SU­ZU­KI LU­CKY LE­GEND

L’ate­lier Ita­lian Dream Mo­tor­cycle rend hom­mage au cham­pion du monde Mar­co Luc­chi­nel­li en trans­for­mant une brave Su­zu­ki 1200 Ban­dit en une ré­plique de sa RG 500 XR 45 de Grands Prix.

Moto Revue Classic - - Sommaire - Texte : Ch­ris­tophe Gaime - Photos : Max Ser­ra

Une Ban­dit 1200, ré­plique de la Su­zu­ki RG 500 XR 35 de Mar­co Luc­chi­nel­li.

Vous le sa­vez de­puis le n° 97 de MR Clas­sic, les Su­zu­ki Ban­dit ont le vent en poupe dans le pe­tit monde des pré­pa­ra­teurs et de la cus­to­mi­sa­tion. C’est donc au­tour d’une pre­mière ver­sion de cette ma­chine, en 1 200 cm3, que l’ita­lien Ser­gio Gior­da­no de l’ate­lier Ita­lian Dream Mo­tor­cycle (IDM) a éla­bo­ré une ré­plique de la RG 500 XR 35 ga­gnante du cham­pion­nat du monde 500 avec Mar­co Luc­chi­nel­li à son gui­don. Cette an­née-là, en 1981, Ken­ny Ro­berts, vain­queur du titre les trois an­nées pré­cé­dentes, n’a rien pu faire pour con­trer la Su­zu­ki du team Gal­li­na. Car, à cette époque, deux écu­ries se par­ta­geaient les 500 of­fi­cielles de l’usine d’ha­ma­mat­su : le fa­meux team He­ron ba­sé en An­gle­terre qui avait ce­pen­dant per­du de sa su­perbe de­puis le dé­part de Bar­ry Sheene (rem­pla­cé par Ran­dy Ma­mo­la) et le team ita­lien, donc, di­ri­gé par l’an­cien pi­lote Ro­ber­to Gal­li­na. Les mo­tos de ce der­nier étaient re­con­nais­sables entre 1000 grâce à une dé­co­ra­tion très chic à base de blanc, de noir et de rouge, les cou­leurs de la marque de casques Na­va, son spon­sor prin­ci­pal. Après avoir failli s’em­pa­rer du titre en 1979 avec le flam­boyant Vir­gi­nio Fer­ra­ri, la Su­zu­ki-gal­li­na, comme on di­sait à l’époque, s’est donc im­po­sée à la Ya­ma­ha en 1981 et elle ré­ci­di­ve­ra en 1982 avec Fran­co Un­ci­ni : après la re­traite d’agostini en 1977, le sport mo­to ita­lien re­dres­sait en­fin la tête ! No­tez que Gra­zia­no Ros­si, le pa­pa du cé­lèbre Va­len­ti­no, fut le co­équi­pier de Luc­chi­nel­li, alias Lu­cky, à cette époque.

Pour Ser­gio, pas ques­tion de réa­li­ser des show-bikes

Mais re­ve­nons à cette Ban­dit. Pour rendre hom­mage à la car­rière de Lu­cky, Ser­gio Gior­da­no s’est conten­té de mo­di­fier l’as­pect es­thé­tique de la ma­chine sans tou­cher au mo­teur. Il faut dire que notre homme a des idées bien ar­rê­tées concer­nant ses réa­li­sa­tions : pour lui, pas ques­tion de pro­po­ser des show-bikes, il faut que ses ma­chines puissent rou­ler. Avant de com­men­cer, il fait des­si­ner la mo­to par Ober­dan Bez­zi, un de­si­gner très connu de l’autre cô­té des Alpes. Une fois que les deux com­pères se sont mis d’ac­cord, Ser­gio a fait réa­li­ser les élé­ments d’ha­billage par un spé­cia­liste. La Ban­dit Lu­cky Le­gend se contente d’un de­mi-ca­ré­nage sans par­tie in­fé­rieure con­trai­re­ment à la ver­sion ori­gi­nale. Cette en­torse à l’au­then­ti­ci­té per­met de dé­voi­ler une par­tie du qua­tre­cy­lindres en ligne de la Su­zu­ki et puis, ne chi­po­tons pas, Ser­gio n’a pas ou­blié les fa­meux « pro­tège-mains » en alu brut ca­rac­té­ris­tiques de la XR 35… À l’ar­rière, sur la selle, on re­trouve aus­si des élé­ments si­mi­laires mais qui servent à mas­quer les pots. Car une autre ca­rac­té­ris­tique de la RG 500, c’était les deux pots de dé­tente dans la selle et poin­tant vers l’ar­rière comme deux ca­nons prêts à ti­rer sur les pour­sui­vants ! Sur la Ban­dit, on ne trouve évi­dem­ment pas de pots de dé­tente mais un échap­pe­ment quatre-en-quatre créé par un cer­tain Mas­si­mo Rin­chiu­so. Re­mar­quez que la selle en fibre de verre se marie éton­nam­ment bien

MAR­CO LUC­CHI­NEL­LI ÉTAIT RA­VI. DE L’HOM­MAGE QUE LUI A REN­DU SER­GIO ET DES QUA­LI­TÉS DY­NA­MIQUES DE LA BAN­DIT

avec le ré­ser­voir d’ori­gine. Bref, Ser­gio a réa­li­sé du bon bou­lot. Concer­nant la par­tie-cycle, il a confié le tra­vail à Lu­cio Pe­der­ci­ni, an­cien pi­lote de Grands Prix qui pos­sède au­jourd’hui un team dans le cham­pion­nat du monde Superbike. Ce­lui-ci a usi­né un té de fourche su­pé­rieur spé­cial, mon­té un maître-cy­lindre Brem­bo, des roues Mar­vic en ma­gné­sium, des gui­dons bra­ce­lets Ac­cos­sa­to, des com­mandes re­cu­lées sur-me­sure, des pneus Pi­rel­li et un amor­tis­seur ar­rière WP. Et comme la mo­to doit pou­voir rou­ler sur la route, elle est mu­nie d’un comp­teur et d’un compte-tours Mo­to­gad­get, d’un feu ar­rière et de cli­gno­tants à Leds et d’un pe­tit phare ex­cen­tré. En tout cas, Mar­co Luc­chi­nel­li, qui a pu faire un pe­tit tour sur la Ban­dit, était ra­vi. D’abord de l’hom­mage que lui a ren­du Ser­gio, mais aus­si des qua­li­tés dy­na­miques de la Ban­dit. Et si Ser­gio a réa­li­sé trois exem­plaires de cette mo­to, il ne compte pas s’ar­rê­ter là car chaque an­née, il veut rendre hom­mage aux cham­pions ita­liens de la ca­té­go­rie reine, à l’époque où les 500 ar­bo­raient des fonds de plaque jaune. Au fait, si la Lu­cky Le­gend ar­bore le nu­mé­ro 3, à l’époque, la mo­to s’af­fi­chait avec le n° 5, en ré­fé­rence à un spon­sor ap­pa­ru cette an­née-là, la chaîne de té­lé­vi­sion Ca­nale 5 ap­par­te­nant à un cer­tain Sil­vio Ber­lus­co­ni… ❖

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.