Es­sai dy­na­mique SCRAMBLER, ES-TU LÀ ?

Moto Revue - - Contact Husqvarna Svartpilen 401 - DI­MEN­SIONS

La cé­lèbre route des Crêtes, sur les hau­teurs de La Cio­tat, semble être le pas­sage obli­gé d’une pe­tiote s’an­non­çant si joueuse. C’est tou­te­fois en ville qu’elle dé­voile ses pre­miers atouts. Dans les rues sur­char­gées de Mar­seille, la toute lé­gère Hus­q­var­na est un jou­jou ex­tra. Ab­sor­bant les trop mul­tiples rac­cords et nids-de-poule, la noire (« Svart ») Svart­pi­len 401 se joue de la cir­cu­la­tion avec son grand gui­don et sa si­tua­tion do­mi­nante. Le ré­ser­voir est fin entre les jambes, les re­pose-pieds, plus re­cu­lés que sur un trail clas­sique, ajoutent un soup­çon de sport à la po­si­tion. Leurs pla­tines sont tou­te­fois plus courtes que sur le ca­fé ra­cer blanc (« Vit » comme « blanc », « pi­len » si­gni­fiant « flèche »). On évo­lue l’es­prit se­rein, li­bé­ré des con­traintes de poids et d’en­com­bre­ment im­po­sées par les cy­lin­drées su­pé­rieures en ces condi­tions. Mais dans ce contexte, il ne faut pas es­pé­rer trop de sen­sa­tions. Pour plaire à la Sé­cu­ri­té rou­tière, ou lais­ser le temps aux ba­dauds éba­his d’ad­mi­rer cet ORNI, sa mé­ca­nique ne le pro­pulse ja­mais à des vi­tesses folles entre deux feux... à moins qu’on ne le sol­li­cite « vrai­ment ». En de­çà de 6 000 tr/min, le mo­teur tem­po­rise les ar­deurs en pro­gres­sant dou­ce­ment et re­chigne en vous se­couant avant 3 000 tr/min. Ça, c’est pour le cô­té Dr. Je­kyll.

Ro­bert Louis Ste­ven­son est né en Suède

Comme il a été dit, M. Hyde ne s’éveille­ra qu’à votre de­mande ex­presse. Ja­mais les dé­bu­tants ne se­ront désar­çon­nés par une ca­va­le­rie in­domp­table. En jouant de la boîte – au de­meu­rant par­faite –, le pe­tit mo­no s’en­ca­naille avec une ab­sence to­tale de vi­bra­tions. C’est as­sez rare pour être si­gna­lé ! Une so­no­ri­té sym­pa­thique ac­com­pagne sa force re­la­tive jus­qu’à 9 000 tr/min. Et si le shift­light de notre ma­chine d’es­sai s’éclai­rait à 6 500 tr/min, c’est pour nous in­di­quer qu’elle était en­core en ro­dage. Huuum... Quel ro­dage ? Je­ter la Svart­pi­len dans les vi­rages en sor­tant le pied pour pa­rer aux lé­gères dé­rives des pneus à gros pa­vés, re­mettre les gaz très tôt sont des plai­sirs re­trou­vés que le mo­teur exauce. Pous­sé dans ses re­tran­che­ments, il met par­fai­te­ment en exergue l’ai­sance de la par­tie-cycle, à la­quelle on ne peut re­pro­cher qu’un ac­cord de sus­pen­sions per­fec­tible. Plu­tôt sé­dui­santes en mode pro­me­nade, ces der­nières avouent ici leurs li­mites. D’au­tant que le tra­cé sui­vant les plus hautes fa­laises ma­ri­times d’Eu­rope est exi­geant. De la part de la fourche, on ai­me­rait plus de pré­ci­sion et de re­te­nue en en­trée de courbe, lors­qu’on tient en­core les freins. Rien de rédhi­bi­toire, mais voi­là les ner­veux de la poi­gnée

On l’ima­gine ex­clu­sive, pour­tant, elle reste po­ly­va­lente. La Svart­pi­len est une amie du quo­ti­dien at­ta­chante et lu­dique, gé­né­ra­trice de sen­sa­tions à al­lure « conve­nable ». Quand on vous dit que c’est l’ave­nir !

aver­tis ! Ceux-ci lor­gne­ront de toute ma­nière sur l’ou­ver­te­ment spor­tive KTM Duke, plu­tôt que le duo de Hus­q­var­na. Ce phé­no­mène est en­core plus sen­sible sur la Vit­pi­len qui ac­com­pa­gnait notre test, dû à l’ap­pui sur le train avant im­po­sé par les bra­ce­lets. D’au­tant que le frei­nage du simple disque avant est dia­bo­lique d’ef­fi­ca­ci­té, li­mite bru­tal ! Sur sol gras, l’ABS ne se­ra pas un luxe… N’ayez crainte, ce­lui-ci ne se dé­clenche ja­mais trop vite, même si une es­ca­pade ter­reuse vous tra­verse l’es­prit. Bon sang ne sau­rait men­tir. Sans être une reine du tout-ter­rain, l’HVA per­met d’abor­der sans an­goisse les che­mins de tra­verse rou­lants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.