MA­LAISE

Moto Journal - - ÉDITO - Pierre Or­luc ré­dac­teur en chef Edi­tions Gaz­zi­mard

Et la ten­dresse, bor­del ? Dans le couple, je ne sais pas, mais dans la rue, elle dis­pa­raît. Si l’on pou­vait en­core en­tre­te­nir quelques illu­sions sur ce qu’est de­ve­nue la cir­cu­la­tion, no­tam­ment ur­baine, au fil du temps, nos confrères d’en­voyé Spé­cial, sur France 2, se sont ré­cem­ment char­gés de les dou­cher. Dans chaque camp – que ce terme est im­propre, mais c’est ce qui res­sort de l’émis­sion dif­fu­sée jeu­di 24 mai – d’usa­gers pré­sen­té, cer­tains font certes n’im­porte quoi ; sur ce plan, les pra­tiques mon­trées ce jour-là sont confon­dantes. Et mal­heu­reu­se­ment pas nou­velles. Ce­ci po­sé, ce re­por­tage in­ti­tu­lé Au­tos, mo­tos, vé­los : le champ de ba­taille, vi­sible en re­play, m’ins­pire plu­sieurs ré­flexions. Il est d’abord fal­la­cieux de ré­duire une ma­jo­ri­té d’usa­gers de la route à leur frac­tion la plus ra­di­cale et ir­res­pec­tueuse des règles. Celle qu’il est évi­dem­ment plus simple et ven­deur de fil­mer presque com­plai­sam­ment... A l’heure des ré­seaux so­ciaux tout-puis­sants et abê­tis­sants, la pra­tique est d’au­tant plus dom­ma­geable que les images, sou­vent ré­duc­trices par na­ture, ont un im­pact dé­me­su­ré. C’est donc la course à l’écha­lote pour le “tou­jours plus” et pain bé­nit pour les re­dres­seurs de torts au­to­pro­cla­més qui foi­sonnent sur le net. A cet égard, tou­jours dans En­voyé Spé­cial, l’exemple de ce cy­cliste-jus­ti­cier mas­qué équi­pé d’une ca­mé­ra pour tra­quer les mau­vais com­por­te­ments des autres conduc­teurs (non cy­clistes, ce­la va de soi), puis les mettre en ligne, est édi­fiant. Il m’a lais­sé de­vant ma té­lé avec un sen­ti­ment de grand ma­laise. Pour ne pas dire plus. Ma se­conde ré­flexion porte sur le fond. Com­ment s’éton­ner de voir cer­tains ver­ser dans de tels et in­sup­por­tables dé­lires quand des dé­ci­sions prises par les pou­voirs pu­blics et cer­taines mu­ni­ci­pa­li­tés, Pa­ris en tête, y concourent ? Au lieu de créer les con­di­tions pour que mo­tards, au­to­mo­bi­listes et cy­clistes par­tagent har­mo­nieu­se­ment la chaus­sée, tout ou presque est fait pour les mon­ter les uns contre les autres. Quelques exemples : amé­na­ge­ments ur­bains dé­ci­dés en dé­pit du bon sens et/ou pour em­pê­cher cer­taines ca­té­go­ries de vé­hi­cules de cir­cu­ler, fer­me­tures de voies en­gen­drant plus de bou­chons, donc de stress et d’agres­si­vi­té, mo­di­fi­ca­tions du Code de la route lais­sant croire à quel­que­suns qu’ils peuvent s’af­fran­chir de toute règle, vide ju­ri­dique à pro­pos des nou­veaux moyens de dé­pla­ce­ment (mo­no­roues, trot­ti­nettes...) quit­tant dé­sor­mais les trot­toirs pour re­joindre la chaus­sée, etc. Des usa­gers de bonne vo­lon­té, il y en a par­tout. Il faut juste les prendre pour des adultes res­pon­sables, pas les trai­ter par ce mé­pris qui ne dit pas son nom.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.