UNE DI­REC­TION DE COURSE PLUS SÉ­VÈRE “Don­ner les clefs au pi­lote”

Moto Revue - - Mag / Grand Prix Des Amériques -

Une fois n’est pas cou­tume, la salle ré­ser­vée à la tra­di­tion­nelle réunion du ven­dre­di soir de la Com­mis­sion de sé­cu­ri­té était pleine à cra­quer. Hor­mis Lo­ren­zo, Mor­bi­del­li, Red­ding, Ra­bat et Syah­rin, tous les pi­lotes Mo­toGP étaient pré­sents pour dé­battre du chaos du Grand Prix d’Ar­gen­tine. Car­me­lo et Car­los Ez­pe­le­ta, Lo­ris Ca­pi­ros­si et Fran­co Un­ci­ni ont gé­ré une séance où, bien que vifs, les échanges sont fi­na­le­ment res­tés plu­tôt cour­tois. Mar­quez et Zar­co ont es­suyé de nom­breuses cri­tiques de la part d’ad­ver­saires les ju­geant trop agres­sifs. « J’ai pous­sé quatre pi­lotes en vingt ans de carrière, tu en as fait au­tant en une seule course » , a lan­cé Ros­si (pho­to) à l’Es­pa­gnol. Le­quel a ré­pon­du à l’Ita­lien qu’ils avaient tous ap­pris de lui. Zar­co a ré­pé­té qu’il n’avait pas tou­ché Pe­dro­sa et que la chute de ce der­nier n’était due qu’aux condi­tions de la piste. Pour fi­nir, tous sont tom­bés d’ac­cord pour dire qu’il fau­drait qu’un an­cien pi­lote puisse as­sis­ter Mike Webb à la di­rec­tion de course. L’oc­ca­sion pour Lo­ris Ca­pi­ros­si de prendre de nou­veaux ga­lons ? À voir. En at­ten­dant, les ins­tances di­ri­geantes ont pré­ve­nu les pi­lotes qu’elles fe­raient, à présent, preuve de plus de sé­vé­ri­té... la sta­bi­li­té de la M1. On sait que, chez Ya­ma­ha, les in­gé­nieurs sont as­sez conser­va­teurs. Évo­lu­tions plu­tôt que ré­vo­lu­tion. Cette mo­to a tou­jours chan­gé par pe­tites touches. Ce­la peut par­fois avoir des in­con­vé­nients, mais pour des dé­bu­tants, les avan­tages ne manquent pas. Le cadre dont on dis­pose – ce fa­meux cadre 2016 sur le­quel sont même re­ve­nus les pi­lotes of­fi­ciels –, nous l’uti­li­sons en fait de­puis 2014. Le bras os­cil­lant date de 2016 et le mo­teur de Syah­rin n’est autre que ce­lui que Ros­si et Lo­ren­zo uti­li­saient il y a deux ans. Tout ça pour dire que nous connais­sons par coeur les dif­fé­rents élé­ments de la mo­to. L’équipe est ro­dée, et quand un jeune pi­lote dé­barque chez nous, on sait ce qui fonc­tionne et ce qui ne fonc­tionne pas. On a une base de ré­glages pour tous les cir­cuits et on peut se concen­trer sur le pi­lote pour l’ai­der en lui don­nant les clefs et le mode d’em­ploi. »

Si je suis dé­çu de quelque chose, c’est de ne pas avoir pu comp­ter cet hiver sur Pol (Es­par­ga­ro). Sa bles­sure dès le deuxième jour de test à Se­pang nous a pé­na­li­sés au ni­veau du dé­ve­lop­pe­ment. Nous avions beau­coup de choses à es­sayer cet hiver et sans lui, ce­la a été un peu com­pli­qué... Il en a aus­si re­çu d’autres ve­nant d’ailleurs. Nous sommes dans une pé­riode de mar­chés et de né­go­cia­tions de contrats et for­cé­ment, Zar­co est un pi­lote qui fi­gure La fin de l’his­toire avec Da­ni chez Hon­da n’a rien à voir avec notre re­la­tion. On a tra­vaillé plus de dix ans en­semble et on s’est tou­jours bien en­ten­du. Un pi­lote comme Da­ni, ca­pable de ga­gner des courses tous les ans, bien sûr que ça se­rait une bonne chose pour KTM. Comme Zar­co, il a des op­tions sur la table, ça se­ra à lui de faire son choix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.