Cote de l’oc­ca­sion De Apri­lia à Ze­ro, les mo­tos du mar­ché co­tées par MR

Moto Revue - - Sommaire -

Dif­fi­cile de ne pas suc­com­ber dès les pre­miers tours de roues aux charmes de ces mo­tos ex­trêmes. L’ad­jec­tif n’est pas choi­si par ha­sard : dans leur do­maine, qui est le confort rou­tier et les ap­ti­tudes à rou­ler loin et long­temps, ces trois ma­chines sont ex­trê­me­ment abou­ties et font par­tie du meilleur qu’offre la pro­duc­tion mo­to mon­diale. Gé­raud, qui roule en Hon­da Afri­ca Twin CRF 1000 L, est ins­tan­ta­né­ment tom­bé sous le charme de la GoldWing lors­qu’il l’a ré­cu­pé­rée chez Hon­da France. Elle a fait son coup d’épate : im­po­sante pour qui n’a pas l’ha­bi­tude de ce genre de ga­ba­rit, elle l’a bluf­fé par son équi­libre ins­tan­ta­né dès les pre­miers km/h, sa ma­nia­bi­li­té ras­su­rante, sa sta­bi­li­té et la dis­po­ni­bi­li­té de son énorme flat-six de 1 800 cm3. Une fois la prise en main ef­fec­tuée, la Gold’ dé­ploie ses ailes et im­pres­sionne par sa nou­velle do­ta­tion en équi­pe­ment et le confort qu’elle pro­pose. Idem pour Jean-Ch­ris­tophe, qui, en des­cen­dant de sa Mul­tis­tra­da 1200 Tou­ring pour sau­ter au gui­don de la K 1600

Opu­lente li­mou­sine ou rou­tière af­fû­tée ? Telle est la ques­tion que sug­gère l’orien­ta­tion don­née par Hon­da à son nou­veau vais­seau ami­ral. Coin­cée entre les K 1600 Grand Ame­ri­ca et la R 1200 RT – deux BMW re­pré­sen­ta­tives de ces ap­proches –, la GoldWing trace sa voie.

Grand Ame­ri­ca, a dé­cou­vert un nou­vel ho­ri­zon : ce­lui of­fert par le six-cy­lindres. Souple à bas ré­gime, ré­ac­tif sur tous les rap­ports et in­croya­ble­ment ra­geur dans les tours, le six-pattes al­le­mand a lais­sé notre homme pan­tois. À tel point qu’il a com­men­cé à scru­ter sur Le Bon­coin pour voir à quel prix les K16 s’échan­geaient en oc­ca­sion… En­fin, Bertrand, qui roule en KTM 1290 Su­per Ad­ven­ture, a dé­bu­té ce rou­lage au gui­don de la R 1200 RT. Celle-ci a éga­le­ment fait son tour de ma­gie : quelle ef­fi­ca­ci­té ! Comment une aus­si grosse mo­to peut-elle être si fa­cile, chan­ger d’angle si vite, avec au­tant d’ai­sance et de sé­ré­ni­té ? Et ce flat-twin qui conti­nue d’épa­ter par l’ar­deur qu’il met à ne ja­mais fai­blir, à tou­jours ré­pondre avec vi­gueur, le tout dans un confort prin­cier. De quoi tom­ber sous le charme. Mais alors, di­lemme, comment dé­par­ta­ger ces trois ex­cel­lentes ma­chines ? En rou­lant, tout sim­ple­ment...

Trois phi­lo­so­phies

Le pre­mier test pour des mo­tos voya­geuses, c’est leur ca­pa­ci­té d’em­port de ba­gages. Dé­cep­tion : le vo­lume a consi­dé­ra­ble­ment ré­duit sur la GoldWing. Idem pour les nou­velles va­lises la­té­rales de la Grand Ame­ri­ca, moins lo­geables que la ba­ga­ge­rie qui équipe la RT. Quelle inep­tie ! Monsieur ne pour­ra plus fri­mer en di­sant à ma­dame : « Em­porte ce que tu veux, on est en GoldWing ! » Nous réus­sis­sons tout de même à lo­ger nos af­faires et par­tons. Au fil des ki­lo­mètres, les contours de chaque per­son­na­li­té se pré­cisent. La K 1600 Grand Ame­ri­ca fait pen­ser à une ber­line BMW sé­rie M, ul­tra-puis­sante et per­for­mante, à la­quelle le construc­teur au­rait vou­lu don­ner des al­lures de Ca­dillac El­do­ra­do avec ses va­lises qui s’étirent vers l’ar­rière, ses as­sises plus basses et ses pieds en avant. La nou­velle GoldWing,

au contraire, res­semble à une can­ta­trice d’opé­ra, une di­va vo­lup­tueuse et char­nelle, comme elle l’était au­pa­ra­vant, mais qui se se­rait mise au fit­ness, voire au CrossFit :

® elle offre une ri­gi­di­té nou­velle, un ga­ba­rit res­ser­ré, une pro­tec­tion ex­cel­lente mais en de­çà de la pré­cé­dente. Même son six-cy­lindres à plat semble plus ru­gueux, moins ve­lou­té. La so­no­ri­té au dé­mar­rage est quant à elle fa­bu­leuse : on di­rait un énorme V8 qui s’ébroue. Reste que miss GoldWing n’offre plus la même sen­sa­tion de ta­pis vo­lant que le pré­cé­dent mo­dèle, même si elle conserve un tou­cher de route ty­pi­que­ment GoldWing qui fe­ra le bon­heur des amou­reux de la marque. En­fin, la RT, c’est la pince mul­tiple Fa­com, le cou­teau suisse, l’ou­til à tout faire ! Une com­pa­rai­son moins ro­man­tique mais qui re­pré­sente à mer­veille l’es­prit de la ma­chine. La fi­ni­tion Spe­zial avec sa pein­ture paille­tée et sa selle mar­ron très ten­dance lui re­donne le brin de sex-ap­peal qui lui fait si cruel­le­ment dé­faut lors­qu’elle se pare de ses co­lo­ris ha­bi­tuels as­sor­tis aux cos­tard-cra­vates ci­ta­dins. L’in­évi­table por­tion d’au­to­route est un exer­cice dont elles se jouent toutes trois le sou­rire aux lèvres. Avec leur ca­ré­nage plus en­ve­lop­pant, RT et Gold offrent une pro­tec­tion su­pé­rieure au ni­veau des jambes. Les bulles sont toutes ré­glables élec­tri­que­ment de­puis le gui­don, ce qui n’était pas le cas sur la Gold’ au­pa­ra­vant avec son im­mense pare-brise. Les plus grands re­gret­te­ront la cour­bure du haut de la bulle sur la RT qui en­voie l’air dans le casque et em­pêche de rou­ler écran ou­vert. Sur la Gold’ et la K16, les bulles sont si hautes qu’il est ai­sé de re­gar­der dé­fi­ler la route au tra­vers. Sor­tie d’au­to­route, péage : la RT pro­pose deux vide-poches, la Gold’ un seul – mais dont l’ou­ver­ture s’est mon­trée ré­cal­ci­trante – et na­da sur l’Ame­ri­ca, dom­mage. Avec des mo­tos au­tant équi­pées, la pre­mière

1 Avec ses 17,3 mkg de couple dès 4 500 tr/min, le nou­veau 6-cy­lindres à plat em­mène sans peine les 380 kg de la Gold’. Mais il se montre un peu moins vo­lup­tueux que l’an­cien 1800. 2 Le com­mo­do gauche re­groupe les com­mandes de l’ins­tru­men­ta­tion. Le bou­ton

1 2

3 4 5

1 Les tra­di­tion­nelles va­lises la­té­rales de la RT sont de loin les plus lo­geables et les plus pratiques de ce com­pa­ra­tif. Un casque y est très lar­ge­ment conte­nu alors que c’est im­pos­sible sur les autres. De plus, elles sont amo­vibles. 2 La RT pro­pose des v

1 2 3 4

5 6

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.