LES GP PASSENT À L’ÉLEC­TRIQUE !

En 2019, une nou­velle ca­té­go­rie ap­pe­lée Mo­toe se­ra sur la grille de dé­part aux cô­tés des pro­tos Mo­togp, Mo­to2 et 3. Cette coupe du monde se­ra dis­pu­tée sur une Ener­gi­ca ita­lienne de 150 ch.

Moto Journal - - PLEIN PHARE - PAR NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL Tho­mas Bau­jard PHO­TO Dor­na

Rome, aux abords du stade Olym­pique, mar­di 6 au ma­tin. Les cy­près se ba­lancent dou­ce­ment au gré du vent, dans une tem­pé­ra­ture plus clé­mente qu’en France : un confor­table 10°. Sur­prise, le quar­tier est bou­clé par la po­lice, pré­sente par­tout et ar­mée jus­qu’aux dents. Ils de­viennent pa­ra­nos, chez Dor­na, ou quoi ? Le fait est que le pro­mo­teur des GP n’a rien à voir là-de­dans. C’est la vi­site du pré­sident turc Er­do­gan qui mo­tive ce dé­ploie­ment de forces. N’em­pêche que tous ces ca­ra­bi­nie­ri en pan­ta­lon rouge et noir qui sou­rient quand on les sa­lue me rap­pellent le GP du Mu­gel­lo… Une ruelle à la droite du stade, un pan­neau Mo­togp, nous y voi­ci !

RAOUT

Dans un en­tre­pôt in­dus­triel as­sez classe vi­si­ble­ment pré­vu pour les ré­cep­tions, on re­trouve pas mal de beau linge : Car­me­lo Ez­pe­le­ta, big boss des GP, flan­qué de ses ai­liers Ma­nel Ar­royo (di­rec­teur exé­cu­tif) et Igna­cio Sa­gnier (di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion), Vi­to Ip­po­li­to, pré­sident de la Fé­dé in­ter­na­tio­nale de mo­to), Her­vé Pon­cha­ral, pré­sident de l’ir­ta (as­so­cia­tion des teams de GP) et pa­tron de Tech3. On sent que cette jour­née est im­por­tante pour le pe­tit monde des GP. D’autres pa­trons d’écu­rie comme Lu­cio Cec­chi­nel­lo (LCR) sont pré­sents, le team-ma­na­ger de Pra­mac Fran­ces­co Gui­dot­ti, le re­pré­sen­tant de la com­mis­sion de sé­cu­ri­té et pi­lote de dé­ve­lop­pe­ment Lo­ris Ca­pi­ros­si… Et le nou­veau pa­tron du Mo­toe, Ni­co­las Gou­bert, qui vient de quit­ter la tête du ser­vice course de Mi­che­lin pour prendre ce jour ses nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés. Comme on est en­tou­ré de plu­sieurs col­lègues jour­na­listes étran­gers, on en­tame la dis­cus­sion en an­glais : « Ça y est, c’est par­ti, j’ai dé­jà ren­dez-vous ven­dre­di au siège de Dor­na à Bar­ce­lone et je

fe­rai au­tant d’al­lers-re­tours né­ces­saires pour que le bou­lot soit bon », ex­plique Ni­co­las. MJ in­ter­vient : « On vient de par­ler avec Lo­ris, et l’ob­jec­tif de bou­cler huit à douze tours de cir­cuit à fond avec la ma­chine n’est pas en­core at­teint. C’est la prio­ri­té ? – Ce n’est pas en­core fixé, car la mo­to de course n’existe pas. Ce qui existe, c’est une mo­to de sé­rie chaus­sée de slicks de GP [Mi­che­lin] avec les­quels Lo­ris a dé­jà ef­fec­tué des es­sais. Au­jourd’hui, le construc­teur Ener­gi­ca tra­vaille à l’éla­bo­ra­tion de sa mo­to de course, et l’une des prin­ci­pales différences se­ra l’éner­gie four­nie par la bat­te­rie. On pas­se­ra de 10 kw sur la mo­to de sé­rie à 19,7, pour le même poids, voire un peu moins, car il n’y a pas d’éclai­rage sur la ver­sion course. Le poids de la ver­sion de sé­rie est de 280 kg, et la mo­to de course de­vrait être à 260 kg. Ques­tion pneus, Mi­che­lin a fait un bref es­sai dé­but jan­vier, et ils doivent ajus­ter le pneu avant à l’es­pace im­par­ti (les bat­te­ries ne sont pas loin). L’ar­rière ne de­vrait pas être un pro­blème. Il de­vrait être de la même taille que ceux qu’on uti­lise en Mo­togp. Car ce n’est pas parce qu’il y a beau­coup de grip sur l’angle que le frot­te­ment in­duit vi­de­ra plus vite la bat­te­rie. C’est tout ce que je peux ex­pli­quer [rires]. La prin­ci­pale contrainte pneu est le poids [100 kg de plus que les

Lo­ris Ca­pi­ros­si à l’es­sai sur une ver­sion cour­si­fiée de l’ener­gi­ca qui four­ni­ra la to­ta­li­té du pla­teau Mo­toe.

L’ener­gi­ca, ici en ver­sion route, pèse plus de 260 kg… C’est là son moindre dé­faut ! ►

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.