MV PASSE AU SU­PER PRE­MIUM

Moto Journal - - ACTUS -

Nou­veau par­te­naire de MV Agus­ta, Com­star In­vest, la branche in­ves­tis­se­ment du groupe pé­tro­lier russe Black Ocean, a suc­cé­dé à Amg-mer­cedes l’été der­nier. Qu’est-ce que ça change pour la marque ita­lienne ? Nous avons po­sé la ques­tion au pré­sident Gio­van­ni Cas­ti­glio­ni, à l’oc­ca­sion du lan­ce­ment de la nou­velle Bru­tale 800 RR.

Quand ver­ra-t-on les pre­miers ef­fets du chan­ge­ment ? Ils sont vi­sibles dès au­jourd’hui. L’ar­ri­vée de Com­star dans notre ca­pi­tal a ap­por­té du cash flow qui a per­mis de ré­ac­ti­ver des chan­tiers en manque de dé­ve­lop­pe­ment. Il y a eu, par exemple, de gros in­ves­tis­se­ments sur l’ou­til di­gi­tal. La res­tau­ra­tion de notre ré­seau et de notre image au­près des clients consti­tue éga­le­ment une étape ca­pi­tale. En France, par exemple, le pre­mier store eu­ro­péen va ou­vrir ses portes à Metz le mois pro­chain. Le re­nou­vel­le­ment de notre gamme est éga­le­ment en cours. Mais le prin­ci­pal chan­ge­ment est le re­po­si­tion­ne­ment su­per pre­mium de MV Agus­ta. Dans cette op­tique, nous avons lan­cé le RVS, dé­par­te­ment des vé­hi­cules spé­ciaux, dont les pre­miers exem­plaires ont dé­jà été li­vrés. D’autres pro­jets, en­core plus haut de gamme, sont au pro­gramme.

MV Agus­ta peut-elle lut­ter avec BMW et Harleydavidson sur ce seg­ment ? Si notre dé­marche peut sem­bler iden­tique, nous n’évo­luons pas dans la même ca­té­go­rie. Tous nos pro­duits pos­sèdent L’ADN spor­tif de la marque. Et la taille plus mo­deste de notre en­tre­prise per­met de tra­vailler sur des mo­dèles très ci­blés, sur de plus pe­tites sé­ries et même des mo­dèles uniques. C’est notre force. D’ailleurs, le RVS n’est pas la seule ini­tia­tive dans ce do­maine puisque nous pro­po­se­rons très bien­tôt en plus le pro­gramme One to One, un ate­lier sur me­sure pour les pro­prié­taires les plus ai­sés. Rien ne se­ra trop beau pour eux.

Vous par­lez de re­struc­tu­ra­tion de la gamme. Quid des 675 et 1 000 cm3 ? Ac­tuel­le­ment, les ef­forts se portent sur les 3-cy­lindres de 800 cm3. C’est notre coeur de cible. Mais nous n’ou­blions pas la F4 qui sym­bo­lise la re­nais­sance de MV Agus­ta, il y a 20 ans. Le nou­veau mo­teur 4-cy­lindres est une réa­li­té et se­ra dé­voi­lé au pro­chain sa­lon Eic­ma. Il équi­pe­ra la fu­ture F4 mais aus­si une ver­sion hy­per­na­ked, l’in­édite Bru­tale 1000 ! Pour les 675, c’est en re­vanche la fin d’une époque pour nous. Il s’agit d’un bon mo­teur, mais le 675, ce n’est pas nous. La Bru­tale 675 a dé­jà dis­pa­ru du ca­ta­logue et nous main­te­nons en­core une sai­son la F3 675 pour l’ho­mo­lo­ga­tion en com­pé­ti­tion. Comp­tez-vous vous po­si­tion­ner sur d’autres seg­ments, jus­qu’ici in­ex­ploi­tés par MV ? Oui, ce­la fait par­tie des ob­jec­tifs que nous nous sommes fixés. Dans nos pro­jec­tions à court terme, le mil­lé­sime 2019 ver­ra d’abord l’ar­ri­vée d’un mo­dèle néo-clas­sique, sur la pla­te­forme 3-cy­lindres de 800 cm3. L’an­née sui­vante, nous pré­sen­te­rons une hy­per-bike, ma­chine qui concen­tre­ra le meilleur de notre tech­no­lo­gie. Une mo­to “plus” qui s’af­fran­chi­ra des rè­gle­ments spor­tifs pour of­frir ce qui se fait de mieux et de plus mo­derne.

Le po­si­tion­ne­ment su­per pre­mium, ce­la se ma­té­ria­lise par quel ni­veau de prix ? Le mo­dèle d’en­trée dans l’uni­vers MV dé­bute à 13 500 €, mais l’es­sen­tiel de notre offre va se concentre sur trois fa­milles : les ver­sions RR à par­tir de 20 000 €, les RC, un cran au-des­sus, et le clan RVS qui se si­tue au­tour de 40 000 €. De luxueuses édi­tions li­mi­tées très ex­clu­sives vien­dront éga­le­ment en­ri­chir notre ca­ta­logue, à un coût avoi­si­nant les 80 000 €. En­fin, au som­met de la py­ra­mide, un pro­jet ex­cep­tion­nel va voir le jour. Il est trop tôt pour en par­ler mais sa­chez qu’il s’agi­ra d’un pro­duit hors norme, à en­vi­ron 200 000 €, qui se ré­ser­ve­ra à la clien­tèle très ai­sée et aux col­lec­tion­neurs.

Ce po­si­tion­ne­ment éli­tiste sous-en­tend-il que vous al­lez ré­duire vos vo­lumes de pro­duc­tion ? Non, au contraire. Nous sommes clai­re­ment dans une po­li­tique d’ex­pan­sion. La pro­duc­tion ac­tuelle est de 5 000 mo­tos par an. Notre ob­jec­tif est de dou­bler ce vo­lume le plus ra­pi­de­ment pos­sible.

MV Agus­ta a un glo­rieux pas­sé en com­pé­ti­tion. Y a-t-il de nou­veaux pro­jets de ce cô­té-là ? Nous main­te­nons cette an­née les pro­grammes exis­tants mais, dès 2019, nous nous en­ga­ge­rons en Mo­to2. Les Grands Prix n’ont pas d’équi­valent en termes de no­to­rié­té et d’ex­po­si­tion. Cet en­ga­ge­ment re­pré­sente la pre­mière étape de notre in­ves­tis­se­ment spor­tif. Je ne vous cache pas que MV Agus­ta rêve de re­ve­nir un jour dans la ca­té­go­rie reine, en Motogp ! C’est aus­si le sou­hait de notre nou­veau par­te­naire. Mais ne brû­lons pas les étapes...

« Le mil­lé­sime 2019 ver­ra d’abord l’ar­ri­vée d’un mo­dèle néo-clas­sique, sur la pla­te­forme 3-cy­lindres de 800 cm3 » Jo­hann Zar­co est la nou­velle égé­rie des casques Shark pour une pub TV ci­blée sur l’evo-one 2 et dif­fu­sée tout au long de la sai­son Motogp sur Eurosport France et Eurosport Pays-bas. // Adrien Van Be­ve­ren, triple vain­queur de l’en­du­ro­pale du Tou­quet, a dû re­non­cer à par­ti­ci­per au ral­lye au­to du Tou­quet, le har­nais de son siège ap­puyant trop sur sa cla­vi­cule bles­sée au der­nier Da­kar. // Jo­na­than Rea, dis­pu­te­ra les 8 Heures de Su­zu­ka, en juillet pro­chain, dans le team Ka­wa­sa­ki of­fi­ciel. Il fe­ra équipe avec l’an­glais Leon Has­lam et le Ja­po­nais Ka­zu­ma Wa­ta­nabe.

Gio­van­ni Cas­ti­glio­ni (à droite), à cô­té du re­pré­sen­tant russe de Com­star In­vest.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.