Hé­lices et chiens

Moto Journal - - COMPARATIF -

Chez BMW, l’hé­lice n’est pas l’apa­nage du bla­son. On en trouve aus­si dans la boîte de vi­tesses, sous la forme de pi­gnons à den­tures hé­li­coï­dales. Ce type de den­ture est qua­si­ment gé­né­ra­li­sé dans les boîtes de vi­tesses au­to­mo­biles, parce qu’elle per­met de ré­duire consi­dé­ra­ble­ment le bruit en­gen­dré par l’en­grè­ne­ment des pi­gnons. Elle fait pour­tant fi­gure d’ex­cep­tion dans la mo­to où l’on pré­fère les den­tures droites. Pour­quoi ? Parce que cer­tains pi­gnons doivent pou­voir cou­lis­ser pour en­ga­ger les dif­fé­rents rap­ports. Or, faire cou­lis­ser un pi­gnon à den­ture hé­li­coï­dale est im­pos­sible. Pour in­té­grer ce type de den­ture, BMW a donc re­court à des man­chons cou­lis­sants (sou­vent ap­pe­lés dog rings) qui servent à en­ga­ger les dif­fé­rents rap­ports, comme en au­to­mo­bile. Mais, à la dif­fé­rence des boîtes de ba­gnole, les man­chons cou­lis­sants sont équi­pés de cra­bots (comme sur une boîte de mo­to) et non pas du com­plexe (et plus lent) sys­tème de syn­chro­ni­sa­tion uti­li­sé en au­to­mo­bile. On re­trouve des dog rings sur la boîte de vi­tesses de la Ka­wa­sa­ki H2, qui uti­lise quant à elle des pi­gnons à den­ture droite. Dans ce cas, comme en com­pé­ti­tion, l’in­té­rêt des dog rings tient alors dans la ré­duc­tion du poids des pièces à faire cou­lis­ser par les four­chettes (un dog ring est plus lé­ger qu’un pi­gnon).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.