OR­NEL­LA ONGARO* « Nous de­vons tout de suite faire un ré­sul­tat »

Moto Journal - - COMPÉTITION -

« A l’heure ac­tuelle, le monde évo­lue sur la ques­tion de l’éga­li­té entre les hommes et les femmes. Dans la mo­to aus­si, les men­ta­li­tés changent. Ce­pen­dant, je pense que ce­la va prendre du temps. Mais, à mon avis, nous ne se­rons ja­mais égales par rap­port aux hommes. Après, il y a quand même du chan­ge­ment si on re­garde notre si­tua­tion quelques an­nées en ar­rière. Les filles osent de plus en plus en­four­cher une ma­chine. Les pa­rents, et no­tam­ment les pères, sont éga­le­ment un peu plus ou­verts. On voit aus­si que des femmes ar­rivent à faire de bons ré­sul­tats face aux hommes. Ce­la nous ouvre donc en­core un peu plus les portes. La pe­tite Line Vieillard a, par exemple, rem­por­té une manche du cham­pion­nat de France Superbike à Ca­role dans la ca­té­go­rie Ob­jec­tif Grand Prix. Je pense que le po­ten­tiel est là. Nous mon­trons que nous sommes ra­pides. Ce­la dit, quand on est une femme, j’ai l’im­pres­sion qu’il faut en faire des caisses. Il ne suf­fit pas d’être ra­pide ou de bien s’ex­pri­mer… Il faut non seule­ment réa­li­ser un ex­ploit, être en me­sure de le ré­ité­rer, et puis en­suite l’amé­lio­rer dans un laps de temps ex­trê­me­ment court. Quand on est un gar­çon et qu’on ga­lère quand il y a un chan­ge­ment de ca­té­go­rie, par exemple, on dit qu’il lui faut un temps d’adap­ta­tion. C’est nor­mal. Pour une fille, il faut tout de suite faire un ré­sul­tat ! Pour nous, c’est donc plus dif­fi­cile d’ob­te­nir une bonne ma­chine. C’est une réa­li­té. »

* Pre­mière femme à rem­por­ter une course en Hon­da CBR 500 R Cup dans le cadre du cham­pion­nat de France Superbike ; vic­to­rieuse de la pre­mière édi­tion de la Wo­men’s Cup, en 2016, et deuxième du cham­pion­nat de France 125 en 2009.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.