Le mé­tier de remplaçant

Moto Revue - - Endurance 24 Heures Motos -

Présent pour sup­pléer l’un des trois pi­lotes ti­tu­laires qui pour­raient dé­cla­rer for­fait au der­nier mo­ment, le rôle de qua­trième pi­lote est par­ti­cu­liè­re­ment in­grat. Mor­gan Ber­chet (pho­to) oc­cupe ce poste dans le team de Gilles Sta­fler : « Il faut être per­for­mant dans le mi­ni­mum de tours que l’on te laisse faire du­rant les essais, constate-t-il. Il faut don­ner le meilleur de toi,même en peu de temps,sans tom­ber.Tu es cen­sé rem­pla­cer ce­lui qui tombe donc la chute est in­ter­dite.C’est quelque chose de frus­trant car tu roules peu et tu ne peux pas trop te mon­trer.» Pour au­tant, le « jo­ker » de Gilles Sta­fler au sein du team Ka­wa­sa­ki SRC n’échan­ge­rait pas sa place contre une po­si­tion de ti­tu­laire dans une équipe plus mo­deste. « Je pré­fère être 4e chez Ka­wa­sa­ki.C’est une équipe of­fi­cielle et si on­veut prou­ver qu’on est bon,il faut une bonne mo­to avec un bon staff et de bons pneus. Et puis mon ob­jec­tif est de battre mes coé­qui­piers, ce­la reste de la com­pé­ti­tion.» Une mis­sion loin d’être évi­dente. « J’in­ter­viens moins dans les stra­té­gies et les ré­glages de la mo­to même si je donne mon opi­nion, ob­serve Ber­chet. C’est frus­trant car on n’a pas les mêmes armes que les autres.On a de vieux pneus,une mo­to qui n’est pas ré­glée pour soi...Mais dans tous les cas,je suis prêt à faire la course.Si je ne l’étais pas,on ne me pren­drait pas.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.