MO­TO­CROSS

Her­lings sans ri­val au GP de France MXGP

Moto Journal - - SOMMAIRE - Par Vincent Bou­det, pho­tos KTM Images et Va­len­tin Guin­ber­teau

En se pla­çant lors du pre­mier dé­part de la jour­née tout à l’ex­té­rieur pour évi­ter une ligne droite bien dé­trem­pée, Jef­frey Her­lings a prou­vé qu’il était un homme d’ex­pé­rience, à seule­ment 23 ans, mais, sur­tout, qu’il évo­luait en pleine confiance et que rien ne l’ef­frayait. Pas même la pers­pec­tive de de­voir re­croi­ser la tra­jec­toire d’un pack dé­chaî­né pour sor­tir en tête au pre­mier vi­rage. Le pire, c’est que son plan de ba­taille s’est for­mi­da­ble­ment dé­rou­lé : vif au dé­part, le triple cham­pion du monde s’est inexo­ra­ble­ment ex­tir­pé en tête de la meute à mi-ligne droite et n’a eu en­suite qu’à pi­quer à l’in­té­rieur pour vi­rer le pre­mier. Et s’en­vo­ler vers une nou­velle vic­toire im­pa­rable, sa quin­zième de la sai­son, en étant à peine contra­rié par la ré­sis­tance du Belge Clé­ment De­salle lors de la pre­mière moi­tié de manche. Im­pres­sion­nant ! Mais, comme si sa dé­mons­tra­tion n’avait pas suf­fi, son se­cond suc­cès fut en­core plus si­gni­fi­ca­tif de la do­mi­na­tion qu’il exerce de­puis quelque temps. En­su­qué au pre­mier vi­rage, l’of­fi­ciel KTM est par­ve­nu à se glis­ser

à la qua­trième place en une boucle avant d’en­clen­cher la se­conde et de man­ger un à un ses ad­ver­saires pour dé­cro­cher un nou­veau dou­blé. Même An­to­nio Cai­ro­li, le no­nuple cham­pion du monde ita­lien et seul pi­lote en­core ca­pable de don­ner du fil à re­tordre au Néer­lan­dais, a sem­blé ré­si­gné. Il n’a op­po­sé qu’une lé­gère ré­sis­tance au bou­let de ca­non orange quand ce­lui-ci lui a souf­flé le lea­der­ship cinq tours avant la fin. Her­lings est un pro­dige et son heure est ve­nue, main­te­nant qu’il a pris la me­sure de la ca­té­go­rie, de don­ner son ré­ci­tal. Pour le coup, dans les rangs ad­verses, c’est la foire à la gri­mace. Yves De­ma­ria, an­cienne gloire du mo­to­cross fran­çais, au­jourd’hui en­traî­neur d’un de ses ad­ver­saires, le jeune Belge Ju­lien Lie­ber, re­con­naît sans mal l’am­pleur de la pro­blé­ma­tique : « Le ni­veau de ces deux-là, Her­lings et, dans une moindre me­sure, Cai­ro­li, est tel­le­ment éle­vé qu’ils mettent un bou­le­vard à leurs pour­sui­vants. C’en est im­pres­sion­nant. Ils sont qua­si­ment im­bat­tables et, hor­mis une chute, on sait que per­sonne ne peut s’in­ter­ca­ler à la ré­gu­lière. Fi­nir troi­sième, c’est presque une vic­toire... »

EX­TRA­TER­RESTRE

A Saint-jean jus­te­ment, c’est le Slo­vène Tim Gas­jer, cham­pion du monde en 2016, qui a dé­cro­ché sa troi­sième si­mi­li-vic­toire de la sai­son. Un beau ré­sul­tat pour un homme qui a failli man­quer la sai­son après une double frac­ture de la mâ­choire contrac­tée à deux se­maines du pre­mier GP, mais qui, évi­dem­ment, ne peut le sa­tis­faire. Sur­tout qu’en se­conde manche, il a pris 40 se­condes ! Un écart énorme, mais qui n’a rien d’ex­cep­tion­nel... Que ce soit Clé­ment De­salle ou nos re­pré­sen­tants Ro­main Febvre et Gau­tier Pau­lin, cin­quième et sep­tième à Saint-jean, tous trois ont par­ta­gé la même dés­illu­sion : lors­qu’ils sont par­ve­nus à grim­per sur l’es­trade fi­nale d’une épreuve cette sai­son, c’est à chaque fois à en ayant fi­ni à bonne dis­tance du Hol­lan­dais sur la piste. Un ex­tra­ter­restre qui semble bien par­ti pour écrire les pages d'une nou­velle ère. Comme avant lui l’avait fait Ste­fan Everts, dix fois cham­pion du monde, voire son meilleur en­ne­mi du jour, un cer­tain An­to­nio Cai­ro­li, neuf fois ti­tré. On ap­pelle ça un pas­sage de té­moin.

Pri­vé de deux titres pro­mis en MX2 par la faute de bles­sures (fé­mur en 2014, cla­vi­cule et doigt en 2015), Jef­frey Her­lings, à gauche, est un se­rial win­ner de pre­mière. Le Hol­lan­dais a rem­por­té en France le 101e GP de sa courte car­rière, puis­qu’il a dé­bu­té en 2010. Un chiffre qui le place à éga­li­té avec Ste­fan Everts, dix fois cham­pion du monde. Mal­heu­reu­se­ment pour Jef­frey, il s'est cas­sé une cla­vi­cule le mer­cre­di sui­vant le GP. Il au­ra donc man­qué le GP d'ita­lie, dis­pu­té en­tre­temps.

Gau­tier Pau­lin (21) n'a pu que consta­ter l'écra­sante su­pé­rio­ri­té de Jef­frey Her­lings et doit se conten­ter de la 7e place au cu­mul des deux manches (5-8). Be­noît Pa­tu­rel (6) a aban­don­né à deux re­prises. Do­mi­nés à do­mi­cile

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.