Ka­wa­sa­ki Z 900

Moto Journal - - SOMMAIRE -

Ce ma­tin, une ru­ti­lante Z 900 A2 nous at­tend sur le par­king de l'hô­tel. D'al­lure, rien ne la dis­tingue de la ver­sion stan­dard, qui dé­ve­loppe 125 ch : un gros mo­teur, un pro­fil ra­mas­sé, des des­sins an­gu­leux exa­cer­bés par des co­lo­ris pé­tants... Elle reste fi­dèle au cock­tail Z qui as­sure l'ivresse des mo­tards de­puis plus de quinze ans. Mais gare à la gueule de bois, car celle-ci ne dis­pose que de 47,5 che­vaux pour ten­ter de nous dis­til­ler un sem­blant de sen­sa­tions. Je passe outre mes a prio­ri et je m'ins­talle à son gui­don. Un bout de ligne droite, j'en pro­fite pour ou­vrir les gaz en grand. Rien ne se passe, la pous­sée est fai­blarde et li­néaire. Et pour être tout à fait hon­nête, ce­la n'a rien de sur­pre­nant. Les 4-cy­lindres ne se prêtent pas à l'exer­cice du bri­dage, car il se fait en étouf­fant les hauts ré­gimes, seules plages de ré­gime aux­quelles ils s'ex­priment. Alors, le pauvre bloc de 948 cm3 a beau s'égo­siller, per­sonne ne l'en­tend.

DOUCE, DOU­CE­MENT

Avec seule­ment 47,5 ch, on ne s'at­tend pas à des per­for­mances en­ivrantes, mais la Z 900 A2 fait preuve d'un bel agré­ment et d'une dou­ceur bien­ve­nue. Je réa­lise alors à quel point elle est une com­pagne ras­su­rante et fa­cile à prendre en main pour un no­vice qui ap­pré­hende en­core la plu­part des ma­noeuvres. L'em­brayage as­sis­té, cou­plé au moel­leux na­tu­rel de fonc­tion­ne­ment du 4-cy­lindres, la rend ter­ri­ble­ment at­trayante pour ce­lui qui sort tout juste du pla­teau. Toutes les com­mandes sont douces, pré­cises et tombent par­fai­te­ment sous la main. Au­cun dé­faut er­go­no­mique n'est à no­ter. La po­si­tion, lé­gè­re­ment bas­cu­lée sur l'avant, est confor­table et donne en­vie de rou­ler en­core et en­core. La Z fait patte de ve­lours à dé­faut de sor­tir les griffes, comme peuvent pour­tant le faire cer­taines concur­rentes di­rectes, mu­nies de bi­cy­lindres qui, même bri­dées, conservent tou­jours un zeste de ca­rac­tère et de peps..

AM­PU­TÉE, MAIS PAS ÉCLOPÉE

La Z 900 A2 fait le même poids que la Z 900 stan­dard, 210 kg avec les pleins. Et à part quelques amé­na­ge­ments sur la cu­lasse, un nou­vel ECU et un nou­veau col­lec­teur d'échap­pe­ment, elles par­tagent le même cadre treillis tu­bu­laire, un bras os­cil­lant iden­tique tout comme les étriers à quatre pis­tons. Mais là où ce châs­sis im­po­sait quelques mou­ve­ments lors des ac­cé­lé­ra­tions sur re­vê­te­ment dé­gra­dé, il ap­pa­raît ici to­ta­le­ment pro­por­tion­né.

On peut ac­cé­lé­rer à fond en sor­tie de vi­rage sans crainte. Certes, son com­por­te­ment a tou­jours été as­sor­ti à sa gueule de mo­losse tra­pu aux mou­ve­ments un peu pa­tauds. Mais à dé­faut d'être vif, un pit­bull peut tout à fait avoir de bons ap­puis. C'est donc avec ri­gueur que la Z tient son cap. Le frei­nage, dé­jà suf­fi­sant sur la ver­sion de 125 ch, est tout à fait sa­tis­fai­sant en mor­dant comme en puis­sance. Cô­té ta­rif, même si elle est plus chère que la concur­rence A2, à 9 099 €, elle est un bon cal­cul pour le jeune per­mis qui a les moyens… et de la pa­tience.

1. Le ta­bleau de bord est li­sible et mo­derne. On re­grette sim­ple­ment le faux car­bone de très mau­vais goût, pré­sent sur la par­tie basse. 2. L'étrier ar­rière offre un frei­nage cor­rect, en fee­ling comme en mor­dant. 3. Le mo­no-amor­tis­seur de la Z est ré­glable en pré­charge comme en dé­tente. 4. L'échap­pe­ment n'est pas un mo­dèle d'élé­gance, mais tou­jours rem­pla­çable par un élé­ment adap­table. La so­no­ri­té est va­lo­ri­sante et ré­joui­ra les jeunes per­mis, sur­tout ceux qui sont ha­bi­tués aux pé­ta­rades de bi­cy­lindre.

1

2

4

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.