AC­TUS

Moto Journal - - SOMMAIRE -

Les nou­velles de la pla­nète mo­to

Mo­togp !], mais les courses étant courtes, Mi­che­lin va pou­voir adap­ter la car­casse pour que ça tienne. Ce qu’on doit faire en prio­ri­té, c’est dé­ve­lop­per la mo­to de course pour fixer le for­mat des épreuves. Sur le pa­pier, ça semble simple : j’ai 20 kw, je peux faire 8 tours. Mais ce n’est pas aus­si simple. Ça dé­pend de plein de fac­teurs : le type de bat­te­ries, la tem­pé­ra­ture, le type de cir­cuit… Donc, on doit tes­ter. On doit aus­si or­ga­ni­ser le tra­vail avec les teams, les cir­cuits. Pour le tran­sport des bat­te­ries, comme les courses se dé­roulent en Eu­rope, pour l’ins­tant c’est fa­cile. Quand on ira hors d’eu­rope, il fau­dra faire at­ten­tion, mais d’autres cham­pion­nats comme la For­mu­la E le font dé­jà. Lorsque Mi­che­lin a ap­pris que ce cham­pion­nat au­to élec­trique ar­ri­vait, il a très ra­pi­de­ment été dé­ci­dé d’en être. Même chose pour la mo­to, car il n’y avait pas de ques­tion à se po­ser : c’est l’ave­nir, tout sim­ple­ment. »

LE FU­TUR EN AC­TION In­gé­nieur spé­cia­li­sé dans les contraintes pneu­ma­tiques avec 27 ans pas­sés chez Mi­che­lin, Ni­co­las Gou­bert à un avis éclai­ré sur l’as­pect

tech­nique des choses : « Ce qui m’a le plus sur­pris sur la tech­no­lo­gie élec­trique, c’est la com­plexi­té de la concep­tion et de l’im­plan­ta­tion des bat­te­ries, ain­si que la ges­tion de la puis­sance. En re­vanche, je pense que les trans­ferts de tech­no­lo­gie de la course au consom­ma­teur se­ront très ra­pides, et que la tech­no­lo­gie va évo­luer elle aus­si très ra­pi­de­ment. Hier, dans l’avion, j’ai lu que Pa­na­so­nic et Toyo­ta s’al­liaient pour dé­ve­lop­per la pro­chaine gé­né­ra­tion de bat­te­ries. Qua­si­ment chaque se­maine, on en­tend par­ler de gros pro­jets comme ce­lui-ci. Quand on songe aux moyens mis en place, ça va pro­gres­ser vite. Si l’on re­garde la For­mu­la E, l’an pro­chain, ils vont dou­bler l’au­to­no­mie des voi­tures sans aug­men­ter le poids. Au­jourd’hui, ils font deux manches de vingt mi­nutes en chan­geant de voi­ture. En 2019, la même voi­ture rou­le­ra qua­rante mi­nutes. Pour le Mo­toe, on com­mence par du mo­no­marque pour se sim­pli­fier la tâche, tes­ter les ré­ac­tions, pour en­suite dé­ve­lop­per la for­mule. Tech­ni­que­ment, il y au­ra du per­son­nel Ener­gi­ca pour ai­der les teams, mais ils de­vront aus­si en­ga­ger leur propre équipe de mé­ca­nos pour cette ca­té­go­rie. En­fin, en ce qui concerne le bruit, on a dé­ci­dé de se conten­ter du son na­tu­rel­le­ment pro­duit par la ma­chine. A la té­lé, ça ne se­ra pas un pro­blème, mais pour les gens pré­sents sur le cir­cuit, ce se­ra bien sûr un choc. Ce­la dit, ça a aus­si ses avan­tages : bien sou­vent, les mo­tos ther­miques ne peuvent pas faire d’es­sais à cause du bruit. Alors que là, ce ne se­ra plus un pro­blème ! En­fin, pour les pi­lotes choi­sis, j’ai­me­rais un mé­lange d’an­ciens et de jeunes [lire l’en­ca­dré ci-des­sous]. En­fin, il est évident que cette nou­velle ca­té­go­rie peut at­ti­rer les spon­sors. Enel [four­nis­seur d’éner­gie ita­lien et spon­sor titre du Mo­toe] est un bon exemple. »

1 2

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.