé­né­rale, l’ex­per­tise est ef­fec­ti­ve­ment re­com­man­dée car elle per­met, pour un plai­san­cier par­fois pro­fane, de va­li­der le pro­duit qui est ven­du. Par exemple, s’agit-il d’une vraie an­née mo­dèle ou d’un mo­dèle dé­clas­sé ? Pour les na­vires mo­to­ri­sés en hors-bord, il faut bien faire le dis­tin­guo entre la coque et le (ou les) mo­teur(s). Les an­nées de mises sur le mar­ché sont par­fois dif­fé­rentes. Par exemple, une coque peut être âgée de deux ou trois ans, avec un mo­teur de l’an­née. Même avec un temps d’uti­li­sa­tion li­mi­té, l’état de conser­va­tion du na­vire peut être très dif­fé­rent se­lon les uni­tés. L’uti­li­sa­tion, l’en­tre­tien, l’hi­ver­nage, le sto­ckage se­ront à dé­ter­mi­ner avec pré­ci­sion par l’ex­pert.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France