WP à la conquête du Mo­togp

Moto Journal - - MOTOGP -

Dans une interview au site in­ter­net Speed­week.de, le PDG de KTM, l'au­tri­chien Ste­fan Pie­rer ex­pli­quait la se­maine der­nière « que la prin­ci­pale li­mite de per­for­mance vient ac­tuel­le­ment des sus­pen­sions WP, et ce en Mo­togp comme en Mo­to2. » WP étant la pro­prié­té de KTM, son usine ba­sée pile en face du ser­vice course, nous sommes al­lés trou­ver les in­gé­nieurs WP à Assen pour ten­ter d'en sa­voir un peu plus. L'an­glais Ke­vin Har­ris, qui co­or­donne le ser­vice course vi­tesse, et le Néer­lan­dais Bou­de­wi­jn Even­huis, in­gé­nieur en chef, nous en ont ap­pris un peu plus. « Notre pré­sident nous met là dans une po­si­tion dif­fi­cile !, ex­plique en sou­riant Bou­de­wi­jn. – C’est notre se­conde sai­son en Mo­togp, en­chaîne Ke­vin, et même si nous pro­gres­sons, nous ne sommes pas en­core au ni­veau de nos concur­rents. L’avan­tage que nous avons, c’est que KTM et WP sont des com­pa­gnies soeurs, donc l’échange d’in­fos est maxi­mal. Ce qui n’est pas for­cé­ment le cas entre Oh­lins et Ya­ma­ha, par exemple, car les Sué­dois four­nissent d’autres équipes comme Hon­da ou Suzuki. Mais ce­la leur donne l’avan­tage de col­lec­ter da­van­tage de don­nées et donc d’avan­cer plus vite. Sans par­ler de leur ex­pé­rience en GP, qui est bien su­pé­rieure à la nôtre. Mais nous avons réus­si à dé­cro­cher plu­sieurs titres en Mo­to3 ain­si qu’en Mo­to2 avec Jo­hann Zar­co, donc il n’y a pas de rai­son que nous ne pro­gres­sions pas en Mo­togp. » En res­sor­tant du de­brie­fing Mi­che­lin sa­me­di soir, je hèle l'in­gé­nieur Pe­ter Bom qui s'ap­prête à ren­trer chez lui sur son vieux vé­lo hol­lan­dais (il ha­bite juste à cô­té du cir­cuit), en lui de­man­dant ce qu'il pense des perfs de WP. « Je suis ami avec Bou­de­wi­jn et je peux te dire qu’il est sa­cré­ment fort. Quand on fait du vé­lo en­semble, on parle tech­nique. Peu de per­sonnes parlent de la fourche en tubes d’alu faite par WP [les tubes du der­nier mo­dèle Oh­lins sont en car­bone], mais ils sont dé­jà sa­cré­ment avan­cés. Ils doivent en­core avoir du bou­lot sur leur amor­tis­seur, mais le Mo­togp, avec l’élec­tro­nique qu’em­barque le mo­teur, com­plique la ges­tion de l’amor­tis­se­ment. » Mais vu les moyens in­ves­tis par KTM en GP, 250 mil­lions d'eu­ros sur cinq ans, ils de­vraient par­ve­nir à leurs fins.

La se­mi-re­morque-ate­lier WP dans le pad­dock d'assen. Comme Oh­lins, WP est dé­sor­mais pré­sent dans les trois ca­té­go­ries.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.