Les tops Les flops “Un clas­se­ment in­édit”

AN­DREA IAN­NONE : PRE­MIER PO­DIUM

Moto Revue - - Mag / Grand Prix Des Amériques -

Après Rins en Ar­gen­tine, c’est Ian­none qui offre un nou­veau po­dium à l’équipe Su­zu­ki. Pour l’Ita­lien, c’est le hui­tième en Mo­toGP mais le pre­mier avec la GSXRR. Deuxième aux essais et troi­sième sur la ligne d’ar­ri­vée, An­drea a sans au­cun doute réa­li­sé son meilleur wee­kend de­puis son ar­ri­vée chez Su­zu­ki. Pas sûr tou­te­fois que ce­la soit suf­fi­sant pour don­ner en­vie à Da­vide Bri­vio de le conser­ver l’an pro­chain. En bou­clant vingt tours de course sur une piste dé­fon­cée à près de 160 km/h de moyenne avec un poi­gnet cas­sé et opé­ré dix jours plus tôt, Pe­dro­sa a en­core dé­mon­tré qu’il était un sa­cré war­rior. Mieux que ça même puisque le pi­lote Hon­da est pas­sé sous le dra­peau à da­mier en sep­tième po­si­tion à seule­ment quatre se­condes de Zar­co qui le pré­cède. Tout le monde s’ac­corde pour dire que Joan Mir se­ra l’une des pro­chaines étoiles du Mo­toGP. Le cham­pion du monde Mo­to3 en titre a en tout cas fait des étin­celles pour sa troi­sième course en Mo­to2. Bous­cu­lé au pre­mier vi­rage, Mir est re­mon­té de la 24e à la 4e place le mors aux dents, et il ne s’en est fal­lu d’un rien pour qu’il aille dé­cro­cher son pre­mier po­dium sur un cir­cuit qu’il dit ne guère ap­pré­cier.

••••• Avec six points en trois courses, Jorge Lo­ren­zo a d’ores et dé­jà ti­ré un trait sur ses am­bi­tions d’ob­te­nir cette sai­son un qua­trième titre de cham­pion du monde Mo­toGP. L’Es­pa­gnol a dé­ci­dé­ment bien du mal avec sa Du­ca­ti. On­zième à trente se­condes de Mar­quez, il n’est pas sûr que son ave­nir se conjugue avec le construc­teur ita­lien. Drôle d’at­ti­tude que celle du pro­mo­teur du cham­pion­nat. Plu­tôt que de cal­mer les es­prits dans l’in­té­rêt de la com­pé­ti­tion, les res­pon­sables de Dor­na Sports ont dé­ci­dé de faire du buzz en fai­sant mon­ter la mayon­naise entre Mar­quez et Ros­si. Une chasse aux clics et au nombre de vues qui n’ho­nore guère la so­cié­té es­pa­gnole. Lea­der his­to­rique du cham­pion­nat au soir du Grand Prix d’Ar­gen­tine, Crut­chlow a gâ­ché la fête de l’équipe LCR en se met­tant à plat ventre au Texas. Plu­tôt que de vou­loir à tout prix te­nir tête à Zar­co et Do­vi, le Bri­tan­nique au­rait mieux fait de se conten­ter de la sep­tième place. Elle lui au­rait per­mis de gar­der les com­mandes du clas­se­ment gé­né­ral. « Après deux courses, LCR et Tech3 oc­cupent les deux pre­mières places du clas­se­ment du cham­pion­nat Mo­toGP par équipe. Deux teams in­dé­pen­dants de­vant les struc­tures of­fi­cielles, voi­là une pre­mière dans l’his­toire des Grands Prix. Évi­dem­ment, nous évi­te­rons de bom­ber le torse. Il y a eu des in­ci­dents en Ar­gen­tine et nous sa­vons qu’il faut gar­der les pieds sur terre. Néan­moins, cette si­tua­tion confirme que les écarts se sont res­ser­rés. Grâce à l’évo­lu­tion du rè­gle­ment tech­nique, avec l’élec­tro­nique unique, le ma­nu­fac­tu­rier de pneu­ma­tiques unique et la ré­duc­tion des jour­nées d’essais, il est plus dif­fi­cile au­jourd’hui pour les pi­lotes d’usine de faire la dif­fé­rence. Et ce­la est vrai pour tous les construc­teurs puisque LCR roule en Hon­da et nous, Ya­ma­ha. Ajou­tons à ce­la qu’à l’ar­ri­vée du Grand Prix d’Ar­gen­tine, on a eu quatre marques dif­fé­rentes aux quatre pre­mières places, et seule­ment une mo­to of­fi­cielle dans ce qua­tuor. Ce­la veut dire que les construc­teurs jouent le jeu en four­nis­sant aux teams in­dé­pen­dants du ma­té­riel com­pé­ti­tif. Nous ne sommes plus seule­ment des clients qui per­mettent de faire ren­trer de l’ar­gent mais des par­te­naires de va­leur qui peuvent aus­si contri­buer aux suc­cès des construc­teurs. Tout ce­la si­gni­fie par ailleurs que le Mo­to2 est une bonne école et que la fi­lière en place fonc­tionne pour ame­ner des pi­lotes de va­leur au som­met de la pyramide. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.